Élection présidentielle de 2018 en République démocratique du Congo

Wikipedia open wikipedia design.

Élection présidentielle de 2018 en République démocratique du Congo
Corps électoral et résultats
Inscrits 38 542 138
Votants 18 329 318
47,56 %  −11,3
Félix Tshisekedi (september 2018) 2.jpg Félix Tshisekedi – Coalition Cap pour le changement
Voix 7 051 013
38,57 %
Martin Fayulu Par Ezra Sierra © 2018 cropped.jpg Martin Fayulu – Coalition Lamuka
Voix 6 366 732
34,83 %
Emmanuel Ramazani Shadary at PPRD rally in kinshasa (cropped).jpg Emmanuel Ramazani Shadary – Coalition Front commun pour le Congo
Voix 4 357 359
23,84 %
Président de la République
Sortant Élu
Joseph Kabila
PPRD
Félix Tshisekedi
UDPS

L'élection présidentielle congolaise de 2018 a lieu le 30 décembre 2018[1] en République démocratique du Congo (RDC) en même temps que des législatives et les provinciales. Reportée à plusieurs reprises depuis 2016, cette élection devrait donner un successeur à Joseph Kabila, qui occupe le poste de président de la République démocratique du Congo depuis 2001.

La campagne est dominée par l'affrontement entre trois candidats : Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin désigné de Joseph Kabila, Félix Tshisekedi, fils du candidat malheureux au second tour de la présidentielle précédente Étienne Tshisekedi, ainsi que le candidat commun d'une partie de l'opposition, Martin Fayulu.

Avec un peu plus de 38 % des suffrages selon les résultats provisoires, Félix Tshisekedi devance Martin Fayulu, qui en recueille près de 35 %. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du parti du président sortant termine sur la troisième marche du podium avec 23 %[2].

Dés l'annonce des résultats, ceux ci sont vivement contestés par Martin Fayulu, la Conférence épiscopale du Congo annonçant par ailleurs que ces derniers ne correspondent pas aux résultats collectés par ses 40 000 observateurs sur le terrain. Une fuite de documents de la Commission électorale nationale indépendante (république démocratique du Congo) (CENI) vient le 15 janvier corréler ces affirmations. Entre temps, les résultats des législatives sont proclamés en avance, donnant une très large majorité des deux tiers à la coalition du gouvernement sortant, le Front commun pour le Congo, augurant une cohabitation rendant caduc l'alternance.

Le gouvernement est accusé d'avoir, devant l'impossibilité de faire élire son candidat, choisi de faire gagner le candidat de l'opposition le moins hostile au régime. Un accord aurait ainsi été conclu entre Tshisekedi et Kabila, attribuant au premier la présidence, et au second le contrôle du gouvernement et de plusieurs secteurs régaliens via une mainmise sur l'assemblée nationale et celles provinciales. Le contrôle de ces dernières, dont les membres procèdent à l'élection du Sénat, permettrait au président sortant, sénateur à vie, de se faire élire président de la chambre haute, deuxième plus haute fonction de l'état dans l'ordre protocolaire, en attendant un éventuel retour en 2021.

Contexte

L'élection a lieu deux ans et dix jours après l'expiration du mandat de Joseph Kabila, nommé au pouvoir après l'assassinat de son père Laurent-Désiré Kabila en 2001 puis élu président en 2006 et réélu en 2011. Le régime de Joseph Kabila est accusé de réprimer brutalement l'opposition politique. Ses forces sécurité auraient tués près de 300 personnes entre 2015 et 2018 dans des manifestations pacifiques, et arrêté des centaines d'opposants, selon l'ONG Human Rights Watch[3]. Joseph Kabila est également personnellement soupçonné d'avoir utilisé sa position pour son enrichissement personnel et celui de ses proches, via plusieurs dizaines d'entreprises liées à des membres de sa famille , selon une enquête de Bloomberg publiée en 2016, qui l'accuse de se maintenir au pouvoir pour cette raison[3],[4].

Initialement prévue fin 2016, l'élection présidentielle n'a finalement pas lieu suite à l'annonce le 29 septembre 2016 de son report à 2018 par la Commission électorale indépendante (CENI), pour cause de fichier électoral incomplet. Ce report entraîne une profonde crise intérieure causant une quarantaine de morts, et des négociations avec l'opposition amènent par la suite à fixer le report à un maximum d'un an, soit décembre 2017. Le 7 juillet 2017 cependant, le président de la CENI déclare impossible de tenir ce délai. Le 5 novembre 2017, il fixe finalement la date du scrutin, couplé aux législatives, au 23 décembre de l'année suivante, avec publication des résultats de la présidentielle le 9 janvier suivant et une investiture du président élu le 12 janvier[1],[5].

Des élections législatives doivent se dérouler simultanément afin de renouveler les 500 membres de l'Assemblée nationale, la chambre basse du Parlement de la République démocratique du Congo. De même, des élections provinciales ont lieu pour renouveler les 780 membres des 26 assemblées provinciales du pays.

Mode de scrutin

Le président de la République est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois au scrutin uninominal majoritaire à un tour depuis l'amendement en janvier 2011 de l'article 71 de la Constitution. Il avait auparavant lieu en deux tours si aucun candidat ne décrochait la majorité absolue au premier.

L'article 72 dispose que les candidats doivent posséder la nationalité congolaise et être âgés d'au moins trente ans.

Selon l'article 65 de la Constitution, le président reste en fonction jusqu’à la fin de son mandat qui, sauf cas de force majeure reconnue et déclarée par la Cour constitutionnelle, doit coïncider avec la prise de fonction effective de son successeur élu. Si le mandat présidentiel expire sans qu'un nouveau président soit élu, le président sortant reste ainsi en place jusqu'à l'organisation du scrutin.

Candidats

Joseph Kabila n'est pas autorisé à se présenter, la Constitution limitant à deux le nombre de mandats présidentiels. L'opposition attribue à Kabila la volonté derrière ces reports du scrutin d'organiser un référendum afin de supprimer cette limitation, comme ont pu le faire les dirigeants de pays voisins tels Paul Kagame au Rwanda ou Denis Sassou-Nguesso au Congo-Brazzaville[1]. Kabila forme quelques mois avant les élections une coalition dite Front commun pour le Congo (FCC) dont la charte appelle les partis membres à s'engager à soutenir une seule candidature à la présidentielle[6]. Le 8 août 2018, jour de limite des dépôt de candidature, il déclare ne pas être candidat et apporte son soutien à Emmanuel Ramazani Shadary, désigné candidat du FCC[7].

Moïse Katumbi déclare sa candidature le 2 janvier 2018. Ex-gouverneur de la province du Katanga de 2007 à 2015, et ancien fidèle de Kabila, il est crédité de son important développement économique lors de cette période. Le jour suivant, son domicile à Lubumbashi est encerclé par les forces de l'ordre, dont le ministre l'accuse d'avoir recruté des « mercenaires étrangers », ce qu'il dément avant de réclamer la protection de la Monusco[8]. Bloqué à la frontière zambienne début août, il est empêché de rentrer d'exil et ne peut donc déposer sa candidature[9].

Liste

Sur 25 candidats enregistrés auprès de la Commission électorale indépendante[10],[11], 19 sont initialement retenus, parmi lesquels :

Le 24 août, la CENI invalide les candidature de 6 candidats : Marie-Josée Ifoku et Samy Badibanga pour défaut de nationalité d'origine, ce dernier n'ayant pas recouvré sa nationalité légalement après en avoir changé, Jean-Pierre Bemba pour avoir été condamné par la CPI pour subornation de témoins, Antoine Gizenga pour défaut de signature, Adolphe Muzito pour conflit avec son parti et Jean-Paul Moka-Ngolo pour défaut de paiement de la caution de candidature[11]. Cette décision est confirmée le 4 septembre[14]. Le 19 septembre, la CENI rend publique la liste définitive des 21 candidats à l'élection présidentielle, parmi lesquels Ifoku et Badibanga ont été rétablis[15].

Le 11 novembre, 7 leaders de l'opposition, parmi lesquels les candidats retenus Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, et Freddy Matungulu, ainsi qu'Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba, non retenus par la CENI, et Moïse Katumbi, qui n'a pas pu postuler, désignent Martin Fayulu comme candidat unique[16]. L'accord est cependant en partie mort-né, ses principaux signataires, Tshisekedi et Kamerhe s'en retirant dès le lendemain sous la pression de leurs partis respectifs. Ceux restants réitèrent néanmoins leur soutien[17],[18],[19]. Fayulu devient ainsi candidat de la coalition Réveille-toi (Lamuka en lingala).

Le 23 novembre, Vital Kamerhe retire sa candidature en faveur de Félix Tshisekedi suite à un accord entre les deux hommes où le premier deviendrait Premier ministre en cas de victoire du second[20], [21]. Leurs partis respectifs, très implantés sur le territoire congolais, s'associent lors de la campagne pour former la Coalition Cap pour le changement, dite coalition Cach.

Campagne

Domination des trois principaux candidats

La campagne officielle débute le 21 novembre 2018, et se clôt un mois plus tard[22],[23]. Elle est dominée par les trois principaux candidats : Fayulu, Shadary et Tshisekedi, les autres candidats s'effaçant progressivement, tandis que plusieurs indépendants sont jugés invisibles. Théodore Ngoy, Maurice Masheke, Marie-José Ifoko, Seth Kikuni, Shekomba Alain Daniel ainsi que Pasteur Maluta brillent ainsi par l'absence de calicots et de banderoles à leurs effigie, là où le pays se couvre comme à son habitude lors des élections de ceux des autres candidats[24].

Le fondateur du parti Kabila désir, Kin-Kiey Mulumba, qui s'était fait connaitre en 2016 pour avoir prôner un troisième mandat du président sortant[25], se désiste le premier décembre en faveur de Félix Tshisekedi[26]. Le 4 décembre, le candidat Jean-Philibert Mabaya du parti Arc-en-Ciel du Congo se désiste quant à lui en faveur de Martin Fayulu, afin « d'instaurer un nouveau régime politique pour une gouvernance démocratique dans le pays »[27]. Le 12 décembre, il est suivi par Maurice Masheke qui se désiste à son tour en faveur de Fayulu, se disant convaincu par la « pertinence du programme de gouvernance » du candidat de la coalition Lamuka[28].

L'ensemble de ces candidats, de même que Vital Kamerhe et Freddy Matungulu, qui s'étaient respectivement désistés en faveur de Tshisekedi et de Fayulu dès le début de la campagne, voient malgré tout leurs noms figurer sur les bulletins de votes, la loi électorale ne prévoyant pas de retrait de candidatures après la publication des listes définitives des candidats[29].

Emmanuel Ramazani Shadary

Emmanuel Ramazani Shadary

Emmanuel Ramazani Shadary, âgé de 58 ans, est un fidèle de Joseph Kabila, dont il est le ministre de l'intérieur avant d'être désigné par ce dernier candidat du PPRD en aout 2018, avant d'en devenir quelques mois après numéro deux[30]. Décrit comme un « fervent chrétien catholique » par son entourage, proche des Congolais originaires du Katanga qui détienne la mainmise sur l'appareil sécuritaire de l'état, bien qu'il n'en fasse pas lui-même partie, il a la confiance du président. Il est originaire comme la mère de ce dernier de la province du Maniema[31].

L'opposition décrie sa candidature comme celle « fantoche » d'un homme placé et contrôlé par Joseph Kabila afin d'assurer l'intérim à la présidence. Ce dernier est ainsi soupçonné d'avoir l'intention de revenir au pouvoir lors de l'élection suivante, pour laquelle il ne serait plus empêché de se présenter par la constitution, à la manière de Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev de 2008 à 2012 en Russie. Lors d'une interview accordée le 9 décembre à des médias américains, Kabila mentionne qu'il « n’exclut pas de se représenter aux élections de 2023 », tout en affirmant « avoir l’intention de faire des élections aussi proches de la perfection que possible »[32],[33].

En tant que candidat, Shadary souffre de son passé de ministre de l'Intérieur, au cours duquel il est mêlé à la répression sanglante de marches de catholiques contre un troisième mandat de Kabila ayant eu lieu entre fin 2017 et début 2018 dans plusieurs villes, dont notamment dans les régions de Kinshasa et du Kasai. Dans cette dernière, deux experts des Nations Unies trouvent la mort, tandis que la répression mène à d'importants déplacements de population[34]. Shadary fait alors partie de plusieurs membres du gouvernement congolais soumis à des sanctions de l'Union Européenne[30]. Le candidat de la coalition Front commun pour le Congo bénéficie cependant de l'important appareil du parti au pouvoir, le PPRD, ce qui lui permet d'être le seul à battre campagne dans la totalité des 26 régions de la RDC, pays immense couvrant deux fuseaux horaires[34]. lors de la campagne, il affirme pour priorité la restauration de l’autorité de l’État, en particulier dans l'est de la RDC, la diversification de son économie, la lutte contre la pauvreté et le renforcement du rôle géostratégique du pays[31].

Il fait cependant toujours partie des dignitaires du régimes faisant l'objet de sanctions de l’Union européenne pour « entrave au processus électoral » et « violations des droits de l’Homme », ce qui le rend persona non grata en Europe [31].

Martin Fayulu

Martin Fayulu

Martin Fayulu, 62 ans, est un opposant de longue date du régime. Malgré sa participation à de nombreuses manifestation de l'opposition depuis 2015, il n'est pas une personnalité très connue au sein de cette dernière lors de sa désignation comme « candidat unique » en novembre 2018 à Genève. Fayulu a ainsi fait la majeure partie de sa carrière comme homme d'affaire dans le secteur privé, notamment en tant que PDG du géant pétrolier ExxonMobil. Natif du Bandudu, dans le centre ouest de la RDC, Outsider de l'opposition devenu pivot de la campagne, il concentre les attaques les plus virulentes du régime[30].

Nommé candidat commun de la coalition « Réveille-toi » (Lamuka en lingala) lors d'une réunion en novembre à Genève de sept dirigeants de l'opposition sous l'égide de la Fondation Kofi Annan[31], il est à ses débuts fortement pénalisé par son important manque de notoriété. La mise en place de la coalition le soutenant est également marquée par les défections dés le lendemain de l'accord des candidats Tshisekedi et Kamerhe, qui décident par la suite de s'associer entre eux. Il est en revanche soutenu par les poids lourds de l'opposition Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, ce qui lui permet de fortement mobiliser lors de ses meetings de campagne. Fayulu bénéficie ainsi du soutien du parti de Bemba, un opposant historique à Mobutu, Kabila père ainsi qu'à son fils contre qui il réunit près de 42 % des voix en 2006. Le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Bemba est alors très bien implanté dans le pays, et permet à Fayulu de disposer d'importants relais de campagne dans les provinces. De même, le soutien de Katumbi, reconnu au sein de la population pour sa gestion de la province du Katanga, se révèle un soutien de poids pour Fayulu dans cette dernière, malgré l'exil forcé de Katumbi en Belgique[34]. Lors du lancement de sa campagne dans l'Est à Beni puis à Kisangani, capitale très peuplée de la province de Tshopo, il y rassemble de larges foules grâce aux réseaux de Katumbi[31].

Le Katanga étant également un fief swahilophone du chef de l'état, sa campagne dans cette région est jugée comme un défi au régime, et nombres de ses meetings sont alors émaillés d'incidents, en particulier le 12 décembre à Kalemie et dans la capitale provinciale Lubumbashi, où au moins cinq de ses partisans trouvent la mort lors d'affrontements avec la police et des partisans de Kabila. Il est alors momentanément empêché de tenir l'un de ses meeting par la dispersion violente de milliers de ses partisans par le le vice-gouverneur de la province, Ali Omari Simukinje, accompagné d'un groupe portant des tee shirts du PPRD au pouvoir et de forces de police, qui finissent après une montée de la tension entre les deux groupes par tirer des coups de feu pour disperser la foule. Le même jours, après avoir finalement tenu meeting, Fayulu prend l'avion pour Kolwezi, où il est empêché d’atterrir, et se rend finalement à Goma, dans le Nord-Kivu. Interviewé par RFI, le candidat s'indigne. « Les autorités congolaises ou la "Kabilie" ne veulent pas que je communie avec mon peuple de Kolwezi. On m'empêche de faire campagne ! »[31],[35].

La représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU en RDC, Leïla Zerrougui, se dit « préoccupée par la succession d’incidents graves qui entravent le bon déroulement de la campagne », déplore les vies humaines et rappelle à l'état qu'il lui incombe d’assurer la sécurisation du processus électoral avec neutralité et en usant de la force avec retenue. Le chef de la Monusco se joint le lendemain à son appel, appelant à des élections apaisées[35].

Fayulu propose un programme économique visant à injecter 123 milliards de dollars dans l'économie du pays. Ses principales propositions de réformes sont cependant d'ordre constitutionnelles, afin de démanteler l'appareil du pouvoir. Il propose également de rendre possible la double nationalité, afin de faire revenir les « compatriotes qui ont acquis des compétences à l'étranger » après s'être expatriés[31]. Selon les termes de l'accord de Genève, s’il gagne, le champion de l’opposition devra organiser dans deux ans de nouvelles élections, cette fois çi dans des conditions libres[31],[36].

Félix Tshisekedi

Félix Tshisekedi

Âgé de 55 ans, Félix Tshisekedi passe un accord avec Vital Kamerhe peu après leurs désistement de l'accord de Genève, ce dernier se désistant en sa faveur pour devenir son colistier sur un « ticket » destiné en cas de victoire à donner au premier la présidence, et au second le poste de Premier ministre. Tshisekedi s'engage également à soutenir un candidat du parti de Kamerhe, l'Union pour la nation congolaise (UNC), lors de la présidentielle 2023.

Félix Tshisekedi fait campagne avec son colistier au sein de la coalition Cap pour le Changement (Cach), les deux candidats justifiant leurs retrait de la coalition Lamuka par la demande de cette dernière de « se couper de leurs bases », fortement opposés aux retraits de leurs chef de parti derrière un quasi inconnu. Surnommé « Fatshi » par ses partisans, Félix Tshisekedi mène ainsi campagne dans les provinces du Kasai dont il est originaire, ainsi que dans les villes de Kinshasa et de Lubumbashi, tandis que l'appui de Vital Kamerhe, populaire dans les provinces des Kivus, où il est né, lui permet d'y bénéficier d'un important soutien[37]. Il assure en cas de victoire vouloir mener un dialogue pour ramener la paix et la stabilité dans l'est du pays[31].

Les candidats passent la fin de campagne dans les provinces de l'ouest du pays, notamment au Congo central et celles issus de l'éclatement de la province de l'équateur. Tshisekedi y promet en autre l'instauration de l’État de droit, la gratuité de l'enseignement primaire et secondaire et des soins de santé, et la création d'emploi pour les jeunes[38],[39],[40]. En tant que dirigeant de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti créé par son père et opposant historique Étienne Tshisekedi mort d'une embolie pulmonaire en 2017, le candidat de la coaltion Cach bénéficie du soutien d'un parti très structuré et présent sur l'ensemble de l'immense territoire de la RDC. L'UDPS avait été fondé dans les années 1980 contre la dictature de Mobutu[30].

Sondages

La veille du scrutin, deux sondages sont effectués, respectivement par le Bureau d’études, de recherches, et de consulting international (BERCI) et Ipsos Afrique du Sud en partenariat avec GeoPoll. Avec respectivement 2 000 et 902 sondés représentatifs, les études donnent Fayulu vainqueur (BERCI: 45 %, Ipsos/GeoPoll: 49 %), devant Félix Tshisekedi (BERCI: 28 %, Ipsos/GeoPoll: 20 %), suivi d'Emmanuel Shadary (BERCI: 20 %, Ipsos/GeoPoll: 18 %). Fayulu est donné en tête dans 18 des 26 provinces, à l'exception de l'Ituri, du Sankuru et du Maniema, donnés favorables à Shadary, et du Sud Kivu, Kasai Central, Kasai, Kasai Oriental ainsi que du Haut Lomami, où Tshisekedi serait en tête[41],[3].

Déroulement

Le président Joseph Kabila en train de voter

Trois jours avant la date prévue du 23 décembre, le scrutin est reporté au 30 par la Commission électorale nationale et indépendante (CENI) en raison de retard dans l'impression des bulletins, des difficultés rencontrées face à l'épidémie d'Ebola dans l'est du pays, ainsi que par l'incendie d'un entrepôt de la commission contenant plusieurs milliers de machines à voter destinées à la capitale [42].

Le 26 décembre 2018, soit 4 jours avant le scrutin, la CENI déclare qu'il sera impossible d'organiser les élections dans les villes de Beni, Butembo et Yumbi pour cause de « persistance de l'épidémie de maladie à virus Ebola » et à cause du risque « d'incidents meurtriers »[43]. Les opérations électorales pour ces villes sont alors reportées au mois de mars 2019 pour ce qui est des législatives et des provinciales, et annulées pour la présidentielle. Les partis d'opposition considèrent qu'il s'agit là d'une manœuvre politique car les circonscriptions exclues sont des bastions de l'opposition[44].

Le 30 décembre 2018, de nombreux dysfonctionnements sont constatés car le matériel fourni pour les opérations de vote est soit défaillant soit manquant. De plus, de nombreuses irrégularités sont rapportés, comme l'impression de bulletins de vote plusieurs jours après la fin du vote et que la population aurait saisis[45] . À Beni, ville dans laquelle le scrutin a été annulé, le mouvement citoyen LuCha organise une élection symbolique afin de démontrer leur faisabilité malgré la décision de la CENI[46].

Galerie

Annonce des résultats

Bureaux de la CENI à Kinshassa

L'annonce des résultats provisoires par la CENI est initialement prévue d'ici au 6 janvier 2019[47], suivis de ceux définitifs le 15[48]. Un report est néanmoins jugé très probable, tandis que les pressions s'accumulent sur la CENI, suspectée par l'opposition de camoufler un trucage des résultats par le pouvoir[49]. Le 31, le gouvernement coupe l'accès à internet dans le pays, ainsi qu'au média RFI, dont les correspondants voient leurs accréditations retirées[50]. La coupure dure au moins deux semaines, poussant la population a recourir à des cartes sims étrangères[51].

Déclaration de la Cenco

Au sein de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), les hauts représentants de l'Église affirment être en mesure de connaître le nom du président élu, tout en n'en divulguant aucun pour ne pas tomber dans l'illégalité[52]. L'Église catholique congolaise, historiquement très influente et respectée en RDC, s'est fortement impliquée dans les accords de sortie de la crise politique. L'Église dispose ainsi lors du scrutin de plus de 40 000 observateurs couvrant la majeure partie des quelques 74 000 bureaux de vote du pays. Ce déploiement lui aurait permit de disposer de copies d'une très grande partie de leurs procès-verbaux. Les résultats, une fois compilés, auraient rapidement fuités auprès des principaux partis ainsi que des ambassades étrangères, révélant une avance d'un candidat de l'opposition sur Emmanuel Shadary telle qu'elle rendrait très difficile un trucage des résultats par le pouvoir[53],[34]. La déclaration est alors jugée comme une mise en garde de la Cenco à l'encontre du gouvernement, au cas où celui-ci tenterait malgré tout de s'engager dans cette voie. Mis sous pression de l'Église et de la communauté internationale, le gouvernement proteste et accuse l'Église de contribuer à l'anarchie[54],[55],[56],[57].

Soupçon de fraude en faveur de Tshisekedi

Le gouvernement de Joseph Kabila est alors soupçonné de chercher, à défaut d'une victoire de son dauphin, à faire proclamer vainqueur Tshisekedi, allié à Kamerhe, un ex-allié de Kabila, et considéré comme une opposition plus « douce », au détriment de Fayulu, d'une opposition dure soutenue par les candidats contre lesquels le gouvernement a tout fait pour prévenir l'éligibilité[53],[49]. L'UPDS ne dément pas les rumeurs de rapprochement entre le président sortant et Tshisekedi. Dans les jours suivant, ce dernier multiplie les déclarations laissant entrevoir une porte de sortie pour Joseph Kabila, déclarant ainsi qu'il pourra « vivre tranquillement dans son pays, vaquer à ses occupations » après avoir quitté le pouvoir, allant jusqu'à ajouter qu'« un jour nous devrons même songer à lui rendre hommage pour avoir accepté de se retirer. Pourquoi, compte tenu de son expérience, ne pas lui confier des tâches diplomatiques spéciales, faire de lui un ambassadeur extraordinaire du Congo ? »[58].

Report des résultats

Comme attendu, le président de la CENI, Corneille Nangaa, annonce le 6 janvier que la commission n'a pu centraliser qu'un peu plus de la moitié des bulletins de vote, et reporte l'annonce des résultats à une date indéterminée[59],[60]. Le 9, la commission indique être en mesure d'annoncer les résultats provisoires sous 24 à 48 heures. Dès cette annonce, les forces de l'ordre bloquent la circulation sur les principales artères de la capitale. La veille, des rumeurs d'une annonce imminente des résultats avait entrainer d'importants mouvements de foule[58]. Entre temps, le président américain Donald Trump annonce le déploiement au Gabon de 80 soldats qu'il déclare « prêts à intervenir en RDC en cas de violences postélectorales » afin de procéder à la protection et l'évacuation des ressortissants américains au Congo[61].

Proclamation de la victoire de Tshisekedi

La CENI proclame finalement les résultats provisoires de la présidentielle à la suite de ceux des provinciales dans la nuit du 9 au 10 janvier. Félix Tshisekedi est annoncé vainqueur, en attendant les résultats officiels définitifs de la Cour constitutionnelle[62]. Des scènes de liesses de la part des partisans de Tshisekedi s'ensuivent rapidement, notamment à Kinshasa ou à Goma, tandis que des manifestations éclatent de la part de ceux de Fayulu et, brutalement réprimées, se transforment dans certaines villes en émeutes. À Kikwit, l'un des fiefs de Fayulu, quatre morts dont deux policiers et deux civils sont a déplorer, tandis qu'a Kisangani, les manifestants sont dispersés à coups de grenades lacrymogènes. En dépits des craintes des observateurs, le pays ne connait cependant pas une éruption de violence généralisée[37].

Résultats

En accord avec le calendrier de la CENI, la prestation de serment du président élu devrait avoir lieu le 22 janvier[63].

Résultats provisoires de la présidentielle congolaise de 2018[64],[65]
Candidats Partis Voix %
Félix Tshisekedi Coalition Cap pour le changement[N 1] 7 051 013 38,57
Martin Fayulu Coalition Lamuka[N 2] 6 366 732 34,83
Emmanuel Ramazani Shadary Coalition Front commun pour le Congo[N 3] 4 357 359 23,84
Charles Luntadila Indépendant
Joseph Maluta Indépendant
Marie-Josée Ifoku Alliance des élites pour un nouveau Congo
Soborabo Radjabho Congolais unis pour le changement
Honoré Kazadi Front populaire pour la justice
Gabriel Mokia Mouvement des démocrates congolais
Yves Mpunga Coalition Première force politique
Samy Badibanga Les Progressistes
Seth Kikuni Indépendant
Francis Mvemba Indépendant
Théodore Ngoy Indépendant
Daniel Shekomba Indépendant
Noël Tshiani Indépendant
Vital Kamerhe[N 4] Union pour la nation congolaise
Jean-Philibert Mabaya[N 5] Arc-en-ciel du Congo
Sylvain Maurice Masheke[N 5] Indépendant
Freddy Matungulu[N 5] Synergie électorale Notre Congo
Tryphon Kin-Kiey Mulumba[N 4] Indépendant
Votes valides 18 280 820 99,74
Votes blancs ou invalides 48 498 0,26
Total 18 329 318 100
Abstention 20 212 820 52,44
Inscrits/Participation[N 6] 38 542 138 47,56

Réactions et contestation des résultats

Discours de Tshisekedi

Lors de sa première prise de parole, le 10 janvier, Félix Tshisekedi fait les louanges du président sortant devant une foule de ses partisans au siège de l'UDPS, affirmant ainsi « Je rends hommage au président Joseph Kabila. Aujourd'hui, nous ne devons plus le considérer comme un adversaire mais plutôt comme un partenaire de l'alternance démocratique dans notre pays » avant de qualifier le résultat de « jour historique pour l'opposition traditionnelle de ce pays »[37]. Il s'affirme heureux pour le peuple congolais, qui aurait ainsi éviter les affrontements, les violences et les effusions de sang. Il salue également la campagne menée en partenariat avec son « ticket » Vital Kamerhe, ainsi que celles de ses adversaires Martin Fayulu et Emmanuel Ramazani Shadary, puis rend également hommage à « la CENI et à son président, Corneille Nangaa, qui, malgré les critiques, malgré les menaces est resté imperturbable et est allé jusqu'au bout de sa logique. Aujourd'hui nous pouvons dire que la vérité des urnes a triomphé. »[66]

Contestation par Martin Fayulu

Au lendemain de cette publication, le candidat Fayulu conteste les résultats, dénonçant un « putsch électoral » qu'il qualifie d'escroquerie et de blague. Il affirme qu'il n'acceptera pas que la victoire du peuple congolais soit « volée » et invite la CENCO et d'autres observateurs à révéler les vrais résultats par bureaux de vote[67],[68]. « On a volé la victoire du peuple congolais, et le peuple congolais ne l’acceptera jamais »[68].

Selon les partisans de la coalition Lamuka, Martin Fayulu aurait recueilli 61,51 % des suffrages contre 18,86 % pour Tshisekedi et 18,49 % pour Shadary[69],[70]. Le 11 janvier, il réunit plusieurs centaines d'entre eux au siège du (MLC) de Jean-Pierre Bemba à Kinshasa. Il y annonce son intention de déposer un recours auprès de la Cour constitutionnelle, tout en sachant que celle ci est acquise au régime de Kabila, afin de montrer qu'il cherche à suivre la voie légale[69]. Il déclare ainsi à la BBC « Nous savons bien que la Cour constitutionnelle est composée de partisans de Kabila mais nous ne voulons pas qu'ils disent que nous n'avons pas suivi la loi. Nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour avoir un résultat juste et clair. »[70]. Selon la loi électorale, le dépôt d'un recours auprès de la Cour est autorisé dans un délai de quarante huit heures à partir de la proclamation des résultats provisoires, suivie d'une semaine de délai pour que celle ci rende son verdict. Lors des scrutins précédents, la cours avait été vivement critiquée pour son rejet des recours des candidats Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito, ses membres étant accusés d'être des partisans de Joseph Kabila[69]. Fayulu appelle ses militants à l'accompagner lors de son dépôt de recours[71], qu'il effectue le 12 janvier. Le matin même, sa résidence est encerclée par des soldats de la Garde républicaine, qui dispersent ses sympathisants, avant de finir par se retirer[72]. La haute cour est alors placée sous haute sécurité des forces de l'ordre, qui ne laisse entrer que le candidat accompagné de son épouse[73].

Contestation par la Cenco

Le même jour, la Cenco déclare que les résultats annoncés « ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement »[74],[75]. Les évêques auraient prévenus lors d'une rencontre avec le président Kabila quelque jours auparavant qu'ils considéreraient comme un « coup d’Etat constitutionnel » la proclamation d'un vainqueur autre que celui identifiés par leurs dépouillement parallèle, lui demandant de faire preuve de sagesse[76].

Lors d'une téléconférence avec le Conseil de sécurité de l'Onu, au cours de laquelle le président de la CENI se dit « très intéressé de savoir pour quel parti elle (la Cenco) travaille" » avant d'ajouter « Je mets quiconque au défi de dire que la Cenco a pu collecter tous les résultats. », le président de la Cenco Marcel Utembi réagit en assurant de l'indépendance de la conférence épiscopale, dont il affirme qu'elle a pu vérifier 72% des suffrages[70].

Très respectée au Congo, où elle est jugée plus crédible qu'un gouvernement ayant multipliée les manœuvres pour se maintenir au pouvoir et écarter ses opposants[77], la Cenco fait alors partie des rares organisations d'observateurs n'ayant pas été écartés du processus électoral, déployant plus de 40 000 d'entre eux. La mission des Nations-Unies en RDC (MONUSCO), l’Union européenne (UE) ainsi que les États-Unis, désignés comme « occidentaux », ont ainsi été mis à l'écart, tandis que leurs propositions d'accompagnement logistique et de soutien financier ont été refusées[76].

Autres observateurs

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) et l'Union africaine sont pour leurs part autorisés, et déploient à eux deux 153 observateurs dans ce pays grand comme quatre fois la France. Selon le journal Le Monde, cette autorisation serait due au fait que le régime de Kabila ne les considère pas comme menaçants. Pour le chef de la mission d’observation de l’UA, Dioncounda Traoré, les élections se sont « globalement déroulées dans un climat apaisé et serein », tandis que son homologue de la SADC, Joseph Malanji, les qualifie de « première grande victoire du peuple congolais »[76]. Selon plusieurs diplomates relayés par l'AFP, la SADC et l'UA aurait également constatés un victoire de Martin Fayulu[78].

Réactions à l'étranger

Union européenne

L'Union européenne réagit à la proclamation des résultats provisoires de la CENI par une déclaration appelant cette dernière à « publier les procès-verbaux de chaque centre local de compilation des résultats conformément à ce que prévoit la loi électorale » afin, selon l'union, d'assurer « la crédibilité du processus et la sincérité du scrutin » dans la mesure où les résultats sont contestés par une partie de l'opposition et des observateurs nationaux. L'UE appelle également l'ensemble de la classe politique de s'abstenir de tout recours à la violence et à ne contester les résultats que de manière pacifique, par les procédures prévues par la loi[69],[79].

La France, la Belgique et le Royaume Uni expriment publiquement des doutes quant aux résultats annoncés[70]. En France, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian déclare que ceux ci « ne semblent pas conformes aux résultats que l'on a pu constater ici ou là. » et que l'opposant Martin Fayulu en était « a priori » le vainqueur, s'attirant des accusations d'ingérence par les médias Slate et Mediapart[80],[81]. Le ministre belge des affaires étrangères, Didier Reynders, insiste quant à lui sur la nécessité d'une annonce des résultats, « même si ces résultats ne sont pas le choix du pouvoir congolais », affirmant que le pays « va vers des difficultés majeures ». La Belgique venant de prendre la présidence tournante du Conseil de Sécurité de l'ONU en tant que membre non permanent, le ministre belge assure que son pays va pousser à une « pression maximale » du Conseil de sécurité sur les autorités congolaises afin qu'elles respectent le choix des électeurs, estimant par ailleurs qu'une position commune entre la Belgique, l'Union européenne, l'Union africaine et les États-Unis est en vue[82]. Son homologue anglais Jeremy Hunt se déclare pour sa part très inquiet des incohérences des résultats provisoires, et estime crucial que la volonté de la population congolaise démocratiquement exprimée soit respectée, ajoutant que les données doivent être examinées avant d'assurer que le Conseil de sécurité traitera de la question le lendemain 14 janvier[83].

Afrique

Au niveau de l'Union africaine (UA), le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat annonce dans un communiqué avoir pris connaissance des résultats et appelle à ce que toute contestation des résultats proclamés, notamment celle portant sur leur non-conformité avec la vérité des urnes, se fasse pacifiquement, par le recours aux procédures prévues par la loi. Mahamat souligne également que la situation exige la recherche d'un consensus quelle que soit l’issue définitive des élections[84].

La SADC estime pour sa part nécessaire un recomptage des voix. L’organisation appelle par la voix de son dirigeant Edgar Lungu à la formation d'un « gouvernement d’union nationale[85]. Le 14 janvier, la SADC revient dans un communiqué sur son appel à recompter les voix, sous la pression de l'Afrique du Sud[86].

Nations unies

Le 15 janvier, le conseil de sécurité de l'ONU fait une déclaration jugée « extrêmement prudente » sur la situation, ses membres ne s'accordant que sur le constat d'un déroulement en ordre et sans heurts des élections, et appelant au recours par les parties prenantes des voies légales. La Russie, la Chine ainsi que l’Afrique du Sud, favorables au gouvernement congolais, parviennent ainsi à s'opposer à une déclaration plus tranchante du conseil à son encontre[87].

Selon Thierry Vircoulon, chercheur à l'Institut français des relations internationales, « à partir du moment où les Congolais eux-mêmes ne contestent pas avec vigueur, il est difficile d’imaginer la communauté internationale le faire. Le Conseil de sécurité de l’ONU se trouve dans l’incapacité de prendre des décisions claires. D’autres puissances ont émergé. C’est le résultat du changement des équilibres mondiaux. Le régime Kabila le sait et en joue »[88].

Accusation d'entente Kabila-Tshisekedi

Dés avant la proclamation des résultats, le gouvernement est rapidement accusé d'avoir, à défaut de pouvoir faire élire son candidat, choisit de faire gagner le candidat de l'opposition « douce », Félix Tshisekedi. Le candidat Fayulu, parrainé par les deux ennemis personnels de Kabila, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, était en effet jugé comme le « cauchemar du régime »[37],[89].

Les déclarations accommodantes de Tshisekedi pour le président sortant plusieurs jours avant l'annonce des résultats auraient constituées des appels du pieds entre les deux camps, en vue d'un accord secret dont l'ex-kabiliste Vital Kamerhe est accusé d'avoir aider en coulisse à la conclusion[70],[37],[89]. Selon le chercheur belge Kris Berwouts, « Cela ne fait aucun doute. Un deal a été passé au sein d’un tout petit groupe d’acteurs. Et Vital Kamerhe, véritable animal politique qui connaît par cœur la classe politique congolaise, en est certainement l’artisan. ». Pour le constitutionnaliste Martin Mulumba, de l’université Paris-I, « Contrairement à son père, qui était intransigeant, qui disait non à tout, Félix a montré qu’il pouvait discuter avec le pouvoir. De son côté, le régime a vite compris qu’il ne pouvait pas remporter cette élection, il lui fallait sauver les meubles et Félix Tshisekedi représentait le moindre mal. »[37]. Selon une source de l'AFP, l'accord octroierait à Kabila une majorité au parlement, et un droit de regard sur des postes stratégiques comme la défense, les finances, la Banque centrale ainsi que le commandement des unités de l'armée et de la police[90],[91].

L'annonce des résultats des législatives qui s'ensuit surprend par sa rapidité. De même que pour les résultats des provinciales, donnés en même temps que ceux de la présidentielle, le décompte n'était pas attendu aussi tôt, mais au minimum à partir de la prestation de serment du nouveau président, soit onze jours plus tard. Les listes de candidats auraient ainsi été préparées bien avant la fin de la compilation des résultats, selon des chiffres d'élus par partis décidés à l'avance par le pouvoir[92] La CENI ne procède par ailleurs qu'à une énumération des noms des candidats députés vainqueurs, sans divulguer de résultats en voix autres que le total au niveau national[93]. Pour la coalition Lamuka, il s'agirait des conséquences d'un accord négocié entre la coalition Cash et le pouvoir, la première obtenant la présidentielle, tandis que le second conserverait la majorité au parlement[69].

Selon les résultats provisoires de la CENI, la coalition Lamuka, bien qu'en tête devant le PPRD, n'arriverait que seconde avec moins d'une centaine de sièges, en prenant en compte l'ensemble de la coalition du Front Commun pour le Congo, forte de deux à trois centaines de sièges, tandis que Felix Tshisekedi ne pourrait compter que sur une cinquantaine de sièges avec 31 sièges pour l'UDPS et 19 pour son allié l'UNC. Avec plus de 70 % des voix à la présidentielle selon la CENI, l'opposition ne parviendrait pas à réunir la majorité absolue aux législatives, tandis que la coalition au pouvoir décrocherait les deux tiers des sièges[94].

Cette « cohabitation » permettrait à Kabila de garder la mainmise sur le pays via le contrôle de l'assemblée nationale - et donc du gouvernement dans un pays au régime semi-présidentiel où le Premier ministre détient la majeure partie du pouvoir exécutif en cas de cohabitation -, ainsi que des assemblées provinciales, faisant du président élu un chef d'état protocolaire, et vidant de sens l'alternance promise aux électeurs[95],[96]. Kabila créerait ainsi les conditions de son retour au pouvoir en 2023[94]. Le contrôle des assemblées provinciales, dont les membres élisent au scrutin indirect ceux du Sénat, pourrait également permettre au futur ex-président, de droit Sénateur à vie, de se faire élire président de la chambre haute, soit la deuxième fonction dans l'ordre protocolaire après le chef de l’État[91]. Le seuil des deux tiers des sièges à l'assemblée permettrait de surcroit au président sortant de faire procéder à une révision de la constitution, selon Martin Fayulu, qui déclare « Monsieur Kabila s’est donné les deux tiers de l’Assemblée nationale parce qu’il pense, demain, avec sa coalition bidon, changer la Constitution. [Il] pense avoir trouvé quelqu’un qui va pérenniser son pouvoir. Le peuple congolais ne le laissera jamais faire cela. C’est pour cela que nous demandons le recomptage de toutes les voix sur [la présidentielle, les législatives et les provinciales]. Il faut recompter les voix. Et si monsieur Kabila et ses acolytes pensent liquider le Congo, nous, on ne le laissera pas »[94].

Le « plan B » d'un trucage des résultats en faveur de Tshisekedi aurait également l'avantage de plonger dans l'embarras la communauté internationale, hostile au régime, et dont la prudence voire l'absence de réaction traduirait un malaise quant à la forme à apporter face à une victoire officielle d'un opposant, moins commode à dénoncer que ne l'aurait été celle du candidat du pouvoir[94],[97].

Fuites de résultats

Diagramme des résultats ayant fuités le 15 janvier, en pourcentages des voix.

Le 15 janvier, des fuites de résultats annoncées comme issues d'une part d'un lanceur d'alerte l'ayant téléchargé du serveur central de la Commission électorale, et d'autre part de la compilation de documents de la Conférence épiscopale sont relayées par RFI, Financial Times et TV5 Monde. Portant sur 87 % des suffrages exprimés, les premiers sont analysés en collaboration avec l'institut Groupe d’études sur le Congo (GEC) et comparés à ceux de la Cenco, portant eux sur 42,92 % des suffrages. Les deux documents montrent une victoire de Martin Fayulu, qui y obtient respectivement 59,4 et 62,8 % des voix, avec une différence de plus de 3 millions de voix par rapport à ceux proclamés le 10 janvier. Félix Tshisekedi aurait quant à lui recueilli 19 et 15 % des voix selon les mêmes documents, précédé de Shadary avec 19 et 18 %[98],[99],[100],[101],[102].

Selon Gérard Gerold, expert électoral et ancien conseiller politique de la mission des Nations unies au Congo interrogé au sujet du document attribué à la CENI, « L’existence d’une telle base de données est crédible, puisqu’à la fin du dépouillement, il était prévu que le technicien scanne les procès-verbaux de résultats avec la machine à voter et qu’il les envoie directement au siège de la CENI »[98]. Pour lui, « Aucun autre organe dans le pays n'est capable de produire et de compiler de telles données, aussi précises et détaillées. »[99].

La base de données est ainsi composée de 2 064 pages et 49 161 entrées, similaires aux produits de la compilation de ces procès-verbaux, offrant une vue détaillée des circonscriptions par lieux de vote pour un total de 62 716 machines à voter et 15,7 millions de voix[103],[99]. Les données étant annoncées comme ayant été compilés dans les 24 à 48 heures après la fermeture officielle des bureaux de vote, Corneille Nangaa auraient déjà été en possession de celle ci lors de son annonce d'un probable report des résultats le 3 janvier[98].

Corrélation

Les résultats du document sont comparés par RFI, le Financial Times, TV5 Monde et le GEC avec plusieurs centaines de procès-verbaux choisis de manière aléatoire parmi ceux qui avaient été collectés par des activistes ou des médias locaux à travers le pays, assurant un contrôle de cohérence du document. Les suffrages par candidats, le total des votants ainsi que celui des inscrits sont remarqués comme chaque fois conformes ou très proches. Une corrélation « quasi parfaite » selon TV5 Monde[98],[99].

Le document est également comparé avec celui ayant fuité en provenance de la Conférence épiscopale. Cette dernière avait annoncé avoir eu recours à deux méthodes. D'une part, la collecte d'un échantillon représentatif dans plusieurs bureaux de votes choisis à l'avance pour un total de 10 % des suffrages, à la manière d'un institut de sondage. D'autre part, une consigne donnée à ses 40 000 observateurs de récupérer ou photographier le plus de procès verbaux possibles, un total ayant atteint 71,3 % des voix exprimés selon celle ci. Le second document ayant fuité, portant sur 42,92 % des suffrages et 28 733 bureaux de vote, serait issus de cette dernière, et représenterait près de 8 millions de voix sur les 18 exprimés lors du scrutin[98],[102],[99].

Confrontés l'un à l'autre, les deux documents révèlent des résultats similaires. Pour la province de la capitale Kinshasa, le premier attribué à la CENI donne ainsi 73,61 % à Martin Fayulu contre près de 17 % à Félix Tshisekedi et 7,90 à Emmanuel Ramazani Shadary, quand celui de la Cenco, constitué d'un échantillon légèrement plus réduit, leur donne respectivement 72,58 %, 18,52 % et 7,53 %[98]. De même, en Ituri, les données attribués à la CENI donnent 85 % à Martin Fayulu, pour 82 % chez ceux de la Cenco[99]. Les résultats fuités semblent également être en accord avec les sondages effectués la veille du scrutin, en donnant Fayulu en tête dans toutes les provinces exceptés au Maniema, Haut-Lomami, Sankuru, Kasaï, Kasai central et oriental[104]. Dans ces derniers, le candidat de la coalition Cach Félix Tshisekedi, natif de la région, aurait reccueillit plus de 90 % des voix dans certaines circonscriptions[98].

Le coefficient de corrélation oscillerait ainsi entre 0,976 et 0,991 pour les résultats des trois principaux candidats, selon le Financial Times, celui d'une corrélation parfaite étant de 1. Le journal précise que les données respectent la loi de Benford, un instrument de statistiques servant à repérer les écarts dus à des manipulations extérieures[103].

Réactions

Thoto Mabiku, l'un des conseillers UDPS de Félix Tshisekedi, réagi en mettant en doute la fiabilité et l'origine de ces données, affirmant qu'« A ce stade, ce n’est que de la spéculation. »[102]. Son homologue à la FCC, Barnabé Kikaya Ben Karubi, déclare quant à lui que les documents n'ont aucune validité. « Ça ne nous gêne pas, ça ne nous gêne vraiment pas. D’autant plus que chaque jour, il y a un nouveau rebondissement. Demain, il y aura une autre base de données, après-demain également. Avant la publication des résultats, M. Fayulu était déjà proclamé président de la République par la même Cenco [...] C’est un acharnement sur le processus électoral d’un pays post-conflit pour des raisons que nous ne comprenons pas. Nous, au Congo, nous essayons de nous reconstituer et de bâtir un pays démocratique en Afrique. Le président Kabila respecte sa Constitution, organise trois cycles électoraux, cède son fauteuil à un opposant. Qu’est-ce que l’on veut d’autre ? »[102].

Le 16 janvier, l'ensemble des documents sont rendus public sur les réseaux sociaux, et repris par des sites d'information congolais, provoquant une vive polémique dans le pays[105],[106],[107]. La coupure d'internet dure alors depuis plus de deux semaines dans le pays, poussant la population a recourir à des cartes sims étrangères[108].

Recours

Possibilité d'une annulation du scrutin

Bien que l'objectif de l'opposition soit un recompte des suffrages, la possibilité que la Cour décide d'accepter le recours mais le fasse suivre d'une annulation pure et simple du scrutin soulève des inquiétudes parmi la société civile, l'ensemble de l'opposition y compris la coalition Cash, ainsi qu'à l'étranger. Un nouveau scrutin, dont l'organisation prendrait à nouveau un temps considérable, permettrait à Joseph Kabila de se maintenir une énième fois au pouvoir[69]. Le gouvernement et la CENI déclarent rapidement qu'une acceptation des résultats et l'annulation du scrutin tout entier sont les deux seules issues possibles. Lors d'une entrevue vidéo avec le Conseil de securité de l'ONU, Corneille Nangaa exhorte celle-ci à soutenir la transition avec les nouvelles autorités proclamées, mettant en garde contre une annulation de la présidentielle[69].

Audiences

Le 15 janvier, La Cour constitutionnelle débute les audiences concernant les recours déposés par Martin Fayulu et Théodore Ngoy, tandis qu'un important dispositif de soldats de policiers et de militaires de la garde républicaine entoure le bâtiment[109]. Le dirigeant de parti de la Dynamique de l’Opposition et ses avocats demandent un recompte des votes en s'appuyant sur plusieurs points, dont l'annonce effectuée par la CENI avant la fin de la compilation des résultat, ainsi que la modification de la circonscription nationale. Selon eux, l'exclusion des villes de Beni, Butembo et Yumbi aurait eu lieu en violation de l’article 100 de la loi électorale, et l'annonce des résultats ne saurait être légale tant que le scrutin n'y a pas également eu lieu. Enfin, ils demandent à la Cour d'entendre les observateurs de l’Église catholique, de l'Eglise protestante et de la Mission d’Observation Electorale de la Synergie des missions d'observation citoyenne des élections (SYMOCEL)[110].

Le porte parole de la coalition Cash, Vidiye Tshimanga, affirme attendre avec sérénité le verdict de la Cour, auprès de laquelle sa formation compte déposer des recours portant sur les résultats des législatives nationales et provinciales[111]. La Cour doit rendre son verdict sous huit jours.

Pour sa part, la coalition Cach affirme qu'elle aurait obtenu la défection de soutiens de Fayulu, ce qui expliquerait que celui-ci manœuvrerait pour ne pas se retrouver seul[88].

Notes et références

Notes

  1. Composé de l'UDPS de Tshisekedi et de l'UNC de Vital Kamerhe
  2. Soutenu par l'EPC de Moïse Katumbi, le MLC de Jean-Pierre Bemba, le PALU d'Adolphe Muzito, le parti Notre Congo (CNB) de Freddy Matungulu, ainsi que la Dynamique de l'opposition (DO) de Fayulu et le MSR de Pierre Lumbi
  3. Officiellement indépendant, membre et secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie et candidat du FCC
  4. a et b Figure sur les bulletins de vote malgré son ralliement à Félix Tshisekedi, la loi électorale ne prévoyant pas de retrait de candidatures
  5. a b et c Figure sur les bulletins de vote malgré son ralliement à Martin Fayulu, la loi électorale ne prévoyant pas de retrait de candidatures
  6. Total des 40 024 897 inscrits moins ceux des circonscriptions de Beni territoire, Beni Ville, Butembo et Yumbi

Références

  1. a b et c L'élection présidentielle en RD Congo se tiendra finalement le 23 décembre 2018 France24
  2. « Félix Tshisekedi remporte la présidentielle en RDC », sur L'Echo, (consulté le 10 janvier 2019)
  3. a b et c L'article à lire pour comprendre les tensions autour de l'élection historique en République démocratique du Congo
  4. With His Family’s Fortune at Stake, President Kabila Digs In
  5. Calendrier électoral CENI
  6. RDC, la majorité au pouvoir se prépare pour les élections
  7. RFI, « Présidentielle en RDC: Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la majorité », RFI Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2018)
  8. R.D. Congo : Moïse Katumbi, un candidat menacé TV5 Monde
  9. « RDC : l’exclusion du candidat Moise Katumbi suscite malaise et frustrations », sur Francetvinfo.fr (consulté le 8 août 2018)
  10. RDC/Présidentielle: 23 candidats ont déposé leur dossier, Le Figaro, 9 août 2018.
  11. a et b RFI, « RDC: 6 candidats exclus de la présidentielle, dont Jean-Pierre Bemba », RFI Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2018)
  12. « RDC : Jean-Pierre Bemba « candidat naturel » du MLC en congrès à Kinshasa – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 13 juillet 2018)
  13. RFI, « Présidentielle en RDC: un sondage donne l’opposition en tête des intentions de vote », RFI Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2018)
  14. « RD Congo - Jean-Pierre Bemba hors course : la voie royale pour Shadary ? », sur Le Point Afrique (consulté le 5 septembre 2018)
  15. Liste définitive
  16. RD Congo : Martin Fayulu candidat unique de l'opposition à la présidentielle, France24.com, 12 novembre 2018.
  17. Exclusif – RDC : ce que contient l’accord (mort-né) de Genève sur le candidat commun de l’opposition
  18. Élections en RDC: Tshisekedi et Kamerhe se retirent de l’accord de Genève
  19. Division de l'opposition en RDC: pourquoi l'accord de Genève est-il mort-né?
  20. Présidentielle en RDC: Vital Kamerhe se désiste en faveur de Félix Tshisekedi pour le scrutin du 23 décembre RFI
  21. En RDC, Vital Kamerhe se désiste en faveur de Félix Tshisekedi pour la présidentielle
  22. Élections en RDC : début de la campagne officielle Le Monde
  23. Élections en RDC: à J-14, une campagne presque normale malgré les crises redoutées
  24. THÉODORE NGOY, MAURICE MASHEKE, MARIE-JOSÉ IFOKO…. INVISIBLES !
  25. RDC: « Kabila Désir » devient un parti politique
  26. RDC-Présidentielle : Le candidat Kin-Kiey Mulumba se désiste en faveur de Félix Tshisekedi
  27. RDC: Jean-Philibert Mabaya se désiste au profit de Martin Fayulu
  28. RDC-Présidentielle : Maurice Masheke se désiste en faveur de Martin Fayulu
  29. Félix Tshisekedi élu président de la République démocratique du Congo
  30. a b c et d Les trois principaux candidats à la présidence congolaise
  31. a b c d e f g h et i Élections en RD Congo : les trois principaux candidats à l'assaut du fauteuil présidentiel
  32. RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023
  33. Le Chef de l’État Joseph Kabila n’exclut pas d’être candidat dans cinq ans
  34. a b c et d RD Congo : pourquoi il sera difficile à Shadary de gagner la présidentielle
  35. a et b Kindu, Lubumbashi, Kalemie: en RDC, la campagne de Fayulu émaillée d'incidents
  36. RDC : comment l’opposition a sabordé l’accord de Genève pour un candidat commun
  37. a b c d e et f République démocratique du Congo : Tshisekedi, une «concession» dans l’espoir d’une transition ?
  38. Élections en RDC: Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe en meeting à Matadi
  39. RDC : Après une nuit à Kinshasa, Tshisekedi et Kamerhe attendus ce mercredi à Mbandaka
  40. https://www.kivupress.info/7361-rdc-tshisekedi-et-kamerhe-a-lassaut-de-mbandaka-ce-mercredi/
  41. New CRG-BERCI-Ipsos Poll: An Anxious Electorate Demands Change
  42. RD Congo : il n'y aura pas d'élections ce dimanche 23 décembre
  43. « Décision de la CENI n°055-CENI/BUR/18 du 26 décembre 2018 portant modification du calendrier des élections présidentielles, législatives et provincales »
  44. « RD Congo : les élections reportées à Beni, Butembo et Yumbi », sur Le Point Afrique (consulté le 31 décembre 2018)
  45. « Élections en RD Congo. Les machines à voter ont des ratés », sur Le Telegramme, (consulté le 31 décembre 2018)
  46. « Elections en RDC: un bureau fictif à Béni pour des citoyens privés de vote », sur RTBF Info, (consulté le 31 décembre 2018)
  47. Élections en RDC: suivez en direct la journée de vote
  48. DECISION N°055-CENI/BUR/18 DU 26 DECEMBRE 2018 PORTANT MODIFICATION DU CALENDRIER DES ELECTIONS PRES, LEGISLATIVES ET PROVINCIALES
  49. a et b RDC : Shadary sacrifié pour une alliance FCC – Cach ?
  50. RFI coupé en RD Congo, l’accréditation de sa correspondante retirée
  51. RD Congo : des cartes SIM rwandaises pour contourner les restrictions d'accès à internet
  52. RDC: l’Église catholique congolaise révèle le nom du vainqueur des élections
  53. a et b Élections en RDC : comment Kabila envisage de s’appuyer sur Tshisekedi pour éviter la proclamation de la victoire de Fayulu
  54. En RD-Congo, l’Église affirme connaître l’identité du vainqueur à l’élection présidentielle
  55. RD Congo : l'Église sème le trouble en affirmant connaître le vainqueur de la présidentielle
  56. En RD Congo, la pression s'accroît sur Corneille Nangaa et la Céni
  57. Au Congo, un décompte sous pression
  58. a et b Élection présidentielle en RDC. La Commission électorale a commencé ses « délibérations » pour les résultats
  59. Report Céni
  60. Le Congo demeure plongé dans l’incertitude
  61. Les USA prêts à intervenir en RDC en cas de violences postélectorales
  62. RDC: l'opposant Félix Tshisekedi proclamé vainqueur de la présidentielle
  63. RDC : les six prochaines activités de la CENI
  64. Commission électorale nationale indépendante
  65. RDC : Félix Tshisekedi élu président, selon les résultats provisoires Jeune Afrique
  66. Félix Tshisekedi rend hommage à Kabila, Fayulu dénonce un "putsch électoral"
  67. République du Congo : «Je ne me laisserai pas voler ma victoire», assure Martin Fayulu
  68. a et b Élections en RD Congo: l’opposant Martin Fayulu dénonce un «putsch électoral»
  69. a b c d e f et g RDC: encore beaucoup d'incertitudes après la victoire proclamée de Tshisekedi RFI
  70. a b c d et e Fayulu se dit vainqueur de la présidentielle en RDC
  71. Présidentielle en RDC : Martin Fayulu revendique la victoire et compte saisir la Cour constitutionnelle
  72. RDC: la résidence de l'opposant Fayulu encerclée
  73. Présidentielle en RDC: Fayulu a déposé son recours à la Cour constitutionnelle
  74. Les résultats de la présidentielle congolaise contestés
  75. RDC-Présidentielle : Pour l’Église catholique, les résultats publiés par la CENI ne sont pas conformes à la vérité des urnes
  76. a b et c RDC : l’Église souffle à Joseph Kabila le nom du nouveau Président et met en garde
  77. RDC: Le Congo n’en a pas fini avec les turbulences
  78. (en) The Latest: Opposition candidate Fayulu denounces results
  79. RDC-Présidentielle : L’UE demande à la CENI de publier les procès-verbaux des CLCR
  80. Monsieur Le Drian, "laissez donc le Congo vivre sa vie de Nation". Médiapart
  81. Le regard gênant d'ingérence de Jean-Yves Le Drian sur la présidentielle en RDC Slate
  82. Élections en RDC: Didier Reynders demande l'annonce des résultats
  83. (en) Jeremy Hunt
  84. Élections en RDC : l’Union africaine demande aux acteurs politiques de consolider la démocratie
  85. Présidentielle en RDC : la SADC préconise un « recomptage des voix » et appelle à un « gouvernement d’union nationale »
  86. Elections en RDC: la SADC modère ses propos sur le recomptage des voix
  87. RDC: première déclaration extrêmement prudente du Conseil de sécurité de l'ONU
  88. a et b « En RDC, le candidat de l’opposition Martin Fayulu face à un « hold-up électoral » », sur Le Monde.fr (consulté le 17 janvier 2019)
  89. a et b Élection de Tshisekedi: à Bruxelles, la surprise de la diaspora congolaise
  90. Législatives en RDC : Kabila majoritaire au Parlement
  91. a et b RDC: les pro-Kabila gardent la mainmise sur l'appareil législatif
  92. RDC : « On donne les noms des députés avant que la compilation soit finie »
  93. Les pro-Kabila conservent la majorité à l'Assemblée en RD Congo
  94. a b c et d RDC: «dès aujourd'hui, Joseph Kabila crée les conditions de son retour au pouvoir»
  95. République démocratique du Congo : Joseph Kabila va-t-il continuer à tirer les ficelles?
  96. Élections en RD Congo : l'alternance démocratique en sursis
  97. La République démocratique du Congo met la communauté internationale au pied du mur
  98. a b c d e f et g Elections en RDC: où se trouve la vérité des urnes?
  99. a b c d e et f « Elections en RDC : Martin Fayulu est-il le vrai vainqueur ? », sur TV5MONDE (consulté le 16 janvier 2019)
  100. RDC : une fuite de documents révèle que Martin Fayulu serait le vainqueur de la présidentielle
  101. RDC: Une fuite de données désigne Fayulu comme gagnant des élections avec une large avance
  102. a b c et d « RDC: réactions de l’UDPS et du FCC après les révélations sur les résultats - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 16 janvier 2019)
  103. a et b (en) Congo voting data reveal huge fraud in poll to replace Kabila
  104. New CRG-BERCI-Ipsos Poll: An Anxious Electorate Demands Change
  105. A la Une: de plus en plus de doutes sur la victoire de Tshisekedi en RDC
  106. polémique après des révélations accablantes
  107. rdc la fraude electorale eclate au grand jour
  108. RD Congo : des cartes SIM rwandaises pour contourner les restrictions d'accès à internet
  109. Contentieux électoraux : la Cour constitutionnelle statue sur les recours de Martin Fayulu et Théodore Ngoyi
  110. RDC : Pour les avocats de Fayulu, la CENI a illégalement modifié la circonscription électorale pour la présidentielle
  111. RDC : Cach dit attendre dans la sérénité le verdict de la Cour constitutionnelle

Voir aussi



This page is based on a Wikipedia article written by contributors (read/edit).
Text is available under the CC BY-SA 4.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.

Destek