Spectrum (fusée)

Spectrum
lanceur spatial
Image illustrative de l’article Spectrum (fusée)
Données générales
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Constructeur Isar Aerospace
Premier vol prévu en 2022
Statut En développement
Lancements (échecs) 0
Hauteur 27 m
Diamètre m
Étage(s) 2
Base(s) de lancement Base de lancement d'Andøya, Norvège
Charge utile
Orbite basse 1 000 kg
Orbite héliosynchrone 700 kg (700 km)
Dimension coiffe 4,9 x 1,8 m. ou 5,3 x 2,5 m.
Motorisation
1er étage 9 x Aquila : 675 kN
2e étage 1 x Aquila : 94 kN

Spectrum (en français spectre) est un lanceur léger développé par la start-up allemande Isar Aerospace capable de placer 1 000 kg en orbite basse et 700 kg en orbite héliosynchrone. Il comporte deux étages propulsés par des moteurs-fusées à ergols liquides brûlant un mélange de propane et d'oxygène liquide. Son premier vol est prévu, en date de mars 2021, au second trimestre 2022[1].

Création de Isar Aerospace[modifier | modifier le code]

Isar Aerospace est une start-up créée à Munich en par trois ingénieurs de l'aérospatiale dirigés par Daniel Metzler pour développer un micro-lanceur et les moteurs-fusées à ergols liquides nécessaires en s'appuyant sur l'expertise acquise par l'Université technique de Munich dans le domaine des fusées-sondes et des moteurs-fusées. Elle dispose d'un soutien financier de l'Agence spatiale européenne et de fonds allemands. En , elle réussit à lever 17 millions d'euros sur le marché financier. La société propose en 2019 de développer le lanceur Spectrum pouvant placer une tonne en orbite basse. Elle vise un coût de lancement du kilogramme en orbite de 15000 € et espère atteindre un rythme de 15 tirs par an[2]. En , la société dont les effectifs ont atteint 100 personnes, a entamé la construction du lanceur[3].

Financement des micro-lanceurs par l'agence spatiale allemande[modifier | modifier le code]

L'agence spatiale allemande DLR décide en de financer à hauteur de 0,5 million d'euros trois sociétés allemandes développant des micro-lanceurs. Celles-ci devront réaliser deux vols entre 2022 et 2023 pour bénéficier des 25 millions d'euros que la DLR compte investir au final dans ces sociétés. La DLR compte sélectionner un gagnant en 2021 et un deuxième gagnant en 2022. Trois entreprises ont été sélectionnées : RFA filiale du géant de l'aérospatiale bavarois OHB qui développe la fusée RFA One capable de placer 300 kilogrammes en orbite basse et 200 kilogrammes en orbite héliosynchrone, HyImpulse Technologies, une société résultant d'un essaimage de l'institut de propulsion spatiale de la DLR, qui développe un lanceur utilisant une propulsion hybride capable de placer 500 kilogrammes en orbite basse et Isar Aerospace qui développe le lanceur Spectrum. Les trois lanceurs doivent utiliser les installations scandinaves d'Andoya et d'Esrange pour la mise au point de leurs lanceurs mais le site de lancement des vols orbitaux reste à définir[4].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le lanceur Spectrum comprend deux étages propulsés par des moteurs-fusées à ergols liquides identiques brûlant un mélange d'oxygène liquide et de propane. La fusée mesure 27 m de haut pour un diamètre de 2 m. Le premier étage est propulsé par 9 moteurs-fusées Aquila fournissant une poussée totale au décollage de 675 kilonewtons. L'étage peut remplir sa tâche même si un des moteurs est victime d'une défaillance. Le deuxième étage est propulsé par un unique moteur-fusée Aquila dont la tuyère est adaptée au fonctionnement dans le vide et qui fournit 94 kN de poussée. Ce moteur peut être rallumé cinq fois pour placer les différents satellites transportés sur des orbites différentes. Deux types de coiffe sont proposées : 4,9 x 1,8 mètres ou 5,3 x 2,5 mètres[5].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]