Élections au Parlement d'Andalousie de 2018

Wikipedia open wikipedia design.

Élections au Parlement d'Andalousie de 2018
109 députés du Parlement
(majorité absolue : 55 députés)
Type d’élection Élections parlementaires régionales
Corps électoral et résultats
Inscrits 6 298 866
Participation
56,44 %  −6,1
Durée de campagne du au
Susana Díaz 2018 (portrait).jpg PSOE-A – Susana Díaz
Voix 1 009 243
27,97 %
 −7,3
Députés élus 33  −14
Juan Manuel Moreno 2018 (cropped).jpg PPA – Juan Manuel Moreno
Voix 749 275
20,75 %
 −5,9
Députés élus 26  −7
Juan Marín 2015d (cropped).jpg Ciudadanos – Juan Marín (es)
Voix 659 631
18,26 %
 +9
Députés élus 21  +12
Teresa Rodríguez 2016 (cropped).jpg Adelante Andalucía – Teresa Rodríguez
Voix 584 040
16,17 %
 −5,5
Députés élus 17  −3
Francisco Serrano 2015 (cropped).jpg Vox – Francisco Serrano Castro (es)
Voix 395 978
10,96 %
 +10,5
Députés élus 12  +12
Résultats par circonscription
Carte
XIe législature du Parlement
Diagramme
Président de la Junte d'Andalousie
Sortante
Susana Díaz
PSOE-A
eleccionesparlamentoandalucia2018.es

Les élections au Parlement d'Andalousie de 2018 (en espagnol : elecciones al Parlemento de Andalucía de 2018) se tiennent le , afin d'élire les 109 députés de la XIe législature du Parlement de la communauté autonome d'Andalousie pour un mandat de quatre ans.

Bien qu'arrivé en tête des voix, le Parti socialiste ouvrier espagnol d'Andalousie au pouvoir connait un fort recul, de même que le Parti populaire d'Andalousie et dans une moindre mesure Adelante Andalucía, tandis que Ciudadanos connait une forte hausse. Le scrutin est cependant surtout remarqué dans le pays et à l'étranger par la percée du parti Vox, qui fait son entrée au parlement andalou et devient ainsi le premier parti d'extrême droite à obtenir des sièges dans un parlement espagnol depuis la transition démocratique.

Contexte[modifier | modifier le code]

Une région dominée par les socialistes[modifier | modifier le code]

Depuis les premières élections de 1982, la fédération andalouse du Parti socialiste ouvrier espagnol maintient son hégémonie tant au niveau des votes qu'au niveau des sièges à la seule exception des élections de qui voient la victoire du Parti populaire d'Andalousie. Ainsi, la Junte d'Andalousie a toujours été présidée par un socialiste : Rafael Escuredo (1982-86), José Rodríguez de la Borbolla (1986-90), Manuel Chaves (1990-09), José Antonio Griñán (2009-13) et Susana Díaz.

Díaz accède à la présidence de la communauté autonome après la démission de Griñán, en , impliqué dans un scandale de corruption politique : l'« affaire ERE ». Le PSOE ne disposant plus de la majorité absolue au Parlement, Díaz maintient le gouvernement de coalition liant les socialistes à Izquierda Unida qui bénéficiait alors d'une vice-présidence et de trois postes au sein de l'exécutif régional.

La dissolution de 2015[modifier | modifier le code]

Après des mois de « méfiance » à l'égard de ses partenaires et au vu de l’instabilité générée par cette situation, Díaz convoque des élections anticipées pour  ; un an avant l'expiration du délai légal de la législature.

Bien qu'ayant perdu plus de 100 000 voix et 4,11 % des suffrages exprimés par rapport à 2012, le PSOE redevient la première force politique régionale et conserve les 47 sièges qu'il détenait. De l'autre côté de l'échiquier politique, le PP de Juan Manuel Moreno réalise un son plus mauvais résultat depuis 1990 en perdant l'équivalent de 500 000 suffrages et 17 mandats par rapport aux précédentes élections et souffre de la politique menée au niveau national par le gouvernement de Mariano Rajoy. IU voit lui aussi le nombre de ses soutiens diminuer significativement de 200 000 voix et se traduisant par une perte de 7 mandats. En revanche, Podemos réalise une percée en obtenant 592 000 voix et 15 sièges tout comme le parti de centre droit Ciudadanos qui engrange près de 370 000 suffrages et 9 sièges.

Ces nouveaux résultats confirment le maintien de l'hégémonie de la gauche au parlement régional tout en voyant la coalition au pouvoir chuter sous la majorité absolue des 55 députés. Susana Díaz se présente alors à l'investiture de la chambre sur proposition du président du parlement Juan Pablo Durán sans toutefois bénéficier du soutien d'un autre groupe politique. L'investiture est logiquement refusée le par 62 voix défavorables contre 47 voix pour. Bien que la majorité simple suffise, Díaz obtient le même résultat les et .

Díaz choisit alors d'attendre la tenue des élections dans les autres communautés autonomes le avant de se soumettre à un nouveau débat d'investiture. Alors que Ciudadanos va notamment soutenir l'investiture de Cristina Cifuentes à Madrid et face à la situation de blocage et à la possibilité de dissolution du Parlement, le parti libéral annonce un accord d'investiture avec les socialistes qui prévoit, entre autres mesures, plus de transparence au niveau de l'administration régionale ainsi que la démission de Chaves et Griñán de leurs mandats électifs. Le suivant, Díaz est par conséquent investie pour un second mandat après avoir obtenu 56 voix pour, 51 contre et 2 abstentions.

La tentation nationale de Susana Díaz[modifier | modifier le code]

Pedro Sánchez et Susana Díaz.
Susana Díaz rencontre Pedro Sánchez en .

La première moitié de la législature est marquée par une bonne entente entre les socialistes et la fédération andalouse de Ciudadanos dirigée par Juan Marín (es) ; les libéraux donnant un appui externe au gouvernement sans toutefois y participer. Cette entente permet l'approbation d'importants projets de lois tels que les budgets pour 2016 et 2017. Lorsque Díaz se présente aux primaires visant à désigner le nouveau secrétaire général du PSOE à l'occasion du 39e congrès, ceux-ci continuent à lui apporter leur soutien au Parlement. Finalement défaite par Pedro Sánchez, le remaniement organisé par la présidente de la Junte en [1] dans lequel six nouveaux conseillers sont nommés est perçu comme une manière d'imposer son autorité sur l'exécutif régional et constituer une nouvelle feuille de route jusqu'à la fin de la législature[1].

Largement réélue secrétaire générale de PSOE andalou, Díaz assoit son pouvoir au sein du parti, d'abord au niveau régional puis au niveau provincial, et fait taire les critiques venant des soutiens de Pedro Sánchez. Parallèlement, Juanma Moreno est réélu président du Parti populaire d'Andalousie en de la même année et forme une direction chargée de « gagner les prochaines élections andalouses ». Il démissionne de son mandat de sénateur régional pour se consacrer pleinement à sa tâche de chef de l'opposition[2] et maintient quelques discussions exploratoires avec Juan Marín dans le but de sonder si son parti serait prêt à négocier l'investiture de Moreno pour permettre la première alternance politique dans la communauté[3].

Alors que Teresa Rodríguez — réélue secrétaire générale de la section andalouse de Podemos en  —[4] maintient une relation chaotique[5] avec Susana Díaz sur la première moitié de la législature, celle-ci parvient à proposer le soutien de son parti aux socialistes dans le but de « mener des politiques de gauche » si ces derniers rompent totalement avec Ciudadanos. Dans le cas contraire, Rodríguez enjoint Izquierda Unida, avec qui elle maintient une alliance au Parlement, à révoquer l'ensemble des accords de gouvernement liant IU et PSOE dans 29 municipalités[6]. Les militants d'IULV-CA réélisent Antonio Maíllo (es) à la tête du parti lors d'un congrès célébré le sur un projet visant à construire une confluence encore plus étroite avec Podemos en vue des élections[7].

Ciudadanos : de la méfiance à la rupture[modifier | modifier le code]

En vue des négociations du budget de 2018, Ciudadanos adresse un ultimatum à Díaz pour qu'elle accepte de supprimer l'impôt sur les successions contre l'indispensable vote favorable du parti libéral au budget[8]. L'acceptation de Díaz dilue ce qui constituait alors le principal cheval de bataille du Parti populaire. Le , le président national de Ciudadanos, Albert Rivera, annonce la rupture du pacte avec les socialistes, la « liquidation » de la législature et son refus de négocier le budget régional de 2019 afin de forcer la convocation d'élections anticipées et ainsi freiner la baisse enregistrée par son parti dans les sondages depuis le vote de la motion de censure contre le gouvernement de Mariano Rajoy en . Prélude à cette stratégie, le parti avait convoqué un vote interne en désignant à nouveau Juan Marín candidat à la présidence de la Junte[9],[10].

Le PSOE-A contrattaque en reprochant à ses partenaires d'avoir passé trois ans à générer de l'instabilité dans le but de « forcer les élections »[11],[12],[13]. Interrogé en conférence de presse, le porte-parole socialiste, Mario Jiménez, assume la convocation anticipée des électeurs aux urnes et censure la position de Rivera qui veut, selon lui, « convertir l'Andalousie en un champ de bataille des droites »[14]. Le , Susana Díaz affirme pour sa part qu'un scénario d'anticipation des élections « n'est pas crédible », indiquant que le scrutin sera convoqué « en fonction des intérêts de l'Andalousie ». Au sujet de la loi de finances pour , elle estime que la communauté « aura un budget en 2019, maintenant ou après les élections, et ce sera un budget en expansion »[15].

Un scrutin anticipé[modifier | modifier le code]

Susana Díaz.
Susana Díaz signe le décret de dissolution du Parlement le .

Susana Díaz réunit son conseil de gouvernement le dans l'après-midi qui l'autorise à signer le décret de dissolution du Parlement. Le décret est publié le lendemain au Bulletin officiel de l'Andalousie (BOJA) afin que les élections puissent se tenir le suivant[16]. Elle explique ne « pas vouloir mettre en danger certaines lois » et indique que « l'Andalousie a besoin de stabilité ». Remarquant la fluidité de ses échanges avec le siège du PSOE à Madrid et le président du gouvernement Pedro Sánchez, elle met ainsi en œuvre sa volonté de fixer une échéance électorale exclusivement centrée sur la communauté autonome[17]. Il s'agit ainsi de la première échéance électorale depuis le vote de la motion de censure et l'accession de Pablo Casado à la présidence du Parti populaire. Ce dernier implique l'ex-ministre et ancien maire de Séville Juan Ignacio Zoido et l'ancien secrétaire d'État José Antonio Nieto dans la campagne afin de s'assurer de pouvoir contrôler la succession de Juanma Moreno au cas où celui obtiendrait un important revers électoral[18],[19]. Casado impose également des proches pour conduire les listes dans les provinces ayant majoritairement soutenu Soraya Sáenz de Santamaría lors des primaires conservatrices[20],[21],[22].

Enjeux[modifier | modifier le code]

Le Parlement d'Andalousie est la législature décentralisée et monocamérale de la communauté autonome d'Andalousie, dotée d'un pouvoir législatif en matière régionale tel que défini par la Constitution espagnole et le Statut d'autonomie de l'Andalousie, ainsi que de la capacité de voter la confiance en un président de la Junte ou de la retirer.

Dissolution du Parlement[modifier | modifier le code]

Le mandat du Parlement d'Andalousie expire quatre ans après la date de son élection précédente, à moins qu'il n'ait été dissous plus tôt. Le jour des élections doit avoir lieu dans les trente à soixante jours suivant la convocation. Les élections précédentes ont eu lieu le , ce qui signifie que le mandat de la législature aurait expiré le .

Le décret de convocation des élections est pris par le président de la Junte d'Andalousie et fixe la date de celles-ci. Elles ne peuvent, en aucun cas, être comprises entre le et le . La séance constitutive du Parlement a lieu dans les 25 jours suivant la date des élections.

Le président de la Junte a néanmoins la possibilité de dissoudre le Parlement d'Andalousie et de convoquer des élections à tout moment, à condition qu'aucune motion de censure ne soit en cours et que cette dissolution n'intervienne pas avant un délai d'an après la précédente. Si un processus d'investiture échoue à élire un président régional dans un délai de deux mois à compter du premier tour de scrutin, le Parlement est automatiquement dissous et une nouvelle élection déclenchée. Le délai entre la publication du décret de dissolution et la tenue des élections est, dans tous les cas, de 54 jours.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Parlement est constitué de 109 députés (en espagnol : diputados) élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt à listes fermées par l'ensemble des personnes résidant dans la communauté autonome où résidant momentanément à l'extérieur de celle-ci, si elles en font la demande.

Conformément à l'article 104.1 du statut d'autonomie, la circonscription électorale correspond à la province. Aucune province ne peut disposer de plus du double de députés qu'une autre province. L'article 17 de la loi électorale andalouse dispose que chaque province élit un minimum de huit députés. Les 45 sièges restants sont distribués entre les provinces en fonction de leur population, selon la procédure suivante :

  • on divise le nombre total d'électeurs de la communauté autonome par 45 pour obtenir un quota de partage ;
  • on divise le nombre d'électeurs de chaque province par le quota de partage et on attribue à chacune des provinces autant de députés que la partie entière du quotient ;
  • les députés restants sont distribués aux provinces dont la partie décimale du quotient est la plus élevée.
Circonscriptions Députés Carte
Séville 18 députés par circonscription
Málaga 17
Cadix 15
Grenade 13
Almería et Cordoue 12
Huelva et Jaén 11

Conditions de candidature[modifier | modifier le code]

La loi électorale prévoit que les partis, fédérations, coalitions et groupements électoraux sont autorisés à présenter des listes de candidats. Les regroupements d'électeurs sont tenus d'obtenir la signature d'au moins 1 % des électeurs. Il est interdit aux électeurs de signer pour plus d'une liste de candidats. L'ordre de présentation sur la liste doit successivement et obligatoirement alterner entre des individus de sexe différent.

Répartition des sièges[modifier | modifier le code]

Toute candidature qui n'a pas obtenu un minimum de 3 % des voix dans une circonscription n'est pas admise à participer à la répartition des sièges. La répartition se déroule de la manière suivante :

  • on ordonne les candidatures sur une colonne en allant de la plus votée vers la moins votée ;
  • on divise le nombre de voix obtenues par chaque candidature par 1, 2, 3... jusqu'au nombre de sièges à pourvoir dans le but de former un tableau ;
  • on attribue les sièges à pourvoir en tenant compte des plus grands quotients selon un ordre décroissant ;
  • lorsque deux candidatures obtiennent un même quotient, le siège est attribué à celle qui a le plus grande nombre total de voix ; lorsque deux candidatures ont exactement le même nombre total de voix, l'égalité est résolue par tirage au sort et les suivantes de manière alternative.

Comme dans toute l'Espagne, le vote blanc est reconnu et comptabilisé comme un vote valide. Il est par conséquent pris en compte pour déterminer si un parti a franchi ou non le seuil électoral. En revanche, conformément à l'article 96.5 de la LOREG, seuls les suffrages exprimés sont pris en compte pour la répartition des sièges à pourvoir. Les sièges propres à chaque formation politique sont attribués aux candidats en suivant l'ordre de présentation sur la liste. En cas de décès, incapacité ou démission d'un député, le siège vacant revient au candidat ou, le cas échéant, au suppléant placé immédiatement derrière le dernier candidat élu de la liste.

Campagne[modifier | modifier le code]

La campagne s'est articulé autour des deux blocs, droite et gauche. D'un côté a ainsi eu lieu un affrontement entre le PP et Ciudadanos, mené au niveau national avec une implication forte des deux présidents de parti, Albert Rivera et Pablo Casado, allant presque jusqu'à éclipser leurs candidats à la présidence de la Junte. Tandis que de l'autre côté, le PSOE et Adelante Andalucía menaient une bataille pour l'hégémonie à gauche en Andalousie, avec des campagnes très régionales, où les dirigeants nationaux sont restés davantage en retrait[23].

La campagne de Susana Díaz s'est faite « en positif », sans conflictualité ouverte avec son adversaire à gauche, tandis que Teresa Rodríguez a mené une campagne plus offensive, tournée vers les électeurs déçus du PSOE, avec le slogan « le susanisme n'est pas le socialisme »[23].

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2015
Parti socialiste ouvrier espagnol d'Andalousie
Partido socialista obrero español de Andalucía
Centre gauche
Social-démocratie, fédéralisme
Susana Díaz
Présidente de la Junte
35,2 % des voix
47 députés
Parti populaire d'Andalousie
Partido Popular Andaluz
Centre droit à droite
Libéral-conservatisme, démocratie chrétienne
Juan Manuel Moreno 26,6 % des voix
33 députés
Adelante Andalucía (Podemos+IULV-CA+IA+PA) Gauche radicale
Anticapitalisme, républicanisme, écologisme, régionalisme
Teresa Rodríguez 21,6 % des voix
20 députés
Ciudadanos Centre droit à droite
Libéral-conservatisme, antinationalisme périphérique, unionisme
Juan Marín (es) 9,2 % des voix
9 députés
Vox Extrême droite
National-conservatisme, centralisme, conservatisme social
Francisco Serrano 0,5 % des voix
0 député

Sondages[modifier | modifier le code]

Institut Date PSOE PP Cs Podemos IULV-CA Autres
Celeste Tel[24] 36,7 %
(44/46)
23,8 %
(28/30)
13,6 %
(12/13)
19,3 %
(22/23)
NC Report[25] 36,6 %
(45)
23,4 %
(28)
14 %
(14)
18,6 %
(22)
7,4 %
IMOP[26] 29,8 %
(33-37)
20,5 %
(22-27)
22,3 %
(22-26)
21,7 %
(23-26)
5,7 %
JM&A[27] 37,7 %
(46)
20,7 %
(25)
18,3 %
(20)
17,1 %
(18)
-
Aurea Project[28] 32,8 %
(37-40)
23,6 %
(29-32)
18,5 %
(20-22)
19 %
(19-22)
6,1 %
ElectoPanel[29] 32 %
(39)
20,6 %
(24)
20,9 %
(22)
21 %
(24)
5,5 %
SW Demoscopia[30] 38,1 %
(45-48)
19,8 %
(21-24)
21,5 %
(12-25)
14,8 %
(14-17)
5,8 %
ElectoPanel[31] 34,4 % 21,6 % 17,6 % 19,9 % 6,5 %
SyM Consulting[32] 31,5 % 24,2 % 13,1 % 18,1 % 7,5 % 5,6 %
Université de Grenade (pour Podemos)[33] 32,3 % 20,8 % 17,5 % 13,8 % 6,9 % 8,9 %
NC Report[34] 33,3 % 25,6 % 13,9 % 14,6 % 8 % -
Deimos Estadística[35] 34,6 % 25,4 % 19,7 % 14,4 % 3,9 % 1,7 %
SW Demoscopia/Grupo Viva[36] 36,8 % 22,5 % 19,3 % 16,5 % -

Résultats[modifier | modifier le code]

Participation[modifier | modifier le code]

Taux de participation aux élections
Taux de participation En 2015 En 2018 Différence
à 14 heures 33,94 % 29,93 %  −4,01
à 18 heures 51,41 % 46,47 %  −4,94
à 20 heures 62,56 % 58,64 %  −3,92

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Total régional[modifier | modifier le code]

Résultats préliminaires[37]
Partis Voix % Sièges +/−
Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE-A) 1 009 243 27,95 33 Decrease2.svg 14
Parti populaire d'Andalousie (PPA) 749 275 20,75 26 Decrease2.svg 7
Ciudadanos (Cs) 659 631 18,27 21 Increase2.svg 12
Adelante Andalucía (AA) 584 040 16,18 17 Decrease2.svg 3
Vox 395 978 10,97 12 Increase2.svg 12
Parti animaliste contre la maltraitance animale (PACMA) 69 660 1,93 0 Steady.svg
Autres candidatures (21 partis) 2,37 0 Steady.svg
Blanc 56 916 1,58
Votes valides 3 610 726 97,80
Votes nuls 81 133 2,20
Total 3 691 859 100 109 Steady.svg
Abstentions 2 849 863 43,56
Inscrits 6 541 722 56,44

Par circonscription[modifier | modifier le code]

Circonscription Almería Cadix Cordoue Grenade
Sièges 12 Steady.svg 15 Steady.svg 12 Steady.svg 13 Steady.svg
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Inscrits 456 868 100,00 969 237 100,00 629 478 100,00 701 088 100,00
Abstentions 194 701 42,61 450 108 46,46
Votants 262 212 57,39 518 707 53,54
Nuls 3 394 1,29 9 471 1,83
Exprimés 258 818 98,71 509 236 98,17
Partis Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/−
PSOE-A 67 088 25,92 3  −2 121 100 23,78 4  −2 4  −1 4  −1
PPA 70 504 27,24 4  −1 89 517 17,58 3  −1 3  −1 3  −1
Cs 42 258 16,33 2  +1 106 331 20,88 3  +2 2  +1 3  +2
AA 24 985 9,65 1  0 97 647 19,18 3  −1 2  0 2  −1
Vox 43 468 16,79 2  +2 57 279 11,25 2  +2 1  +1 1  +1
Autres 10 515 4,06 28 220 5,54
Blanc 2 962 1,14 9 142 1,80
Circonscription Huelva Jaén Málaga Séville
Sièges 11 Steady.svg 11 Steady.svg 17 Steady.svg 18 Steady.svg
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Inscrits 389 621 100,00 514 265 100,00 1 132 457 100,00 1 505 852 100,00
Abstentions
Votants
Nuls
Exprimés
Partis Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/−
PSOE-A 4  −2 4  −2 4  −2 6  −2
PPA 3  0 3  −1 4  −1 3  −1
Cs 2  +1 2  +2 4  +2 3  +1
AA 1  0 1  0 3  −1 4  0
Vox 1  +1 1  +1 2  +2 2  +2
Autres
Blanc

Analyse[modifier | modifier le code]

Rosa Aguilar et Manuel Jiménez Barrios.
La conseillère à la Justice et à l'Intérieur Rosa Aguilar et le vice-président de la Junte Manuel Jiménez annoncent les résultats.

Le Parti socialiste ouvrier espagnol d'Andalousie subit sa plus sévère défaite en perdant environ 400 000 voix et sept points et n'obtient plus que 33 mandats sur les 109 composant le Parlement d'Andalousie, soit 14 de moins que lors des précédentes élections de 2015. Pour la première fois depuis plus de trente-cinq ans, le parti n'est plus en mesure de gouverner seul ou en coalition avec les seules forces de gauche.

Après 37 ans au pouvoir, les socialistes font principalement les frais de leurs scandales de corruption et de l'abstention de nombreux électeurs de gauche désabusés dans les circonscriptions qui leur rapportaient traditionnellement les meilleurs résultats[38],[39]. Le parti arrive toutefois toujours en tête dans l'ensemble des circonscriptions, exceptée celle d'Almería qui revient au Parti populaire. Toujours à gauche, la coalition Adelante Andalucía qui rassemble Podemos et Izquierda Unida ne parvient pas à rentabiliser son alliance puisqu'elle perd 280 000 voix, cinq points de pourcentage et trois sièges.

De l'autre côté du spectre politique, le Parti populaire perd également sept sièges, en baisse de près de 300 000 suffrages. Remportant seulement la circonscription d'Almería, les conservateurs connaissent un important revers dans les provinces de Cadix et Séville où ils se classent à la quatrième position derrière les partis de gauche et Ciudadanos. Dans ses bastions traditionnels, le PP souffre d'un net recul et paye le prix de la division de la droite. Depuis la victoire de Javier Arenas lors du scrutin de 2012, les conservateurs se sont vus privés de plus de la moitié de leurs électeurs et de 24 sièges[38]. Ensemble, les deux grands partis de la vie politique espagnole ont obtenu leurs plus mauvais résultats depuis 1982 et ne rassemblent plus que près de 49 % des voix et 59 sièges. En revanche, Ciudadanos double ses électeurs par rapport à 2015 et obtient 21 mandats, soit 12 de plus que lors des précédents élections. Les électeurs ne semblent donc pas reprocher aux libéraux leur soutien au gouvernement de Susana Díaz pendant trois ans et demi.

Même si les différentes enquêtes électorales prévoyaient la possibilité que Vox puisse entrer au Parlement[40],[41],[42], ce parti d'extrême-droite ayant un programme commun à toute l'Espagne et dont les principales mesures visent à supprimer les communautés autonomes et à s'opposer à l'immigration illégale ainsi qu'a l'indépendantisme catalan, crée la surprise générale en recueillant près de 400 000 voix et douze sièges[43],[44]. Le parti se classe en deuxième position dans la circonscription d'Almería et rafle la mise dans les bastions conservateurs de Roquetas de Mar et El Ejido du fait de l'importante immigration illégale[45]. Le parti réalise également un score non négligeable dans le quartier sévillan de Los Remedios[46]. Le profil sociologique des votants de Vox est essentiellement celui des classes moyennes et riches. Il obtient notamment ses résultats les plus importants dans les municipalités connaissant le plus fort taux d'immigration. Le parti avait fait campagne sur la promesse de déporter les immigrés illégaux, de fermer les mosquées fondamentalistes, ou encore de doter les enclaves de Ceuta et Melilla de murs infranchissables[47].

L'entrée de Vox au parlement andalou fait l'objet de nombreux superlatifs dans les médias espagnols et internationaux, l’Espagne n'ayant pas connu de parti d’extrême droite dans n'importe quelle assemblée parlementaire depuis la fin de la dictature franquiste. Son résultat est jugé susceptible de rabattre les cartes du paysage politique dans le pays[48],[49].

Enfin, le taux d'abstention a progressé de presque cinq points pour se situer aux alentours de 44 %. Il s'agit du deuxième plus mauvais score de participation depuis le premier scrutin de 1982 ; la plus faible participation ayant eu lieu en 1990 avec 55,32 %. C'est également la deuxième fois que le taux de participation est inférieur à la barre des 60%[38].

Les forces de gauche ont donc perdu la majorité absolue en voix et en sièges dont elles disposaient à l'hôpital de las Cinco Llagas, siège du Parlement andalou, au profit d'une majorité de droite de 59 sièges ; la majorité absolue étant fixée à 55 députés[50].

De même, ces élections redessinent la représentation de la communauté autonome au Sénat espagnol. Le PSOE-A doit se contenter de trois sièges et le PP de deux. Ciudadanos, qui n'en avait aucun, obtient deux mandats et la coalition de Podemos conserve le sien. Le résultat obtenu par Vox lui donne le droit de désigner son premier représentant aux Cortes Generales[51].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Régionales[modifier | modifier le code]

Après l'annonce des résultats et visiblement attristée, Susana Díaz comparait devant la presse et fait part de sa volonté, comme elle l'avait promis en campagne si elle gagnait les élections, de former un nouveau gouvernement et d'entamer des discussions avec l'ensemble des autres forces politiques représentées, à l'exclusion de Vox contre lequel elle se présente comme la « digue de contention pour que l'extrême-droite ne soit pas celle qui décide du futur de l'Andalousie »[52]. L'échec de la gauche à conserver la majorité absolue des sièges au Parlement ravive immédiatement le duel opposant le secrétaire général fédéral du PSOE et président du gouvernement Pedro Sánchez à la présidente de la Junte d'Andalousie. Le lendemain du scrutin, à l'issue de la réunion de la commission exécutive fédérale du PSOE, le secrétaire à l'Organisation José Luis Ábalos rejette l'entièreté de la perte du pouvoir sur Susana Díaz qui aurait effectué une campagne « formelle » dénuée de toute intensité[53]. Ábalos indique également la porte de sortie à Díaz si elle n'obtient pas sa réélection à la tête de l'exécutif dans le but de « régénérer » le PSOE-A[54]. La présidente de la Junte d'Andalousie rejette cette assertion en affirmant que l'on « régénère ce qui est dégénéré et je dirige un parti décent, honnête et travailleur » ; tout en confirmant vouloir se présenter à l'investiture si elle a le nombre de soutien requis[55],[56]. Après avoir affirmé être prête à « prendre le contrôle » du PSOE-A, la direction nationale du parti, par la voix d'Ábalos, se ravise et indique toute sa « confiance » en Díaz pour opérer les changements nécessaires et mener à bien le processus de négociations[57].

À droite, Ciudadanos annonce très vite rejetter l'idée d'une alliance avec le Parti socialiste[58]. Juan Manuel Moreno et Juan Marín (es) revendiquent tous deux le droit de se présenter à l'investiture[59]. Le PP critique ce choix en soulignant que Ciudadanos « veut la présidence de l'Andalousie et être important avant d'être utile »[60] et appelle les libéraux et Vox à négocier avec pour seule limite la Constitution[61]. Le président du PP évoque même l'idée de faire entrer ce parti au sein du conseil de gouvernement[62]. Au cours de la campagne, ni Ciudadanos ni le Parti populaire n'avaient écarté cette hypothèse, et l'un comme l'autre refusait de désigner Vox comme un parti d’extrême droite[63].

Nationales[modifier | modifier le code]

Sur le plan national, Pedro Sánchez se contente d'un message posté sur les réseaux sociaux dans lequel il indique que son « gouvernement continuera de mettre en place un projet régénérateur et européiste pour l'Espagne »[64]. Pablo Casado, président du Parti populaire, voit le projet qu'il propose comme ratifié et demande la convocation immédiate d'élections générales anticipées ; tout comme le président de Ciudadanos Albert Rivera[65],[66]. Pablo Iglesias, secrétaire général de Podemos, appelle les citoyens à « prendre les rues » et manifester contre la percée de Vox en Espagne[67]. Santiago Abascal, président de Vox, annonce tenir Iglesias pour responsable de toutes les violences qui viendrait à être commises[68],[69].

Deux jours après le scrutin, Pedro Sánchez décide de présenter le projet de loi budgétaire pour 2019 en afin de reprendre l'initiative et mettre en difficulté les partis indépendantistes catalans qui n'approuveraient pas un budget contenant de nombreuses mesures sociales[70]. Il avait effectivement renoncé à présenter son projet de loi de finances du fait de son incertitude à réunir une majorité, et avait ainsi ouvert la porte à la convocation d'élections générales anticipées[71], mais les résultats défavorables à la gauche en Andalousie pourraient le pousser à reconsidérer cette option, n'étant désormais plus certain de l'emporter en capitalisant sur son accession au pouvoir[48],[47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Susana Díaz reactiva la política andaluza con una inminente crisis de Gobierno. », Público,‎ (lire en ligne).
  2. (es) « El Senado formaliza la baja del presidente del PP andaluz Juanma Moreno como senador. », eldiario.es,‎ (lire en ligne).
  3. (es) « ¿De qué hablaron Moreno y Marín en ese almuerzo casi secreto? », sevilla,‎ (lire en ligne).
  4. (es) « Teresa Rodríguez arrasa en las primarias de Podemos Andalucía. », La Vanguardia,‎ (lire en ligne).
  5. (es) « Rodríguez agiliza el programa de Podemos Andalucía en previsión del adelanto electoral. », Público,‎ (lire en ligne).
  6. (es) « Susana Díaz desoye la oferta de pacto de Podemos a cambio de romper con C’s. », Público,‎ (lire en ligne).
  7. (es) « IU-CA lo apuesta todo a la confluencia con Podemos tras reelegir como líder a Maíllo. », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  8. (es) « De IU a C’s: dos formas de condicionar la política de Susana Díaz. », Público,‎ (lire en ligne).
  9. (es) « Juan Marín gana las primarias de Ciudadanos para las elecciones a la presidencia de la Junta de Andalucía. », sur parlamento-andalucia.ciudadanos-cs.org, (consulté le 16 juillet 2018).
  10. (es) « Cs convoca unas primarias exprés para elegir candidato en las andaluzas por temor a un adelanto electoral. », sur eldiario.es, (consulté le 5 septembre 2018).
  11. (es) « Ciudadanos pone en bandeja a Susana Díaz el adelanto electoral en Andalucía. », sur elperiodico.com, (consulté le 5 septembre 2018).
  12. (es) « Albert Rivera apuesta por romper con el PSOE en Andalucía y da por liquidada la legislatura. », sur elmundo.es, (consulté le 5 septembre 2018).
  13. (es) « El órdago de Cs a Díaz aboca al adelanto electoral en Andalucía. », sur lavanguardia.com, (consulté le 5 septembre 2018).
  14. (es) « El PSOE acusa a Cs de “abocar” a Andalucía a elecciones anticipadas. », sur lavanguardia.com, (consulté le 5 septembre 2018).
  15. (es) « Susana Díaz resiste la presión de todos los partidos y descarta por enésima vez el adelanto electoral en Andalucía », sur eldiario.es, (consulté le 11 septembre 2018).
  16. (es) « Susana Díaz anuncia hoy la convocatoria de elecciones en Andalucía. », sur elpais.com, (consulté le 8 octobre 2018).
  17. (es) « Susana Díaz convoca elecciones en Andalucía. », sur lavanguardia.com, (consulté le 8 octobre 2018).
  18. (es) « Zoido y Nieto irán en las listas del PP para mostrar «unidad» dentro del partido. », sur larazon.es, (consulté le 21 octobre 2018).
  19. (es) « Zoido y Nieto encabezarán las listas del PP en las elecciones andaluzas por Sevilla y Córdoba. », sur eldiario.es, (consulté le 21 octobre 2018).
  20. (es) « Las listas del 2-D reabren las heridas en el PP andaluz. », sur elmundo.es, (consulté le 21 octobre 2018).
  21. (es) « PP-A renueva a siete cabezas de cartel para el 2D con integración de partidarios de Casado. », sur europapress.es, (consulté le 21 octobre 2018).
  22. (es) « Casado impone su autoridad en las listas del PP en Andalucía. », sur abcblogs.abc.es, (consulté le 21 octobre 2018).
  23. a et b (es) « Elecciones en Andalucía 2018: una campaña en dos bloques y dos tiempos », eldiario.es,‎ (lire en ligne).
  24. (es) « Andalucía según Celeste-Tel: clara victoria del PSOE », sur electomania.es (consulté le 5 novembre 2018).
  25. (es) « NC Report para Andalucía: el PP aguanta el ‘sorpasso’, Susana cae en escaños, sube en votos. – Electomanía », sur electomania.es (consulté le 21 octobre 2018).
  26. (es) « El Confidencial Andalucía: El PSOE baja del 30% y el PP se queda cuarto en votos – Electomanía », sur electomania.es (consulté le 20 octobre 2018).
  27. (es) « El PP se hunde en Andalucía, Ciudadanos se dispara y Díaz podrá gobernar con UP o Cs. », sur publico.es, (consulté le 15 octobre 2018).
  28. (es) « ANDALUCÍA · Elecciones autonómicas · Encuesta de Aurea Project · Octubre 2018 », sur electograph.com, (consulté le 17 octobre 18).
  29. (es) « Electopanel Andalucía: PP, Adelante Andalucía y Ciudadanos empatados, pero Susana Díaz sigue por delante – Electomanía », sur electomania.es (consulté le 24 septembre 2018).
  30. (es) « Sondeo », sur Electograph, (consulté le 3 juillet 2018).
  31. (es) « ElectoPanel Andalucía: El PSOE volvería a ganar – Electomanía », sur electomania.es (consulté le 16 juin 2018).
  32. (es) « Encuesta en Andalucia », sur Electograph, (consulté le 2 juin 2018).
  33. (es) « ANDALUCÍA ▪ Elecciones autonómicas ▪ Encuesta U. de Granada para Podemos ▪ Marzo 2018 », sur Electograph, (consulté le 17 mai 2018).
  34. (es) « ANDALUCÍA - Elecciones autonómicas Sondeo NC Report, Febrero 2018 », sur Electograph, (consulté le 2 mai 2018).
  35. (es) « El PSOE volvería a ganar en Andalucía y consolidaría su hegemonía », Andalucía Información,‎ (lire en ligne).
  36. (es) « ANDALUCÍA - Elecciones autonómicas Sondeo SW Demoscopia para Publicaciones del Sur, Febrero 2018 », sur Electograph, (consulté le 2 mai 2018).
  37. (es) « Elecciones Parlamento de Andalucía 2018 », sur www.resultadoseleccionesparlamentoandalucia2018.es (consulté le 3 décembre 2018)
  38. a b et c (es) « El PSOE se desangra en la Andalucía rural. », sur elmundo.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  39. (es) « Análisis del vuelco electoral en Andalucía. », sur elpais.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  40. (es) « Andalucía abre ciclo electoral en España mirando a los pactos entre partidos. », sur rtve.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  41. (es) « Los partidos cierran la campaña andaluza tensionados por el efecto Vox. », sur elmundo.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  42. (es) « Las elecciones andaluzas, marcadas por la incertidumbre y los pactos. », sur publico.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  43. « Espagne : l'extrême droite entre au Parlement régional d'Andalousie », sur Le Figaro, .
  44. (es) « Vox crece donde hay más inmigrantes: un mapa de sus votos en cada municipio. », sur elpais.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  45. (es) « Vox arrasa en el 'mar de plástico': "Hay tantos inmigrantes que no podemos ir al médico. », sur elconfidencial.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  46. (es) « Los nuevos votantes de VOX, un día después de las elecciones: “Esto no es solo de Andalucía, también los apoyaremos en las generales”. », sur elpais.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  47. a et b « L'extrême droite en Andalousie: Pedro Sanchez en difficulté », sur RFI, .
  48. a et b « Vox, le parti sorti de nulle part qui relance l'extrême droite en Espagne », sur France 24, .
  49. (en) Raphael Minder, « Far-Right Vox Party Erodes Socialists’ Control in Spain’s Largest Region », sur NYTimes.com, .
  50. (es) « El PSOE se hunde, la izquierda pierde la mayoría y Vox irrumpe con 12 diputados. », sur elpais.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  51. (es) « Vox también entra en el Senado: tendrá un escaño tras el resultado de las elecciones andaluzas. », sur eldiario.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  52. (es) « Susana Díaz: "Somos el dique de contención para que no sea la extrema derecha quien decida el futuro de Andalucía". », sur elmundo.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  53. (es) « El PSOE no descarta que Díaz se vaya y cree que ha hecho una campaña de "trámite". », sur elmundo.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  54. (es) « El PSOE se abre a que Susana Díaz dimita si no logra la investidura. », sur lavanguardia.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  55. (es) « Díaz baraja ir a la investidura y planta cara a Ferraz: "No hay nada que regenerar". », sur elconfidencial.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  56. (es) « Susana Díaz, a Ábalos: "Solo se regenera aquello que está degenerado". », sur elperiodico.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  57. (es) « Ferraz recula y templa con Díaz: no pide su dimisión y descarta una gestora en Andalucía. », sur elconfidencial.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  58. « Ciudadanos refuse de s’allier aux socialistes en Andalousie », sur ouest-france.fr, .
  59. (es) « Cs y PP pelean por presidir Andalucía bajo amenaza de unas segundas elecciones. », sur elconfidencial.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  60. (es) « El PP acusa a Cs: "Quiere la presidencia de Andalucía y ser importante antes que útil. », sur elconfidencial.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  61. (es) « Casado llama a Rivera a negociar y pone la Constitución como único límite. », sur elconfidencial.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  62. (es) « Casado: "Vox tiene que decidir si tiene una posición pasiva o activa en Andalucía". », sur elconfidencial.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  63. Daryl Ramadier, « En un scrutin, Vox a changé la donne politique en Espagne », sur Slate, (consulté le 5 décembre 2018) : « Toute la question est désormais de savoir si la droite acceptera de pactiser avec l'extrême droite. Durant la campagne, ni le PP ni Ciudadanos n'avaient écarté cette hypothèse, et l'un comme l'autre refusait de désigner Vox comme un parti d’extrême droite. ».
  64. (es) « Pedro Sánchez : los resultados refuerzan el compromiso de defender democracia frente al miedo. », sur europapress.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  65. (es) « El PP de Casado salva su primera cita en las urnas por la irrupción de la ultraderecha. », sur publico.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  66. (es) « Casado y Rivera exigen a Sánchez que convoque elecciones tras el batacazo del PSOE en Andalucía. », sur lavanguardia.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  67. (es) « Iglesias llama a salir a las calles tras el auge de Vox en Andalucía. », sur abc.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  68. (es) « Vox señala a Iglesias por llamar a manifestarse: «Le haremos responsable de todos los ataques». », sur abc.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  69. (es) « Miles de personas protestan contra Vox en varias capitales andaluzas. », sur lavanguardia.com, (consulté le 4 décembre 2018).
  70. (es) « Pedro Sánchez rectifica: presentará sus Presupuestos en enero y recurrirá a decretos ley si no tiene apoyos. », sur elmundo.es, (consulté le 4 décembre 2018).
  71. « Espagne. Pedro Sanchez ouvre la porte à des élections anticipées », sur ouest-france.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]



This page is based on a Wikipedia article written by contributors (read/edit).
Text is available under the CC BY-SA 4.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.

Destek