Paul Ollendorff

Paul Ollendorff
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Parentèle
Gilbert Grandval (petit-fils en lignée féminine)
Jacques-Louis Dumesnil (inconnu)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
Marque des éditions Ollendorff, vers 1890.
signature de Paul Ollendorff
Signature d’Ollendorff dans son dossier de Légion d’honneur.

Paul Ollendorff, né le [1] à Paris et mort le à Choisy-au-Bac[2], est un éditeur et un libraire français. Il a créé une maison d'édition, très active à la fin du XIXe siècle.

Paul Ollendorff est le deuxième fils d’Heinrich Gottfried Ollendorff, émigré juif de Pologne, et auteur d'un ouvrage pédagogique à succès intitulé Nouvelle Méthode pour apprendre à parler, écrire une langue en six mois[3]. Paul, son frère Gustave[4], sa sœur Mina et leur mère Dorothéa Ollendorff-Pincus vivront dans un premier temps des revenus éditoriaux du père, vendant les méthodes rue de Richelieu : c'est au 28 bis de cette rue qu'en 1875 le jeune Ollendorff ouvre sa propre librairie, avec comme fonds de départ des pièces de théâtre.

Il accueille Georges Ohnet, qui vient d'être refusé par Calmann Lévy : Le Maître de forges (1882) sera le premier grand succès d'Ollendorff, qui est désormais un éditeur en vue. Bientôt, Guy de Maupassant lui confie près d'une dizaine de textes, dont Le Horla (1887), mais aussi Octave Mirbeau, qui lui donne ses deux premiers romans, Alphonse Allais, Paul Adam, Jean Lorrain, Paul Féval fils, Abel Hermant, Willy, Jules Renard, Fernand Vandérem… soit plus de 2 000 titres[5] présents au catalogue[6] en 1896. Certains ouvrages font appel à des illustrateurs très marqués par le style art nouveau.

En 1898, fort de son succès, Paul crée avec quelques associés la Société d'éditions littéraires et artistiques, en complément de La Librairie Ollendorff. Les locaux se situent 50, rue de la Chaussée-d'Antin et Colette ou André Theuriet se laissent séduire par cette nouvelle maison. En 1899, il entreprend l'édition illustrée des Œuvres complètes de Maupassant dont il confie toute la gravure sur bois à Georges Lemoine.

Alors qu’en , Ollendorff annonçait la publication d'une nouvelle collection reliée à 3,50 francs en la présentant comme une nouvelle forme d'édition, sa gamme de « romans populaires illustrés » (par Géo Dupuis, José Roy, etc.) ne prend pas, sans doute concurrencée par des ouvrages bien plus alléchants[7]. La Librairie Ollendorff semble péricliter à partir de 1904. Déçu, il est plus ou moins écarté par ses associés et rachète ensuite avec ses parts le journal Gil Blas avec Antonin Périvier (première publication sous sa direction le [8]), qu'il abandonne en 1911. En 1903, il lance Drames vécus ! Plus de fictions : la réalité, un périodique de récits illustrés dirigé par Félix Le Héno (Jacques Dhur).

Après 1903, « Paul Ollendorff, éditeur » continue son activité. La maison décroche le prix Goncourt de 1905 avec Les Civilisés de Claude Farrère, un véritable best-seller, puis lance plusieurs nouvelles collections à bas prix.

Début 1913, il refuse le manuscrit des premiers tomes d’«A la recherche du temps perdu » en écrivant à ce sujet à Marcel Proust que:  « Je suis peut-être bouché à l’émeri, mais je ne puis comprendre qu’un monsieur puisse employer trente pages à décrire comment il se tourne et se retourne dans son lit avant de trouver le sommeil. »

Quand Paul Ollendorff meurt en 1920[9], la maison qu'il avait créée est quelque peu endormie. Les éditions Albin Michel récupérèrent une partie du fonds en 1924 (« Fonds Ollendorff »). La Société d'Éditions littéraires et artistiques dépose le bilan en .

Décoration

[modifier | modifier le code]

En [10], à la demande de son frère Gustave, Paul Ollendorff se voit décerner le titre de chevalier de la Légion d'honneur.

Il est le grand-père maternel[11] de Gilbert Grandval, résistant et ministre du Travail sous la présidence de Charles de Gaulle.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Jean-Yves Mollier in Dictionnaire encyclopédique du Livre, Cercle de la Librairie, 2007, t. 3, p. 64-65.
  2. In Chronologie de l'édition française de 1900 à nos jours, en ligne.
  3. Adoptée par les collèges, cette méthode fut déclinée pour l'allemand, l'anglais, l'italien, le latin, etc., et même le français à l'usage des étrangers. Éditée à compte d'auteur à partir des années 1840, l'adresse mentionnée est le 67 rue de Richelieu à Paris.
  4. « Gustave Ollendorff (1850-1891) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le ).
  5. D'après J.-Y. Mollier, op. cit., p. 65, §2. La navette de la BNF propose, quant à elle, plus d'un millier d’occurrences sur son site.
  6. Les ouvrages paraissaient sous le nom de Paul Ollendorff, éditeur.
  7. Dont les feuilletons illustrés de la Librairie Nilsson par exemple.
  8. « Gil Blas, 10 janvier 1903 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le ).
  9. « Le Figaro du 16 décembre 1920, nécrologie », sur gallica.bnf.fr.
  10. « LEONORE, Cote LH/2016/25, Paul Ollendorff », sur culture.gouv.fr, (consulté le ).
  11. « Gilbert Grandval », sur saar-nostalgie.de (consulté le ).

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Olivier Bessard-Banquy, « La maison Ollendorff. Splendeurs et misères d’une grande maison littéraire : au tournant des XIXe et XXe siècles », Revue française d’histoire du livre,‎ (lire en ligne).
  • Notice de Pierre Michel sur Paul Ollendorff, in Dictionnaire Octave Mirbeau, en ligne. Parue dans « Mirbeau, Ollendorff et les droits d’auteur », Cahiers Octave Mirbeau, no 12 (2005) et no 14 (2007).

Liens externes

[modifier | modifier le code]