Réserve de biosphère de Clayoquot Sound

Clayoquot Sound *
Image illustrative de l’article Réserve de biosphère de Clayoquot Sound
Baleine grise traversant la réserve de biosphère
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de la Colombie-Britannique Colombie-Britannique
Coordonnées 49° 18′ 00″ nord, 125° 56′ 00″ ouest
Création
Superficie Cœur : 110 288 ha
Zone tampon : 60 409 ha
Zone de transition : 179 250 ha
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada)
localisation
Géolocalisation sur la carte : Colombie-Britannique
(Voir situation sur carte : Colombie-Britannique)
localisation
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La réserve de biosphère de Clayoquot Sound est une réserve de biosphère de l'Unesco située à Clayoquot Sound sur la côte ouest de l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique, au Canada. Elle a été désignée le [1].

La réserve est gérée par The Clayoquot Biosphere Trust (CBT)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le réserve de biosphère possède une surface totale de 349 947 ha.

Elle est la première de la province de Colombie-Britannique[3], elle se situe à proximité de la réserve de biosphère du Mont Arrowsmith[4].

Caractéristiques écologiques[modifier | modifier le code]

Canis lupus nubilus, une sous-espèce rare du loup gris, native de l'île de Vancouver.

Une grande diversité d'écosystèmes existe dans la réserve de biosphère, notamment la forêt pluviale côtière tempérée, l'océan et les côtes rocheuses[2]. Neuf grandes vallées boisées n'ont pas été touchées par l'exploitation forestière ou tout autre développement industriel. La forêt pluviale tempérée, les lacs, les rivières et les sommets alpins de la région fournissent des habitats à un vaste éventail d'espèces, dont un nombre important sont en voie de disparition ou rares. Étant donné que le développement urbain entraîne de plus en plus la fragmentation des écosystèmes forestiers et alpins et la perte de biodiversité dans les forêts tropicales côtières, cette réserve de biosphère constitue un refuge le rétablissement des espèces[2].

L'habitat principal de la réserve est la forêt pluviale tempérée, elle couvre 85 % de la composante terrestre et s'étend jusqu'à des altitudes d'environ 900 m. L'habitat est dominé par de grands arbres, notamment la pruche de l'Ouest, le thuya géant, le sapin gracieux (Abies amabilis), le cèdre jaune de l'Ouest, l'épinette de Sitka, le pin, le douglas, l'if et l'aulne rouge. Il a été inventorié environ 300 espèces de vertébrés, dont l'ours noir américain, le couguar, le vison d'Amérique et le loup gris[2].

Le deuxième habitat couvre 12 % de la baie de Clayoquot, et se situe au-dessus de la forêt pluviale tempérée. Les essences dominantes comprennent la pruche des montagnes, le cèdre jaune de l'Ouest et le sapin Amabilis. Moins d'espèces se trouvent à une altitude aussi élevée[2].

La partie marine de la réserve comporte des vasières, des plages et des estuaires. La réserve contient le plus grand couvert de zostères de la côte ouest de l'île de Vancouver. Des cétacés tels que les baleines à bosse, les baleines grises, les orques et une variété d'autres espèces de baleines, de dauphins et de marsouins sont présents. Des lions de mer de Steller et des otaries de Californie se trouvent également dans la réserve. L'aquaculture commerciale d'espèces indigènes de saumon et le saumon atlantique[5], d'huîtres (environ 3,2 millions par an[6]) et de pétoncles introduits constituent des activités économiques importantes[2].

Caractéristiques socio-économiques[modifier | modifier le code]

La population résidente s'élève à environ 5 000 personnes. Au moins un tiers de la population sont des Premières Nations Nuu-chah-nulth (d'ascendance autochtone) constituant cinq communautés[7], dont les territoires traditionnels englobent toute la réserve de biosphère. Depuis 2000, l'économie locale est passée du statut de base de l'industrie forestière et de la pêche à une approche plus sensible écologiquement, fondée sur les principes culturels Nuu-chah-nulth[8]. Les Premières nations et le gouvernement provincial travaillent ensemble pour développer des solutions à petite échelle fondées sur une économie durable[9]. L'aquaculture est bien établie.

En raison de la présence de ressources naturelles, le tourisme et ses services connexes ont été encouragés. Leurs développements s'est réalisé rapidement le long de la côte,dans et autour de deux villes accessibles depuis l'unique route menant à la réserve de biosphère. Les visiteurs saisonniers s'élèvent à environ 1 million par an[2].

Aires protégées incorporées dans la réserve[modifier | modifier le code]

La réserve de biosphère inclut les aires protégées suivantes :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) MAB Programme, Clayaquot Sound Designation (lire en ligne)
  2. a b c d e f et g « Clayoquot Sound | United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization », sur www.unesco.org (consulté le )
  3. (en) « Clayoquot Sound Biosphere Trust », sur Alliance 2030 (consulté le )
  4. (en) UNESCO, « Mount Arrowsmith Biosphere Reserve, Canada », sur UNESCO, (consulté le )
  5. (en) « UNESCO Biosphere Reserve » Friends Of Clayoquot Sound » (consulté le )
  6. (en) « Clayoquot Sound Biosphere Reserve », sur Travel, (consulté le ).
  7. (en) CLAYOQUOT SOUND BIOSPHERE RESERVE, Periodic Review, (lire en ligne), p. 9
  8. (en) « Overview | Clayoquot Biosphere Trust », sur clayoquotbiosphere.org (consulté le )
  9. « Backgrounder - The Making of the Clayoquot Sound Biosphere Reserve », sur archive.news.gov.bc.ca (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]