Brigue

Brigue
(de) Brig
Brigue
Blason de Brigue
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Brigue
Commune Brigue-Glis
Démographie
Gentilé Brigois
Population
permanente
12 162 hab. (2008)
Densité 320 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 09″ nord, 7° 59′ 17″ est
Altitude 691 m
Superficie 38 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
Brigue
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
Brigue
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du canton du Valais
Brigue

Brigue, appelée en allemand Brig et en italien Briga, est une ville du canton du Valais située sur le territoire de la commune de Brigue-Glis.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Brigue vient du celtique Briga et signifie « forteresse de colline » ou « hauteur, puis château fort »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionnée pour la première fois en 1215, Brigue ne fut élevée au rang de ville qu’au XVIIe siècle. Elle connut un important développement grâce à Kaspar Jodok von Stockalper (1609-1691), un habile homme d'affaires, surnommé « le roi du Simplon ».

Les sources thermales de Brigue étaient déjà réputées au Moyen Âge. Ruinées par un éboulement au XVe siècle, elles ont été déblayées en 1471 et annexées aux bains publics.

Le collège jésuite du Saint-Esprit, édifié entre 1673 et 1688, offre un bel exemple d’architecture baroque[2].

Le Brigue fut le point de départ du franchissement des Alpes, avec un monoplan, par Jean Bielovucic qui vola en 28 minutes jusqu'à Domodossola[3].

Le , la ville a été partiellement ravagée par des inondations, à la suite de la sortie de son lit de la rivière Saltina.

Population[modifier | modifier le code]

Gentilé et surnoms[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune se nomment les Brigois[4].

Ils sont surnommés les Brigands. Ils sont également surnommés d'Holzschüö, d'Sschüöblätza et d'Turugeuche en suisse allemand, soit les sabots, les savetiers et ceux qui sont tout fiers de leur maison à tourelle[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune compte 468 habitants en 1798, 412 en 1802, 596 en 1827, 721 en 1850, 1 012 en 1860, 1 172 en 1888, 2 182 en 1900, 3 132 en 1920, 3 854 en 1950, 5 191 en 1970, 9 608 (avec Glis et Brigerbad) en 1980, 10 602 en 1990 et 11 590 en 2000[5].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Lignes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Niveau routier (Autobus)[modifier | modifier le code]

Photo aérienne historique de Werner Friedli de 1949.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Elle se situe près des stations de Belalp, Saas-Fee, Zermatt, Fiesch, Bettmeralpetc.

Les bains thermaux du Brigerbad attirent de nombreuses personnes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie française#Substrat celtique
  2. Carmela Kuonen Ackermann: Die Kollegiumskirche zum Heiligen Geist in Brig. (Schweizerische Kunstführer, Nr. 569). Hrsg. von der Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte GSK. Bern 1995, (ISBN 978-3-85782-569-9).
  3. Excelsior du 26 janvier 1913
  4. a et b Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 19
  5. Louis Carlen (trad. Walter Weideli), « Brigue » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :