Gonets

Description de cette image, également commentée ci-après
Maquette de satellite Gonets-M
Données générales
Organisation Drapeau de la Russie RKA
Constructeur Drapeau de la Russie NPO PM
ISS Reshetnev (Gonets-M1)
Domaine Télécommunications
Constellation oui
Statut Gonets : retiré du service
Gonets-M : opérationnel
Gonets-M1 : en cours de développement
Lancement Gonets : 1992-2001
Gonets-M : 2005->2022
Gonets-M1 : > 2022
Durée de vie Gonets : 1,5 ans
Gonets-M : 5 à 7 ans
Gonets-M1 : ?
Caractéristiques techniques
Masse au lancement Gonets : 233 kg
Gonets-M : 280 kg
Gonets-M1 : ~1 000 kg
Contrôle d'attitude Stabilisé par gradient de gravité
Source d'énergie Panneaux solaires
Orbite basse
Altitude 1400 km
Inclinaison ~82,6°

Gonets (russe Гонец, messager) est un système de télécommunications par satellite russe utilisant une constellation de satellites de télécommunications à usage civil placés en orbite basse. Il fonctionne de manière asynchrone : le satellite stocke l'émission reçue à bord puis la réémet lorsqu'il se trouve à portée du récepteur. L'orbite basse permet d'utiliser ce système en disposant d'émetteurs de faible puissance et donc légers. Le système a été déployé au cours des années 1990. Une version amélioré (Gonets-M) est déployée depuis 2005. Le système Gonets dérive du système de télécommunications militaires par satellite Strela.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le système de télécommunications par satellite russe Gonets utilise des satellites de télécommunications placés sur une orbite circulaire de 1 400 × 1 414 km avec une inclinaison orbitale de 82,6°. Dans sa première version, le satellite Gonets d'une masse de 233 kg et une durée de vie théorique de 1,5 an. Les satellites sont stabilisés par gradient de gravité. Le système, pour être complètement opérationnel, doit comporter 12 satellites répartis sur 4 plans orbitaux distincts. Un satellite donné est visible dans un rayon de 5 000 km et deux stations peuvent dialoguer entre elles en quasi temps réel si elles sont toutes deux à portée de satellite. Dans le cas contraire, le message de l'émetteur est stocké à bord du satellite puis réémis lorsque celui-ci survole le destinataire. Le système est particulièrement populaire dans les régions isolées de la Russie, notamment en Sibérie ou dans le long de l'océan Arctique. La durée de vie constatée des satellite est comprise entre 2,5 et 14 ans[1],[2],[3].

Déploiement[modifier | modifier le code]

Les deux premiers prototypes de satellite Gonets ont été lancés le . Le système est déclaré opérationnel en 2002 malgré une couverture partielle faute de disposer des 12 satellites en orbite. En 2011, il ne restait plus que deux satellites en fonctionnement[2].

Réactivation du système Gonets : les satellites Gonets-M[modifier | modifier le code]

Après une première tentative pour redéployer une constellation en 2004, qui s'est traduite par le lancement d'un seul satellite dans une version améliorée baptisée Gonets-M, le projet est relancé en 2010 et un déploiement progressif a lieu à partir de 2012. La nouvelle constellation baptisée Gonets-D1M devrait compter 36 satellites répartis sur 5 plans orbitaux. En 2022, 25 satellites de ce type avaient été lancés (mais certains n'étaient plus actifs). Les satellites Gonets-M ont une masse de 280 kg et une durée de vie comprise entre 5 et 7 ans. Ils utilisent deux à trois canaux sur la bande de fréquences de 2004-400 MHz et avec une puissance de transmission de 20 watts. Le débit peut être de 2,4 kilobits/seconde, 9,6 kilobits/s et 64 kilobits/s. La mémoire de masse est de 8 mégaoctets. Le terminal utilisateur mobile développé pour ce système ressemble à un téléphone portable et pèse 1,3 kilogramme[2],[4],[5].

Les satellites Gonets-M1[modifier | modifier le code]

Une version plus évoluée, baptisée Gonets-M1, permettant de transmettre 10 à 20 fois plus de données et de diviser le délai des échanges entre utilisateurs par 30, a été programmée dans le plan directeur du programme spatial russe pour la période 2006-2015. Les travaux de conception ont débuté en 2010 mais en 2022, aucun satellite de ce type n'a encore été placé en orbite[6].

Historique des lancements[modifier | modifier le code]

Tous les tirs jusqu'en 2020 se sont effectués depuis le cosmodrome de Plessetsk[4],[1].

Historique des lancements[4],[1].
Date Type Désignation Lanceur Commentaire
13 juillet 1992 Gonets Cosmos 2199, Cosmos 2201 Tsyklon-3 Prototypes
19 février 1996 Gonets Gonets 1, 2 et 3 Tsyklon-3
14 février 1997 Gonets Gonets 4,5 et 6 Tsyklon-3
27 décembre 2000 Gonets Gonets 7, 8 et 9 Tsyklon-3 Échec
28 décembre 2001 Gonets Gonets 10, 11 et 12 Tsyklon-3
21 décembre 2005 Gonets M Gonets M-1 Cosmos-3M
8 septembre 2010 Gonets M Gonets M-2 Rokot-KM
28 juillet 2012 Gonets M Gonets M-3 et M-4 Rokot-KM
11 septembre 2013 Gonets M Gonets M-5, M-6 et M-7 Rokot-KM
3 juillet 2014 Gonets M Gonets M-8, M-9 et M-10 Rokot-KM
31 mars 2015 Gonets M Gonets M-11, M-12 et M-13 Rokot-KM
26 décembre 2019 Gonets M Gonets M-14, M-15 et M-16 Rokot-KM
28 septembre 2020 Gonets M Gonets M-17, M-18 et M-19 Soyuz-2-1b/Fregat
3 décembre 2020 Gonets M Gonets M-20, M-21 et M-22 Soyuz-2-1b/Fregat
22 octobre 2022 Gonets M Gonets M-23, M-24 et M-25 Soyuz-2-1b/Fregat Lancé depuis le cosmodrome Vostotchny contrairement aux vols précédents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Gunter Krebs, « Gonets », sur Gunter's Space Page (consulté le )
  2. a b et c (en) « Gonets », sur Russianspaceweb (consulté le )
  3. (en) « Gonets Leosat System », sur Gonets (consulté le )
  4. a b et c (en) Gunter Krebs, « Gonets-M », sur Gunter's Space Page date= (consulté le )
  5. (en) Daniel Marin, « Primer lanzamiento de la constelación rusa de satélites Sfera », sur Eureka,
  6. (en) Gunter Krebs, « Gonets-M1 », sur Gunter's Space Page (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]