Manifestations soudanaises de 2018-2019

Wikipedia open wikipedia design.

Manifestations devant le QG de l'armée, en avril 2019.

Les manifestations soudanaises de 2018-2019 sont une série de protestations ayant pour but de dénoncer la vie chère, et notamment le prix du pain, dans un contexte de pauvreté aggravée au Soudan. Commencées le 19 décembre 2018 à Atbara (nord du pays), les protestations se sont ensuite étendues dans plusieurs autres villes, comme Dongola au nord, Port-Soudan à l'est, ou encore El Obeid et surtout à Khartoum, où les manifestants restent nuit et jour devant le QG de l'armée.

Des bâtiments du Congrès national, le parti au pouvoir, ont été incendiés[1]. Ces manifestations ont été violemment réprimées par les autorités, qui ont utilisé du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants, ainsi que des balles réelles dans certaines villes, faisant des dizaines de morts et de blessés.

Le 23 février 2019, Omar el-Béchir limoge le gouvernement et instaure l'état d'urgence. Le 11 avril, il est renversé par l'armée. Le lendemain, Ahmed Awad Ibn Auf, qui avait succédé à Béchir, démissionne. L'ancien dictateur est emprisonné et, le mois suivant, poursuivi pour « meurtre de manifestants ».

Les manifestations se poursuivent, pour obtenir la constitution d'un gouvernement civil non-contrôlé par les militaires.

Contexte[modifier | modifier le code]

Omar El-Béchir dirige le Soudan depuis son coup d’État militaire en 1989. Le pays est régulièrement en proie aux conflits, notamment la seconde guerre civile soudanaise (1983-2005) et la guerre du Darfour (commencée à 2003).

La richesse du pays provient en grande partie des produits du pétrole. Mais les trois quarts des réserves se trouvent au Soudan du sud, qui accède à l'indépendance en 2011. Le pays subit alors l'inflation et un marasme économique de longue durée[2].

Un soulèvement contre la vie chère et le pouvoir autoritaire d'Omar El-Béchir avait déjà eu lieu lors de la Contestation au Soudan en 2010-2013.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les manifestations commencent spontanément quand des centaines de citoyens soudanais à Atbara se rassemblent pour exprimer leur colère contre l’augmentation des prix des produits principaux comme le pain, qui a été multiplié par trois le 19 décembre[3] ; la pénurie des denrées alimentaires dans quelques villes soudanaises, et la baisse du livre soudanais face au dollar américain[4]. Quelques heures après son déclenchement, les forces de l'ordre entourent les manifestants et essaient de les empêcher d’arriver aux lieux sensibles du pays. Mais cette manifestation, initialement pacifique, échappe aux contrôles car les protestataires mettent le feu aux bâtiments du parti au pouvoir en demandant le départ d'Omar el-Béchir.

Au tout début, les forces de l'ordre ont utilisé le gaz lacrymogène afin de disperser les manifestants, mais dans les autres villes, les forces de l'ordre ont commencé par tirer des balles réelles sur les manifestants, causant la mort et des blessures (mineures et graves) de dizaines de manifestants sans aucune proclamation officielle de l'État.

Des centaines de citoyens soudanais sont descendus dans les rues dans les différentes villes soudanaises en répondant aux appels des jeunes soudanais pour rejoindre un mouvement populaire contre le régime avec toujours le même but : dénoncer la hausse des prix. En ce deuxième jour, les moyens employés par les forces de l'ordre se développent, ils battent et agressent les manifestants a coup de bâton, dans n'importe quel partie du corps (la tête, les jambes, le dos, , etc.). Les manifestants les accusent d'avoir reçu l'ordre du gouvernement pour agir ainsi et la permission de faire ce que bon leur semble. Les manifestations au deuxième jour ont le même scénario que le jour précédent; les manifestants sont toujours bombardés de gaz lacrymogène et de balles réelles par les forces de l'ordre avec une différence de taille: le nombre des manifestants s'est décuplé.

Les protestations ont augmenté car les autorités ont refusé de répondre aux demandes des manifestants; au lieu de cela, ils ont été confrontés et dispersée violemment en utilisant plusieurs armes, en particulier le bâton et le gaz lacrymogène. Les protestations ont été concentrées cette fois à Atbara, Omdourman et Kordofan du Nord. Selon les informations, la police a tué au moins un manifestant dans la ville d'Atbara.

Les autorités ont suspendu les études dans toutes les universités ainsi que les écoles primaires et secondaires dans la capitale Khartoum indéfiniment, en conséquence de l'inclusivité et de l'augmentation des protestations. Un état d'urgence a été déclaré en imposant un couvre-feu de 18 heures à 6 heures du matin dans certains États. Des centaines de personnes dans la ville de Rabak, la capitale de l'État du Nil blanc, scandaient des slogans dénonçant les politiques gouvernementales, tandis que d'autres scandaient le fameux slogan qui a émergé au début de l'année 2011 pendant le Printemps arabe : le peuple veut renverser le régime. En contrepartie, un certain nombre de jeunes en colère ont mis le feu à un groupe d'institutions gouvernementales et privées, y compris le siège du parti du Congrès national.

Pendant ce temps et alors que les soudanaise étaient plein de colère, le porte-parole du gouvernement, Bishara Juma, a déclaré: « des manifestations pacifiques / non violentes ont déraillé et ont été transformées par des infiltrés en acte de sabotage ciblant des institutions publiques et privées en les détruisant et en incendiant un siège de la police» « Les forces de police et de sécurité ont traité les manifestants de manière civilisée sans s'y opposer ». Cependant, certaines sources de presse – dont BBC Arabic – ont indiqué qu'au moins huit personnes ont été tuées depuis le début des manifestations il y a trois jours de cela.

Les protestations se sont poursuivies pour la quatrième journée consécutive, incluant un plus grand nombre de villes par rapport aux trois jours précédents. Ce jour a également fortement marqué les esprits de par les affrontements entre les manifestants d'une part et les forces de l'ordre de l'autre. Quelques sources de presse ont rapporté que dix manifestants ont été tués en représailles de l'incendie du siège du parti au pouvoir dans un nombre de villes, en particulier à Al-Rahd.

Le gouvernement a réagi à tout cela en arrêtant plusieurs leaders de l'opposition à Omdurman et en tuant au moins cinq personnes en un jour. Le directeur du service de sécurité soudanais Salah Gosh, blâmait ces manifestants d’être « rebelles avec des liens avec Israël »[5], la même accusation faite par le régime syrien, représenté par Bachar el-Assad à l'encontre des manifestantes d'Alep pendant les débuts de la révolution syrienne. De l'autre côté, le chef du parti nationaliste d'opposition Umma, Sadeq al-Mahdi, a dévoilé lors d'une conférence de presse que le nombre de morts a atteint 22 et que « des mouvements pacifiques sont légalement licites, justifiés par la dégradation des conditions de vie » en plus il a condamné la répression armée des forces de l'ordre contre le peuple indocile.

Limogeage du gouvernement et instauration de l'état d'urgence[modifier | modifier le code]

Le , il limoge le gouvernement de Moutaz Moussa Abdallah et les vice-présidents Bakri Hassan Saleh et les remplacent respectivement par Mohamed Tahir Ayala et Ahmed Awad Ibn Auf. L'état d'urgence est également instauré pour un an[6]. Désormais interdites, et malgré l'emprisonnement de nombreux manifestants, celles-ci se poursuivent[7].

Omar el-Bechir cède le 1er mars 2019 la présidence du parti Congrès national à Ahmed Haroun[8].

Le 12 mars, l'état d'urgence est ramené à six mois par le parlement[9].

Intensification et renversement de Bechir[modifier | modifier le code]

En avril 2019, après la démission en Algérie d'Abdelaziz Bouteflika, dans le cadre de manifestations de masse, la mobilisation s’accroît au Soudan et des soldats rejoignent les manifestants, ou les protègent[10].

Le 11 avril, l'armée annonce une déclaration à venir[11]. Omar el-Béchir est renversé par l'armée. Quelques heures auparavant, sa démission avait été annoncée dans les médias[12]. L'armée souhaite gouverner le pays pendant deux années et Ahmed Awad Ibn Auf prend les rênes du pays. Son adjoint est le général Kamal Abdelmarouf, chef d'état-major[13]. Il a également annoncé que la constitution était suspendue et qu'un couvre-feu d'un mois était imposé de 22 heures à 4 heures[14]. L'état d'urgence est ramené à trois mois[15]. L'armée promet la mise en place d'un gouvernement civil[16]. Alors que les manifestations se poursuivent, il démissionne le lendemain, le général Abdel Fattah Abdelrahmane al-Burhan lui succède[17].

Tractations pour une transition[modifier | modifier le code]

Le 13 avril, Salah Gosh chef des renseignements (NISS), et qui a joué un rôle clé dans la répression, démissionne[18]. Il est remplacé par Abou Bakr Mustafa[19]. Le jour même, le Congrès national, ex-parti au pouvoir, dénonce le putsch et appelle à la libération de ses dirigeants[20].

Le 16 avril, Bechir est incarcéré[21], de même que deux de ses frères[22]. Le jour même a lieu le limogeage du procureur général[23].

Le 15 avril, la junte annonce que le prochain gouvernement sera civil et dirigé par une personnalité indépendante[24]. Le 17 avril, l'Union africaine adresse un ultimatum de deux semaines aux militaires pour transmettre le pouvoir à une autorité civile[25]. Le 19 avril, alors que la mobilisation se poursuit[26], l'Association des professionnels soudanais annonce la formation prochaine d'une instance exécutive pour diriger le pays[27]. Le 20 avril, l'opposition, qui révèle avoir déjà discuté sans succès avec la junte, annonce des discussions le jour même avec celle-ci, et se dit disposée à reporter l'annonce de l'instance transitoire (qui doit durer quatre ans) si les militaires acceptent de discuter[28].

Le 21 avril, al-Burhan promet de transférer le pouvoir à une autorité civile dans une semaine maximum[29]. L'opposition appelle à poursuivre le mouvement tout en reportant l'annonce de l'instance collégiale de transition[30]. Le 22 avril, l'armée demande aux manifestants de libérer les routes[31]. Un sommet de l'Union africaine a lieu le 23 avril[32]. Il est alors accordé trois mois à l'armée pour transférer le pouvoir[33]. Un accord est annoncé le 24 entre le Conseil militaire et l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), sans précision sur son contenu. Le lendemain a lieu une grande manifestation, baptisée la « marche du million », pour maintenir la pression sur les militaires[34].

Le 13 mai, après de nombreuses suspensions des tractations, un accord est trouvé entre les généraux et les représentants civils sur une transition de trois ans. Omar El-Béchir est notamment inculpé pour « meurtre de manifestants »[35]. La situation reste cependant tendue, et six personnes sont tuées à Khartoum en marge des manifestations de cette même journée[36]. Lors de la nuit du 15 au 16 mai, les discussions sont suspendues pour 72 heures par l'armée[37].

Le 18 mai, des manifestations favorables à la charia et opposées au transfert du pouvoir aux civils ont eu lieu[38]. Rassemblant une centaine de personnes, elles ont lieu devant le palais présidentiel[39]. Ils considèrent un tel transfert du pouvoir comme un « coup d'État »[40]. Le 19 mai, les milices janjawid et la Forces de soutien rapide du vice-président du CMT, Mohamed Hamdan Dogolo sont déchargés de la sécurisation du campement, au profit de la police[41].

Le 21 mai, le NISS empêche des procureurs et des policiers d'arrêter Gosh et de perquisitionner sa résidence[42].

Le 22 mai, après l'échec des négociations, l'ALC appelle à la grève générale[43]. Elle doit avoir lieu les 28 et 29 mai[44]. Le parti Oumma, membre de l'ALC, s'oppose à la grève, mais appelle le gouvernement à ne pas limoger les grévistes[45].

Composition de l'opposition[modifier | modifier le code]

Les forces politiques présentes dans les manifestations sont hétéroclites. Selon le média Jeune Afrique, « La riche tradition politique de ce pays aux référentiels variés, arabes comme africains, marxistes autant qu’islamistes, se traduit par une imposante galaxie de partis, certains quasi-groupusculaires, parfois des scissions de scissions. » La structure au cœur des manifestations est néanmoins l'Association des professionnels soudanais, qui était jusque-là un syndicat clandestin[46]. Elle fait partie de l'ALC.

L'ensemble est regroupé dans la coalition Déclaration pour la liberté et le changement. Il inclut des groupes armés, notamment dans la formation Nidaa Al-Sudan. On y trouve le parti Umma de l'ancien Premier ministre Sadeq al-Mahdi[47].

Le Parti du Congrès populaire (islamiste), qui a participé aux manifestations de 2013 puis a rejoint le gouvernement en 2017, est opposé à l'ALC. Alors qu'ils sont décriés par la majorité des manifestants, ses membres ont subi des agressions[48].

Slogans[modifier | modifier le code]

Soudanais taguant un mur.

De nouveaux slogans ont vu le jour, toujours accompagné des anciens slogans durant ces manifestations. Le slogan Tasgot bas, se traduit en français par « tu chutera, c'est tout » est le slogan le plus célèbre des manifestations soudanaises de décembre 2018[49]. Le hashtag #Tasgot bas est apparu sur les médias le 22 décembre 2018 et s’est propagé rapidement sur Twitter et Facebook. Le slogan s'est rapidement transformé en un symbole révolutionnaire. Les manifestants ont, et continue d’écrire, le slogan en lettres arabes sur des bidons de gaz lacrymogène vides, des briques, et même sur la neige par les Soudanais en Europe. Les manifestants scandent également "liberté, paix et justice", en plus au slogan «le peuple veut renverser le régime» utilisé lors des révolutions du « Printemps arabe ». Le slogan "Vous êtes raciste et arrogant, nous sommes tous Darfour" vise particulièrement el-Bashir[50].

Victimes[modifier | modifier le code]

Plus de quarante manifestants ont été tués pendant les contestations de décembre 2018-2019 selon Human Rights Watch et Amnesty International[51],[52],[53],[54].

En mai 2019, les manifestations font entre 65 et 90 de morts depuis le début du mouvement[55],[56].

Arrestations[modifier | modifier le code]

Début janvier 2019, les autorités ont arrêté 800 personnes[57].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Manifestations et arrestations au Soudan », sur lemonde.fr,
  2. Soudan : retour sur les raisons d'une crise, Le Point, 11 avril 2019
  3. Les Médias raillés pour leur couverture des manifestations, L'Obs, 8 mai 2019
  4. https://www.voaafrique.com/a/nouvelles-manifestations-dans-plusieurs-villes-soudanaises/4712862.html
  5. http://www.bbc.com/arabic/inthepress-46659433
  6. Le Point, magazine, « Soudan: changements dans les hautes sphères du pouvoir mais la contestation perdure », sur Le Point (consulté le 23 février 2019)
  7. « Au Soudan, manifester malgré l'état d'urgence - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 21 avril 2019)
  8. « Soudan: Omar el-Béchir cède sa place en tant que président du parti au pouvoir - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 2 mars 2019)
  9. « Soudan : le Parlement raccourcit l’état d’urgence à six mois – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 21 avril 2019)
  10. « Manifestations au Soudan : comme un air de printemps arabe », sur France 24 (consulté le 10 avril 2019)
  11. http://www.leparisien.fr/international/soudan-l-armee-deployee-dans-khartoum-s-apprete-a-prendre-la-parole-11-04-2019-8050947.php
  12. « Soudan: le président Omar el-Béchir a démissionné », sur Le Figaro, (consulté le 11 avril 2019)
  13. « Soudan: le général Awad Ibn Auf à la tête du Conseil militaire de transition - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 25 mai 2019)
  14. « Soudan : des milliers de manifestants réunis devant le QG de l’armée malgré le couvre-feu », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2019)
  15. « Soudan : l'armée décrète un état d'urgence et un couvre-feu », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 21 avril 2019)
  16. « Soudan: l’armée promet un «gouvernement civil» et «ne livrera pas» el-Béchir - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 13 avril 2019)
  17. La Libre.be, « Soudan: le chef du Conseil militaire de transition annonce sa démission et désigne un successeur » (consulté le 12 avril 2019)
  18. « Au Soudan, le patron du service des renseignements démissionne », sur France 24 (consulté le 13 avril 2019)
  19. Zone Bourse, « L'armée soudanaise réorganise les renseignements, écarte Ibn Aouf » (consulté le 20 avril 2019)
  20. « Soudan: le parti de Bachir réclame la libération de ses leaders », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 13 avril 2019)
  21. « Soudan: l'ex-président Omar el-Béchir transféré dans une prison de Khartoum - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 17 avril 2019)
  22. AfricaNews, « Crise politique du Soudan : deux frères de l'ancien président mis aux arrêts », sur Africanews (consulté le 20 avril 2019)
  23. « Soudan: le Conseil militaire limoge le Procureur général », sur Le Figaro (consulté le 20 avril 2019)
  24. « Soudan: le nouveau pouvoir tente toujours de convaincre - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 20 avril 2019)
  25. AfricaNews, « L'ultimatum de l'UA au Soudan [Morning Call] », sur Africanews (consulté le 20 avril 2019)
  26. « Les Soudanais maintiennent la pression pour l’instauration d’un pouvoir civil », sur France 24 (consulté le 20 avril 2019)
  27. AfricaNews, « Soudan : les chefs de la contestation veulent former une autorité civile », sur Africanews (consulté le 20 avril 2019)
  28. « Soudan: un chef de la contestation annonce des discussions avec les militaires », sur Libération.fr (consulté le 20 avril 2019)
  29. Le Point, magazine, « Au Soudan, le Conseil militaire s'engage "à transférer le pouvoir au peuple" », sur Le Point (consulté le 21 avril 2019)
  30. « Soudan : face à l’armée, la contestation s’intensifie », sur Le Monde.fr (consulté le 22 avril 2019)
  31. « Soudan: les manifestants sommés de lever les barrages, sommet africain au Caire », sur ARTE (consulté le 22 avril 2019)
  32. « Sommets africains d'urgence mardi au Caire sur le Soudan et la Libye », sur TV5MONDE (consulté le 22 avril 2019)
  33. « Soudan: al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 23 avril 2019)
  34. Une marche du million prévue à Khartoum pour maintenir la pression sur les militaires, Ouest-France, 25 avril 2019
  35. Soudan : six morts au moment où les discussions progressent, Ouest-France, 14 mai 2019
  36. Soudain : six tués à Karthoum en marge des manifestations, Libération, 13 mai 2019
  37. Le Point, magazine, « Soudan: les généraux suspendent momentanément les discussions sur la transition politique », sur Le Point (consulté le 16 mai 2019)
  38. « Reprise prévue dimanche au Soudan des discussions sur la transition », sur TV5MONDE (consulté le 19 mai 2019)
  39. Le Point Afrique, « Soudan : les contestataires déterminés à avoir un civil à la tête de la transition », sur Le Point (consulté le 19 mai 2019)
  40. Le Point, magazine, « Soudan: reprise du dialogue sur la composition de l'instance de transition », sur Le Point (consulté le 20 mai 2019)
  41. « Soudan: la milice de Hemeti n'encadrera plus les rassemblements d'opposants - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 20 mai 2019)
  42. « Soudan: arrestation empêchée de l'ex-chef des renseignements », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 24 mai 2019)
  43. « Soudan : Khartoum dans la rue en attendant la grève générale », sur Le Monde.fr (consulté le 24 mai 2019)
  44. « Soudan: grève générale de 2 jours annoncée à partir de mardi (contestation) », sur Le Figaro (consulté le 25 mai 2019)
  45. Le Point, magazine, « Soudan: le mouvement de contestation divisé sur la "grève générale" », sur Le Point (consulté le 26 mai 2019)
  46. Soudan : une opposition mobilisée et hétérogène, Jeune Afrique, 25 avril 2019
  47. Soudan : les attaques se multiplient contre la foule, Le Monde, 9 avril 2019
  48. Ariane Lavrilleux, « Soudan : les partis islamistes, ex-alliés d'El-Béchir, grands perdants de la révolution », sur Le Point (consulté le 26 mai 2019)
  49. https://www.la-croix.com/Monde/Soudan-nouvelles-manifestations-Bechir-defend-forces-securite-2019-01-20-1300996733
  50. https://www.salon.com/2019/01/27/uprising-in-sudan-does-this-african-nation-offer-a-window-of-hope-onto-the-future/
  51. http://www.rfi.fr/afrique/20190126-soudan-repression-professions-ciblees-soutien-al-sadek-al-mahdi
  52. https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2018/12/sudan-protesters-dead-in-government-crackdown-on-protests/
  53. https://www.france24.com/fr/20190117-soudan-police-disperse-manifestants-presidence-omar-bechir-marasme-economique
  54. https://www.jeuneafrique.com/712628/politique/soudan-omar-el-bechir-attendu-au-qatar-sur-fond-de-contestation-dans-son-pays/
  55. « Le mouvement de protestation s’embrase au Soudan », sur Le Monde.fr (consulté le 21 avril 2019)
  56. « Soudan: au moins 90 morts en quatre mois de contestation, selon un comité de médecins — La Libre Afrique », sur La Libre Afrique (consulté le 16 mai 2019)
  57. « Soudan : plus de 800 arrestations depuis le début de la crise – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 21 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]



This page is based on a Wikipedia article written by contributors (read/edit).
Text is available under the CC BY-SA 4.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.

Destek