PLD Space

PLD Space
logo de PLD Space
Logotype de PLD Space
illustration de PLD Space

Création
Personnages clés Raúl Torres (Co-fondateur & Directeur Général),
Raúl Verdú (Co-fondateur & Directeur Financier),
Eleazar González (Directeur Technique),
Juny Crespo (Directeur des Opérations)
Forme juridique Privée : Sociedad Limitada
Siège social Elche
Drapeau d'Espagne Espagne
Activité Secteur aéronautique et spatialVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits MIURA 1, MIURA 5
Effectif 54 ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.pldspace.com

PLD Space est une entreprise espagnole développant des fusées réutilisables. Actuellement, l'entreprise conçoit deux lanceurs : la fusée sonde MIURA 1 et le petit lanceur MIURA 5.

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Siège Social de PLD Space à Elche, Alicante

PLD Space a été fondée en 2011 par Raúl Torres et Raúl Verdú à Elche (Espagne) et a évolué jusqu'à atteindre un effectif de 40 employés en 2018[2]. En , le siège social de PLD Space a rejoint le parc d'activités de Elche où la fusée MIURA 1 sera assemblée.

Depuis 2014, l'entreprise opère son propre banc de tests pour moteur-fusée, basé à l'aéroport de Teruel (Espagne)[3]. PLD Space y a déjà accompli avec succès les premiers tests de son moteur fusée à propulsion liquide le [4]. Cet événement marque le tout premier test de moteur fusée liquide testé par l'Espagne mais également la première fois qu'une entreprise privée Européenne développe son propre moteur et le teste dans ses propres locaux. Aujourd'hui, l'objectif de PLD Space est de faire évoluer ce centre de tests en ajoutant un banc vertical afin de qualifier la totalité de la fusée sonde MIURA 1[5].

Investissements[modifier | modifier le code]

PLD space, Réception

L'entreprise a été fondée grâce à plusieurs séries d'investissements provenant de fonds publics et privés. En 2018, PLD Space compte près de 10 millions de dollars d'investissements.

En 2013, le premier tour d'investissement s'est clôturé avec près de 1.6 million de dollars[6], incluant un capital de départ apporté par le Gouvernement Espagnol via le Centre de Développement Industriel et Technologique (CDTI).

PLD Space a également confirmé un premier contrat commercial en tant que partenaire du projet SMILE (« Small Innovative Launcher for Europe », Petit Lanceur Innovant pour l'Europe) aux côtés de la Commission européenne et de l'Agence Spatiale Allemande (DLR) en . L'entreprise est responsable des tests des moteurs-fusée liquide du DLR, tests réalisés au centre de test de Teruel[7],[8].

En , PLD Space a sécurisé 1,56 million de dollars du programme Espagnol TEPREL, programme de moteur-fusée réutilisable [6],[9]. Le programme TEPREL (Technologie Espagnole de Propulsion Réutilisable pour Lanceur) soutient PLD Space dans le développement de son moteur à propulsion liquide, le premier moteur espagnol, promouvant l'industrie du petit satellite en Europe. Ce projet permettra également à PLD Space de posséder un moteur-fusée de 35kN qualifié pour le vol.

En , l'Agence spatiale européenne a sélectionné PLD Space en tant que maître d'œuvre du projet LPSR (« Liquid Propulsion Stage Recovery », Propulsion liquide pour étage réutilisable) du programme FLPP (« Future Launcher Preparatory Program », Programme Préparatoire des Futurs Lanceurs). L'objectif de ce projet est d'élaborer une stratégie permettant de récupérer le premier étage d'un lanceur, le rendant ainsi réutilisable avec une perceptive d'investissements de 800 000 dollars[10]. Lors du second tour d'investissements, clôt en , l'entreprise a sécurisé 7,1 million de dollars dont 3,2 million grâce à la contribution de l'entreprise GMV. En effet, GMV joue un rôle essentiel dans le développement de l'avionique des fusées MIURA 1 et MIURA 5, incluant le Guidage, la Navigation et le Pilotage (GNC), la télémétrie ainsi que l'ordinateur de bord des deux lanceurs[11].

PLD Space a également reçu 2,34 million de dollars en de la Commission Européenne des Petites et Moyennes Entreprises (SME Phase 2), inclus dans le programme Horizon 2020 de l'Union européenne, pour la recherche et l'innovation[12].

En , PLD Space a été l'une des 5 premières entreprises choisies par l'ESA pour réaliser une étude de faisabilité proposant un lanceur autonome et compétitif. Pour cela, l'entreprise a reçu une subvention de 368 000 dollars, seule PME récompensée par ce contrat[13],[14]. De plus, l'entreprise a clos un troisième tour d'investissements en permettant de sécuriser dix million de dollars[15].

En , PLD Space est l'entreprise sélectionnée par l'ESA pour recevoir une aide au développement de son lanceur MIURA 5 parmi cinq autres sociétés européennes[16].

Moteur-fusée[modifier | modifier le code]

PLD Space développe un moteur-fusée à propulsion liquide qui sera utilisé sur ses deux véhicules. Le moteur TEPREL, nommé ainsi à cause du programme finançant son développement, utilise le mélange d'ergols kérosène et oxygène liquide[17]. À l'heure actuelle, plusieurs versions du moteur sont destinées à équiper MIURA 1 et ont été développées et testées par l'entreprise dans ses locaux de Teruel.

TEPREL-DEMO[modifier | modifier le code]

Le moteur TEPREL-DEMO a été testé en 2015. Ce moteur est un modèle calorimétrique destiné à démontrer la stabilité de combustion ainsi qu'à récupérer les données des séquences d'allumage et d'extinction, les pressions et les températures le long du moteur, la poussée et les débits massiques des deux ergols pour différents profils de poussée. De plus, le moteur a servi à tester tous les composants associés ainsi que le logiciel de bord au centre de tests de PLD Space. Le moteur est capable de produire une poussée de 28kN au niveau de la mer[18],[5].

TEPREL-A[modifier | modifier le code]

En plus du moteur TEPREL-A, testé pour la première fois en 2017, l'entreprise possède plusieurs versions améliorées incluant une géométrie d'injecteur optimisée et un circuit régénératif. Les futures versions seront mises à feu durant 2 minutes, correspondant à la durée nominale de fonctionnement pour un vol suborbital de MIURA 1. Au niveau de la mer, le moteur peut produire une poussée de 32kN[18],[5].

TEPREL-B[modifier | modifier le code]

TEPREL-B est la première version de vol du moteur TEPREL. Plusieurs améliorations ont déjà été mises en œuvre afin de réduire la masse globale du moteur. De plus, cette version est équipée d'un système de contrôle du vecteur poussée.

Lanceurs[modifier | modifier le code]

MIURA 1[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

À l'origine, MIURA 1 était une fusée de 2 étages d'une hauteur totale de 12 m avec une capacité de charge utile de 250 kg [19].

Dans sa version finale, MIURA 1 est une fusée monoétage d'une hauteur de 12,7 m pour un diamètre de 0,7 m et propulsée par le moteur TEPREL-B. Ce véhicule peut envoyer une charge utile de 200 kg sur une trajectoire suborbitale. Pour la première mission, la fusée embarquera 100 kg de charge utile à un apogée de 150 km. De plus, MIURA 1 est équipée d'un système de récupération qui permettra à PLD Space de réutiliser totalement le véhicule. Ainsi, MIURA 1 sera le premier véhicule spatial réutilisable d'Europe[5]. MIURA 1 est destinée à être utilisée pour la recherche scientifique et le développement technologique en microgravité et en haute atmosphère. De plus, près de 70% de la technologie développée sur MIURA 1 est conçue pour être utilisée sur le microlanceur MIURA 5.

Dates de vol[modifier | modifier le code]

Le premier vol test de MIURA 1 est prévu pour le milieu 2019, suivi d'un second vol test en fin d'année. Le service commercial commencera en 2020 avec un nombre de lancements qui augmentera d'année en année : l'objectif est d'atteindre 8 lancements par an.

MIURA 5[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

MIURA 5 est un lanceur de 20,7 mètres de long composé de trois étages. Le lanceur pourra insérer 150 kg de charge utile à 400 km en orbite basse. Tous les étages seront propulsés par des moteurs à propulsion liquide et sont conçus pour réutiliser le maximum de technologie développée sur MIURA 1. Le premier étage est prévu VTVL « Vertical Take-off, Vertical Landing » soit à décollage et atterrissage vertical et capable d'être réutilisé plusieurs fois.

Dates de vol[modifier | modifier le code]

Le premier vol de test de MIURA 5 est prévu pour fin 2020 avec un service commercial disponible dès 2021.

Référence bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. « http://pldspace.com/new/employees/ »
  2. Daniel Moltó, « PLD Space: Talento de Elche a la conquista del mercado aeroespacial », elmundo.es,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  3. Leonor Franco, « PLD Space creará un nuevo banco de pruebas en el aeropuerto para cohetes completos », heraldo.es,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  4. J Peláez, « PLD Space, la empresa española camino de lanzar satélites e incluso alcanzar la Luna », yahoo.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  5. a b c et d (es) Daniel Marín, « Europa apuesta por PLD Space para alcanzar el espacio », sur naukas.com, (consulté le 25 juin 2018)
  6. a et b Henry Caleb, « Spain’s GMV takes a stake in PLD Space’s reusable rocket quest », http://spacenews.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  7. « PLD Space Receives Funding For Liquid Rocket Engine Propulsion Project », satnews.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  8. « Start of design for concept SMall Innovative Launcher for Europe (SMILE) », nlr.org,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  9. Doug Messier, « PLD Space Receives Funding From Spanish Government », parabolicarc.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  10. « La ESA confía a la española PLD Space su proyecto de cohete reutilizable », europapress.es,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  11. « La multinacional GMV invierte en PLD Space », pldspace.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  12. (en) « PLD Space Awarded €2m Grant from the European Commission for the ARION Micro-Launcher Programme », sur spacetechexpo.eu (consulté le 25 juin 2018)
  13. (en) « ESA explores microlaunchers for small satellites », sur esa.int, (consulté le 25 juin 2018)
  14. Henry Caleb, « ESA awards five smallsat launcher study contracts », http://spacenews.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  15. (en) Henry Caleb, « PLD Space raises additional $10 million for reusable smallsat launchers », sur spacenews.com, (consulté le 25 juin 2018)
  16. (en-GB) esa, « Winning ideas for new space transport services », sur European Space Agency (consulté le 2 janvier 2019)
  17. « The Spanish Government supports PLD Space launchers development with a $1.56M TEPREL program », pldspace.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  18. a et b « PLD Space ready to test its new engine », pldspace.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  19. Daniel Marín, « La primera prueba de un motor cohete de combustible líquido en España », sur Eureka, Naukas (consulté le 22 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]