Cyclife France

Wikipedia open wikipedia design.

CYCLIFE FRANCE
Création 1990 (Socodei)
Dates clés 2019 (changement de nom)
Forme juridique Société anonyme
Siège social Bagnols-sur-Cèze (30204)
Direction Bertrand Martelet
Actionnaires Électricité de FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Dépollution et autres services de gestion des déchets (Code NAF ou APE 3900Z)[1]
Produits Traitement et conditionnement des déchets radioactifs
Société mère EDF
Sociétés sœurs Oreka Solutions (Bagnols)

Cyclife (Puteaux)

Effectif 289 en 2019
SIREN 380 303 107
Site web https://www.cyclife-edf.com/

Chiffre d'affaires 85 264 900 € en 2018
Résultat net 772 400 € en 2018[2]

Cyclife France a été créée en 1990 par Areva et EDF sous le nom SOCODEI (Société pour le conditionnement des déchets et des effluents industriels). Depuis 2010, cette société est une filiale à 100 % d'Électricité de France[3],[4]. Pour harmonisation de la marque, SOCODEI change de nom pour Cyclife France en , après le rattachement des entités de Cyclife UK, Cyclife Sweden et Socodei à la plateforme industrielle européenne Cyclife créée par EDF en 2016[5],[6].

Son activité est dédiée au traitement et le conditionnement des déchets et des effluents radioactifs de faible et très faible activité et au démantèlement d'installations nucléaires. Cyclife France traite des déchets radioactifs à l’usine de Centraco mais intervient également directement sur les sites de producteurs pour les déchets non transportables.

Les déchets traités peuvent provenir de divers producteurs tels que l’industrie nucléaire, les hôpitaux ou les centres de recherche. Cela peut être des métaux, des déchets combustibles ou même des effluents.

Explosion accidentelle à l’usine de Centraco[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cette société exploite la fonderie de l'usine Centraco à Codolet sur le site nucléaire de Marcoule (Gard).

Le , une explosion survient dans le four de fusion destiné à fondre les déchets radioactifs métalliques de faible et très faible activité. Elle a causé la mort d'un salarié, et blessé quatre autres personnes dont une gravement.

Le , la Socodei (ancien nom de Cyclife France) est « reconnue coupable d’exploitation d’une installation nucléaire de base en violation des prescriptions techniques ».

La société Socodei est ensuite mise en examen pour homicide et blessures involontaires, puis condamnée en [7],[8].

L'unité incinération[modifier | modifier le code]

Les déchets reçus pour traitement par incinération sont des déchets de très faible activité (TFA) et des déchets de faible activité (FA). Ceux-ci sont les déchets incinérables suivants :

  • Déchets Solides Incinérables (DSI) : tenues portées par le personnel intervenant dans les installations nucléaires (gants, combinaisons…). Déchets combustibles issus de l’exploitation et de la maintenance (emballages, vinyles, chiffons…), ainsi que des déchets d’hôpitaux et de laboratoires utilisant des produits radioactifs,
  • Déchets Liquides Incinérables (DLI) : effluents liquides (solutions de lavage, huiles, solvants), résines et boues provenant des installations nucléaires, ainsi que des déchets d’hôpitaux et de laboratoires utilisant des produits radioactifs.

L’incinérateur est un four statique à trois chambres de combustion, comparable à un incinérateur utilisé dans l’industrie classique. Sa conception a été adaptée aux exigences des installations nucléaires, notamment en matière de confinement de la radioactivité (mise en dépression par rapport au local dans un bâtiment lui-même en dépression). Il est conçu pour traiter 5 000 tonnes de déchets par an.

L'unité Fusion[modifier | modifier le code]

Les déchets reçus sont des Déchets Métalliques (DM) TFA et FA : structures métalliques, vannes, pompes, outils en inox, acier et métaux non ferreux issus des opérations de maintenance et de démantèlement des installations nucléaires. Les déchets métalliques (DM) sont triés et préparés (tri, découpe, mise au gabarit…), puis fondus dans un four électrique à induction à 1 600°C. Le four est conçu pour traiter 3 500 tonnes par an. Selon les caractéristiques physico-chimiques des déchets métalliques, deux utilisations ou exutoires sont possibles :

  • Les déchets, qui correspondent à des critères métallurgiques précis, sont utilisés pour la fabrication de Protections Radiologiques Intégrées (PRI) entrant dans le conditionnement d’autres déchets de moyenne activité. Cette valorisation est destinée uniquement à l’industrie nucléaire qui bénéficie des contrôles permettant une traçabilité des produits utilisés. Pour ce faire, le métal fondu est introduit dans la centrifugeuse qui produit un tube, par rotation. Ce tube ensuite est scié puis muni d’un fond, d’une bride, d’un couvercle et d’un système de malaxage. Il est ensuite incorporé dans une coque béton,
  • Les déchets qui ne sont pas valorisables sont coulés dans une chemise métallique sous forme de lingots qui sont expédiés, en tant que déchets ultimes, aux centres de stockage en surface de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA). Le volume des déchets est notablement réduit avec les lingots.

Les déchets conditionnés sont ensuite pris en charge et stockés par l'ANDRA sur le site du centre de stockage de l'Aube.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]



This page is based on a Wikipedia article written by contributors (read/edit).
Text is available under the CC BY-SA 4.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.

  • Oriflame Üyelik
  • Destek