Libertaire

Dans une manifestation à Londres le 9 novembre 2011 : « Dites simplement non au gouvernement autoritaire ».
1er mai 2012, lors de la manifestation Occupy Chicago.

Le terme libertaire désigne les personnes, courants, mouvements, structures et organisations qui prônent la liberté individuelle comme valeur fondamentale, et qui de ce fait rejettent toute forme d'autoritarisme politique dans l'organisation sociale[1] ou la vie privée. Libertaire est plus particulièrement un synonyme d'anarchiste, utilisé pour se référer à ce courant de philosophie politique développé depuis le XIXe siècle sur un ensemble de théories et de pratiques antiautoritaires[2] et autogestionnaires, basées sur la démocratie directe.

Joseph Déjacque crée ce néologisme en 1857[3] pour affirmer le caractère égalitaire et social de l'anarchisme naissant. Les anarchistes français s'y rallient à la suite de l'entrée en vigueur des lois scélérates.

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, les termes "anarchiste" et "libertaire" commencent à être utilisés différemment. "Anarchiste" désignant ceux qui veulent abolir l'État, le capitalisme et les religions, tandis que "libertaire" est utilisé plus largement dans les nouveaux mouvements sociaux et la contre-culture. Cependant les deux sensibilités se réfèrent aux mêmes racines idéologiques[4].

Il est également souvent employé dans des contextes culturels et médiatiques pour désigner une attitude ou une posture individualiste, privilégiant la liberté personnelle et parfois déconnectée de toute dimension politique ou sociale concrète[5].

Concept[modifier | modifier le code]

Le projet libertaire ou anarchiste a pour but de développer une société sans domination et sans exploitation, où les individus-producteurs s'associent et coopèrent librement dans une dynamique d'autogestion, de fédéralisme et de liberté politique par la démocratie directe organisée autour du mandatement impératif.

L’anarchisme est employé tantôt péjorativement par ses détracteurs, comme synonyme de désordre social et dans un sens qui se rapproche de l’anomie. Cela a entraîné une connotation négative pour certains, ce qui est moins fort avec le terme libertaire.

Pour ces derniers l'anarchie n'est justement pas le désordre social mais au contraire l'ordre social absolu grâce notamment au collectivisme anti-capitaliste qui contrairement à l'idée de possessions privées capitalisées, suggère l'idée de possessions individuelles ne garantissant quant à elles aucun droit de propriété concernant l'accumulation de biens non utilisés[6]. L’anarchie est donc organisée et structurée : c'est l'ordre moins le pouvoir.

Comme le précise l'essayiste Hem Day : « On ne le dira jamais assez, l’anarchisme, c’est l’ordre sans le gouvernement ; c’est la paix sans la violence. C’est le contraire précisément de tout ce qu’on lui reproche, soit par ignorance, soit par mauvaise foi »[7].

Historique[modifier | modifier le code]

Origine du terme en 1857[modifier | modifier le code]

Le Libertaire, Journal du mouvement social, New-York, no 25, 17 août 1860.

Le mot « libertaire » a été créé par Joseph Déjacque, militant et écrivain anarchiste, par opposition à « libéral »[8]. Le néologisme construit sur un modèle alors répandu chez les socialistes utopiques par l'usage du terme prolétaire (égalitaire, fraternitaire), apparaît dans une lettre ouverte à P. J. Proudhon, De l'Être-Humain mâle et femelle - Lettre à P. J. Proudhon, publiée à La Nouvelle-Orléans en mai 1857. Joseph Déjacque s'oppose à la misogynie de Proudhon et l'accuse d'être « anarchiste juste-milieu, libéral et non libertaire ». Contre son conservatisme en matière de mœurs, Déjacque revendique la parité des sexes et la liberté du désir dans une société affranchie de l'exploitation et de l'autorité.

Joseph Déjacque a utilisé ce terme comme titre au journal qu'il a publié à New York de juin 1858 à février 1861, Le Libertaire, Journal du mouvement social, titre repris par de nombreuses autres publications ultérieures. C'est dans le dernier quart du XIXe siècle que les socialistes antiautoritaires ont adopté le terme pour désigner les théories et pratiques de l'anarchisme[9].

On retrouve à plusieurs reprises le terme dans le De la Justice... de Proudhon. Il en fait un quasi synonyme d'individualisme.

Popularisation du terme dans les années 1890[modifier | modifier le code]

Jules Lermina, L'ABC du libertaire, L'Essai d’Aiglemont, 1906.

En France, à la suite des lois votées dans l'urgence les 11 et et le , interdisant tout type de propagande, les anarchistes s'emparent du mot libertaire pour s'identifier et poursuivre leurs activités, notamment éditoriales. Ainsi, en , La Revue anarchiste devient-elle La Revue libertaire[10],[11],[12]. Ces lois « anti-anarchistes » ne seront abrogées qu’en 1992[13].

Pendant plusieurs décennies les deux termes seront utilisés comme synonymes. Ils seront quasiment interchangeables. Ainsi, pendant la Révolution sociale espagnole de 1936, parle-t-on tout autant de la Fédération anarchiste ibérique que de la Federación Ibérica de Juventudes Libertarias, son mouvement de jeunesse. Ainsi, durant la guerre d'Espagne, la militante anarchiste María Silva Cruz (1915-1936), républicaine espagnole fusillée par les nationalistes sans procès, est surnommée María la Libertaire[14].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, leur opposition à l'autorité et à l'autoritarisme a poussé de nombreux militants anarchistes et libertaires à lutter contre les nazis et le régime de Vichy. C'est le cas du Havrais Georges Burgat, président de la section locale de la Ligue internationale des combattants pour la paix, qui milite dans Libération-Nord, ou Charles Cortvrint dans les Forces françaises libres[15]. Certains s'engagent en sauvant des Juifs. Analysant l'action de ces "justes" dans sa famille, l'universitaire Ivan Jablonka écrit qu'« une internationale d’artisans, une grande famille de bourreliers, de tailleurs et de coupeurs de cuir a défendu, (...) de 1930 à 1945, les plus hautes valeurs de l’humanisme européen »[16].

Évolution sémantique des termes à partir des années 1960[modifier | modifier le code]

Simon Luck note dans sa thèse que les vocables "anarchiste" et "libertaire" ont commencé à être utilisés différemment à partir des années 60. "Anarchiste" désignant alors les partisan de l'abolition de l'État, du capitalisme ou des religions, tandis que "libertaire" était utilisé plus largement pour les mouvements militants. Ainsi ces deux vocables on commencé à définir des réalités sociales différentes même s'ils se réfèrent à la même idéologie[4].

Pour le philosophe Daniel Bensaïd, il existe un « moment, post-stalinien, [qui] répond aux grandes désillusions du siècle tragique des extrêmes. Plus diffus, mais plus influent que les héritiers directs de l’anarchisme classique, un courant néo-libertaire émerge confusément. Il constitue un état d’esprit, un "air du temps" (a mood), plutôt qu’une orientation définie. Il embraye sur les aspirations (et les faiblesses) des mouvements sociaux renaissants »[17].

En 1966, à Amsterdam, une manifestation Provo contre la guerre du Vietnam.

Aux Pays-Bas, selon l'historien Rudolf de Jong, « Dans les années 1960 la société néerlandaise changea rapidement et profondément. On pourrait même parler d'une révolution culturelle, avec un réveil de l'esprit libertaire, des idées antihiérarchiques et l'éruption des [...] Provo (1965-1966) [...] qui attirèrent l'attention internationale[18] ». Non-violent, pacifiste, écologiste avant l'heure, le mouvement Provo manifeste un refus radical des jeux politiques. D'un esprit libertaire ludique, il utilise le détournement de l’image et est passé maître dans l’art du happening[19].

En France, Mai 68 marque un tournant, notamment par le rôle déterminant que joue le Mouvement du 22 Mars au début des événements. Avec la critique situationniste de la société du spectacle, « le courant libertaire vit une révolution culturelle rampante qui lui permet de se renouveler et de connaître une expansion sans précédent »[20].

Dans les années 1970, un courant issu des nouveaux mouvements sociaux[21],[22] s'approprie le terme libertaire sans se référer pour autant à un courant précis de l'anarchisme. « Le refus de l’autorité, l’accent mis sur la priorité du jugement individuel, incitent particulièrement les libertaires à faire preuve d’antidogmatisme »[23]. Dans ce contexte, émergent de nouveaux médias comme Actuel ou le journal Libération et de nouvelles figures intellectuelles libertaires comme Jacques Ellul[24], Michel Onfray, Daniel Colson[25], Normand Baillargeon, Ruwen Ogien[26],[27], Miguel Benasayag, etc. Une partie de la gauche non communiste devient libertaire sans cesser d'être antilibérale économiquement[28].

Selon le politologue Francis Dupuis-Déri : « Les principes du socialisme libertaire trouveront à s’incarner au fil des années 1970 et 1980 dans des mouvements sociaux de sensibilité antiautoritaire et antihiérarchique, qui pensent l’organisation militante elle-même comme un espace libre, autonome et autogéré par ses membres, et dans lequel se développe par la délibération un sens du bien commun, de l'égalité et de la liberté. Cette sensibilité continue de s’affirmer dans le mouvement altermondialiste, qui émerge vers la fin des années 1990, à travers ses manifestations de rue spectaculaires, de la Bataille de Seattle en 1999 aux mobilisations contre le G8 en Allemagne pendant l’été 2007, ainsi que dans sa structure globale, ses médias alternatifs, sa production artistique et ses camps radicaux en marge des Forums sociaux »[29].

Sens contemporains[modifier | modifier le code]

Le terme "libertaire" est aujourd'hui utilisé de manière polysémique. Parfois comme stricte synonyme des pratiques spécifiques historiques de l'anarchisme mais également, comme le fait remarquer Simon Luck, pour désigner de nouvelles « identités libertaires »[4]. Il est également repris dans des contextes culturels et médiatiques pour revendiquer une liberté d'esprit, mais il est alors souvent déconnecté de la dimension politique que revêtait initialement le terme[5].

Le sens historique d'anarchisme[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire de la terminologie politique, le terme 'libertaire' a d'abord été utilisé pour désigner les idées et les mouvements liés à l'anarchisme. Cette utilisation historique reflète une période où 'libertaire' était synonyme d'anarchisme, mettant l'accent sur la liberté et l'autonomie individuelle comme piliers de la pensée anarchiste. Au fil du temps, cette association a été préservée dans de nombreux dictionnaires en ligne. Aujourd'hui, la plupart de ces sources continuent de reconnaître une synonymie entre 'anarchisme' et 'libertaire', témoignant ainsi de l'évolution historique et de la persistance du sens originel du terme 'libertaire' dans le contexte de l'anarchisme[30],[31],[32],[33],[34].

De nouvelles réalités militantes distinctes[modifier | modifier le code]

Graffiti, Paris, 2012.

Irène Pereira, dans sa thèse de doctorat de sociologie, se pose la question : « Qu’est ce qu’être libertaire aujourd’hui ? Quel est l’héritage de l’esprit de Mai 68 aujourd’hui ? [...] l’esprit de Mai conjoint trois grammaires : la grammaire socialiste, la grammaire démocratique et la grammaire contre-culturelle. Un des héritages possible de Mai 68 aujourd’hui consiste à essayer de trouver un équilibre dans la pratique libertaire. Les pratiques libertaires actuelles constituent des tentatives pour déplacer les oppositions entre revendications universalistes et revendications spécifiques, action de masse et désirs minoritaires, égalité et liberté... dans le cadre d’un retour de la critique sociale »[35].

Et le sociologue Mimmo Pucciarelli (municipaliste libertaire) de poursuivre : « Les libertaires de l'an 2000, tout en continuant à exprimer leur sensibilité libertaire et une forte solidarité pour les plus démunis, ne sont plus les porteurs du rêve du Grand Soir, ou de celui visant à créer un paradis sur terre. Pourtant, par leurs pratiques quotidiennes et la problématique qui est la leur (quelle liberté et quelle justice pour un monde meilleur ?), ils continuent à parcourir les chemins de l'utopie »[36].

En 2001, le politologue Jean-Jacques Gandini évoque « des parcours peu connu des nouvelles générations qui, depuis une dizaine d’années, sont de plus en plus réceptives à l’idéal libertaire qui veut conjuguer liberté, égalité et justice sociale dans une société d’individus sujets ayant barre sur leur propre destinée. »[37].

En 2009, dans une étude de Magaly Pirotte pour le Collectif de recherche sur l'autonomie collective (Québec), le collectif féministe libertaire « Ainsi squattent-elles ! » définit la culture libertaire comme « un refus de l’autorité jugée illégitime, le recours privilégié à l’action sans intermédiaire et une forme organisationnelle qui se caractérise par l’autonomie, la démocratie directe et la décentralisation du pouvoir »[38].

En 2019, dans son manifeste l'Union communiste libertaire défend un projet de société libertaire entendu comme « une société qui a pour objectif et pour condition l’émancipation des individus, qui passe par l’égalité économique et sociale et par une démocratie fédéraliste, autogestionnaire »[39].

Un sens dilué dans d'autres contextes[modifier | modifier le code]

Alors qu'à l'origine le terme libertaire est inventé pour souligner le manque de radicalité de certains anarchistes[40], au contraire, dans la deuxième partie du xxe siècle, il se retrouve moins radicalement connoté que le terme anarchiste, parfois associé au désordre, voire aux attentats de la propagande par le fait ou encore au mouvement punk.

"Libertaire" est aujourd'hui souvent utilisé pour décrire des idées et des pratiques qui valorisent surtout la liberté individuelle, mais d'une manière qui penche vers des perspectives libérales classiques ou celles inspirées par des philosophes comme Nietzsche, qui mettent l'accent sur l'individualisme aristocratique. Cela inclut une forte tendance à la critique artistique, mais sans s'attaquer aux problèmes sociaux plus larges, à la différence de l'anarchisme qui aspire à une transformation radicale de la société[41].

L'étiquette libertaire est ainsi beaucoup plus largement revendiquée et endossée, par certains militants antilibéraux ou alternatifs pourraient être considérés comme libertaires sans nécessairement viser une révolution sociale complète[41]. Mais y compris aussi par des personnalités dont la pratique n'est pas immédiatement en accord avec la philosophie libertaire, au point que certains se réclament un temps de l'oxymore « libéral-libertaire »[5].

Dans l'art et la culture[modifier | modifier le code]

Catherine Ribeiro en 1972.

Ainsi dans la sphère culturelle, certains créateurs se réclament libertaires sans pour autant endosser ouvertement l'étiquette anarchiste : Albert Camus[42],[43] en est un exemple, mais on peut également citer André Breton[44], Jacques Prévert[45], Boris Vian[46], Robert Desnos[47], Catherine Ribeiro[48], François Béranger[49], Étienne Roda-Gil[50], Agustín Gómez-Arcos[51],[52], etc. Il en est de même dans le cinéma[53], avec Jean-Pierre Mocky[54] ou Luis Buñuel[55].

En politique[modifier | modifier le code]

En 2013, dans son ouvrage « Les gauches françaises, 1762-2012 », l'historien et essayiste Jacques Julliard distingue quatre gauches et développe une typologie : gauche libérale, gauche jacobine, gauche collectiviste, gauche libertaire[56].

En février 2014, Philippe Corcuff dans Libération, par opposition au terme Libéral-libertaire définit ainsi « Libertaire, au sens anti-étatiste et anticapitaliste de Bakounine, comme dans la veine d’un Proudhon, avec la promotion de la coopération d’individualités autonomes et singulières »[57].

En octobre 2014, Jean-Luc Bennahmias, bien qu'ayant un parcours politique et personnel intégralement social-démocrate (PSU, Verts puis MoDem) se réclame d'une « démocratie sociale-libertaire » et déclare : « Ça fera rire les internautes, mais je suis un libertaire »[58],[59].

En , Yánis Varoufákis, ministre grec des Finances, se définit comme marxiste libertaire[60],[61].

Aux élections régionales de décembre 2015 en Île-de-France, une Fédération Libertaire Unitaire Ouverte (FLUO), à l'initiative de Sylvain De Smet, conseiller régional sortant, dépose des listes composées de membres du Parti pirate, de Cannabis sans frontières, de dissidents d'EÉLV, ainsi que de figures du mouvement associatif (Act Up-Paris, « Free Party », Syndicat du travail sexueletc.)[62],[63].

À contre-sens de l'origine anarchiste et égalitaire du terme, le philosophe et sociologue marxiste Michel Clouscard a introduit l'expression synthétique « libéral-libertaire » dans son livre Néo-fascisme et idéologie du désir (1972) pour dénoncer la permissivité morale des étudiants gauchistes de mai 1968 qu'il considère comme une attitude contre-révolutionnaire. Cette expression relèverait de la figure de style mais a depuis été revendiquée par certains, principalement le député européen Daniel Cohn-Bendit[64] ou le réalisateur Romain Goupil[65], ce qui lui a de fait donné une certaine existence.

Confusions avec d'autres termes[modifier | modifier le code]

Libertarianisme[modifier | modifier le code]

L'idéologie libertaire, même dans sa variante individualiste, se démarque totalement du libertarianisme en prônant l'égalité réelle et en se défiant de la religion (rationalisme athée des libertaires). Ainsi, l'anthropologue et philosophe français Ruwen Ogien dans L'État nous rend-il meilleurs ? Essai sur la liberté politique présente la démonstration qu'une liberté individuelle radicale peut tout à fait être cohérente avec un idéal égalitaire tout aussi radical. La conception politique qu'Ogien défend « est libertaire (ou permissive) pour les mœurs, et égalitaire (ou non inégalitaire) du point de vue économique et social » (page 263)[66].

La confusion entre les deux est néanmoins fréquente, notamment en cas de passage de l'anglais au français. Les Anglo-Saxons ont tendance à qualifier les libertaires de socialist libertarians (ou libertarisme de gauche pour le mouvement libertaire). Libertarian (en) seul est très ambigu et notamment peut faire référence aux théories économiques voulant réduire le rôle de l'État à la défense de la propriété privée et aux partis politiques capitalistes s'en revendiquant. Pour le politologue américain Herbert Kitschelt : « Il ne faut pas confondre le concept de libertaire tel que je l'utilise avec les notions individualisme libéral d'un côté ou anarchisme de l'autre[67] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sébastien Faure, Encyclopédie anarchiste, Paris, La Librairie Internationale.
  2. Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Gallimard, coll. « Tel », 1992
  3. Thomas Bouchet, Patrick Samzun, Libertaire ! Essais sur l'écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2020, présentation en ligne.
  4. a b et c Simon Luck, « Sociologie de l'engagement libertaire dans la France contemporaine. Socialisations individuelles, expériences collectives et cultures politiques alternatives », HAL, Université Panthéon-Sorbonne - Paris I,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ) :

    « Par la suite, avec l’apparition de nouveaux mouvements contestataires dans la seconde moitié du xxe siècle, les termes « anarchiste » et « libertaire » ont de plus en plus fréquemment été utilisés pour désigner des réalités partiellement distinctes : le vocable « anarchiste » restait réservé aux partisans de l’abolition de l’État, du capitalisme et des religions, alors que l’adjectif « libertaire » était appliqué à l’ensemble des expériences militantes alternatives et anti-autoritaires. Mais il s’agissait là d’une distinction sémantique bien plus que d’une divergence idéologique et pratique puisque l’ensemble des courants se retrouvaient sur des valeurs essentielles, comme l’égalité, l’autonomie, la promotion de l’expression personnelle ou la contestation du fonctionnement de la démocratie »

  5. a b et c Jean-Pierre Garnier, « « Anarchiste », « libertaire » : appellations peu contrôlées », sur Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  6. Ely, Richard et al. 'Property and Contract in Their Relations to the Distribution of Wealth' The Macmillan Company (1914).
  7. Hem Day, Violence - Non-violence - Anarchie, L'Unique, no 54-55-58, 1951, cité par Xavier Bekaert dans Anarchisme. Violence. Non-Violence. Petite Anthologie de la révolution non-violente chez les principaux précurseurs et théoriciens de l'anarchisme, Éditions du Monde libertaire & Éditions Alternative libertaire (Belgique), 2000, page 27, lire en ligne.
  8. Valentin Pelosse, « Joseph Déjacque et la création du néologisme "libertaire" », Économies et Sociétés (Cahiers de l'Institut de sciences mathématiques et économiques appliquées), vol. 6, no 12,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Mikhail Aleksandrovitch Bakounine, Confession 1857, Introduction (p. 11), réédition L'harmattan, 2003, lire en ligne.
  10. L'Éphéméride anarchiste : La Revue libertaire.
  11. Max Nettlau, Bibliographie de l'anarchie, préface d'Élisée Reclus, Bibliothèque des Temps nouveaux, 1897, page 90.
  12. Félix Fénéon, Œuvres-plus-que-complètes, Volume 1, Librairie Droz, 1970, page XX.
  13. legifrance.gouv.fr.
  14. (es) « Silva Cruz, María. La Libertaria; », sur Diccionario biográfico español.
  15. Voir l'article dans http://www.socialisme-libertaire.fr/2015/08/les-anarchistes-et-la-seconde-guerre-mondiale.html
  16. Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n'ai pas eu, Seuil 2012, page 315.
  17. Daniel Bensaïd, La Révolution sans prendre le pouvoir ? À propos d’un récent livre de John Holloway in Changer le monde sans prendre le pouvoir ? Nouveaux libertaires, nouveaux communistes, Contretemps n°6, Textuel, février 2003, page 46, lire en ligne.
  18. Rudolf de Jong, Le Mouvement libertaire aux Pays-Bas, in L'Anarchisme ici et là, hier et aujourd'hui, Le Mouvement social, n°83, 1973, page 180, texte intégral.
  19. Tjebbe Van Tijen, Les Provos, Les années 68 : événements, cultures politiques et modes de vie, Lettre d’information n°13, UMR IRICE, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, , texte intégral.
  20. Christophe Bourseiller, Les anars au tournant du millénaire : que reste-t-il de nos amours, programme du spectacle Demain La Belle, mis en scène par Jérôme Savary à l'Opéra Comique, janvier 2006, lire en ligne.
  21. Sur les origines des Grünen, voir l'analyse de Thomas Keller dans Les verts allemands : Un conservatisme alternatif, p. 60.
  22. Germinal, De l’anarchisme à la gauche libertaire, Confrontations, no 29, juin 1995, texte intégral.
  23. Cédric Guérin, Anarchisme français de 1950 à 1970, Mémoire de Maitrise en Histoire contemporaine sous la direction de Mr Vandenbussche, Villeneuve d’Ascq, Université Lille III, 2000, lire en ligne, page 2.
  24. René Fugler, « La sociologie libertaire de Jacques Ellul », Réfractions, no 11,‎ (lire en ligne).
  25. Deleuze, Guattari et l’anarchie, Le Portique, 2007, textexte intégral.
  26. Jean-Marie Durand, Ruwen Ogien, libertaire pour l’éternité, Les Inrockuptibles, 10 mai 2017, [lire en ligne].
  27. Eric Aeschimann, « Ruwen Ogien, l'anarchiste de gauche », sur Bibliobs, .
  28. Paul-François Paoli, Confessions d'un enfant du demi-siècle, Cerf, 2018, reproduit dans Rédaction, Grande fresque de la France intellectuelle, Valeurs actuelles, 22 octobre 2018, lire en ligne.
  29. Francis Dupuis-Déri, Herbert Marcuse altermondialiste ? Penser l’opposition radicale à la mondialisation néolibérale, in La beauté est dans la rue - Mai 68 au présent, Variations, printemps 2008, page 62.
  30. « libertaire », dans Wiktionnaire, le dictionnaire libre, (lire en ligne)
  31. Éditions Larousse, « Définitions : libertaire - Dictionnaire de français Larousse », sur larousse.fr (consulté le ).
  32. « LIBERTAIRE : Synonymie de LIBERTAIRE », sur cnrtl.fr (consulté le ).
  33. « libertaire - Définitions, synonymes, prononciation, exemples | Dico en ligne Le Robert », sur dictionnaire.lerobert.com (consulté le ).
  34. « Libertaire : Définition simple et facile du dictionnaire », sur linternaute.fr, (consulté le ).
  35. Irène Pereira, Un nouvel esprit contestataire - La grammaire pragmatiste du syndicalisme d’action directe libertaire, Thèse de Doctorat de sociologie, École des hautes études en sciences sociales, Groupe de sociologie politique et morale, 2009, page 219.
  36. Mimmo Pucciarelli, Les libertaires de l'an 2000 sociologie de l'imaginaire libertaire d'aujourd'hui, Thèse de doctorat en Sociologie sous la direction de Alain Pessin, Université Pierre-Mendès-France - Grenoble II, 1998, résumé en ligne.
  37. Jean-Jacques Gandini, De l’histoire du mouvement révolutionnaire, Le Monde diplomatique, août 2001, lire en ligne.
  38. Magaly Pirotte, Ainsi squattent-elles ! : une monographie, Québec (Canada), Collectif de recherche sur l'autonomie collective, 2009, page 14.
  39. Redac-web-01, « Pour un communisme libertaire », sur UCL - Union communiste libertaire, (consulté le )
  40. Simon Luck, Sociologie de l’engagement libertaire dans la France contemporaine, 2008, p. 9, Le terme « libertaire » et ses appropriations différenciées : « Le mot libertaire est initialement forgé pour servir la dénonciation d’un anarchisme qui n’irait pas au bout de sa radicalité. »
  41. a et b Irène Pereira, Un nouvel esprit contestataire – La grammaire pragmatiste du syndicalisme d'action directe libertaire, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), (lire en ligne), chap. 3 - 1 (« Les grammaires de la critique sociale et de la critique artiste dans l’histoire du mouvement anarchiste »)
  42. Hubert Prolongeau, « Libertaire, j'écris ton nom » Accès payant, sur marianne.net, 2013-06-15utc10:00:00+0200 (consulté le ).
  43. « Catherine Camus : “Mon père était un libertaire” » Accès payant, sur Bibliobs, (consulté le ).
  44. Michel Ragon, Dictionnaire de l'anarchie, ALBIN MICHEL, (ISBN 978-2-226-19948-5, lire en ligne)
  45. « Jacques Prévert (1900-1977), le libertaire exquis », sur France Culture, (consulté le ).
  46. Philippe Boggio, Boris Vian, Paris, Flammarion, 1993, chapitre Le parolier libertaire, pp. 347-359. Dans ce chapitre, l'auteur évoque principalement la création du Déserteur, et des chansons créées pour La Bande à Bonnot ; il souligne, après l'arrêt de la comédie musicale, que Boris Vian « est fixé : le public, les producteurs n'aiment pas la veine libertaire », ce qui le conduit plus tard, à interpréter lui-même ses chansons.
  47. Jean-Louis Trintignant, Trois poètes libertaires, Sic Productions.
  48. « Catherine Ribeiro est l’une des plus belles choses qui soit arrivée à la chanson française | Les Inrocks », sur lesinrocks.com (consulté le ) : « Des idéaux, j'en ai eu plein l'esprit et il m'a bien fallu admettre qu'ils étaient libertaires. Libre et libertaire sans jamais accepter un clan plutôt qu'un autre. ».
  49. Encyclopædia Universalis, « FRANÇOIS BÉRANGER (1937-2003) » Accès payant, sur Encyclopædia Universalis (consulté le ).
  50. « Paroles libertaires | Éditions Albin Michel », sur albin-michel.fr (consulté le ).
  51. Thierry Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Albin Michel, 1990, page 384.
  52. Michel Ragon, Dictionnaire de l'Anarchie, Albin Michel, 2008, Agustín Gómez-Arcos.
  53. Section Histoire du cinéma libertaire, in Arbus P., Bousquet F. (dir.), Cinéma et identités collectives, 2005, Éditions Le Manuscrit, texte intégral
  54. Jean-Pierre Mocky le libertaire vedette d'"Un réalisateur dans la ville" à Nîmes, Culturebox, 29 juillet 2013, lire en ligne.
  55. Anne Dessuant, Dans l'œil de Buñuel, Télérama, 29 juin 2013.
  56. Jacques Julliard, Les gauches françaises, 1762-2012, Flammarion, 2013, présentation éditeur.
  57. Philippe Corcuff, «Libé» : libéral et libertaire contre la starckisation, Libération, 13 février 2014, lire en ligne.
  58. « articles de JL Bennahmias sur atlantico », sur Atlantico, (consulté le ).
  59. Hubert Huertas, Stéphane Alliès, « Jean-Luc Bennahmias : « Ça fera rire les internautes, mais je suis un libertaire » ! », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  60. Marie-Pierre Gröndahl, Anne-Sophie Lechevallier, Yanis Varoufakis - Le ministre star nous a reçus chez lui, Paris Match, 15 mars 2015, lire en ligne.
  61. Renaud Février, La séance photo incongrue de Varoufakis pour "Paris Match", L'Obs, 13 mars 2015, lire en ligne.
  62. « FLUO, une liste libertaire pour les régionales », sur France 3 Paris Île-de-France, .
  63. France 3 Paris Île-de-France et AFP, « Parti pirate et cannabis... Une liste alternative présentée dans un squat à Paris », sur France 3 Paris Île-de-France, .
  64. Max Armanet, Que reste-t-il des libéraux libertaires ? André Glucksmann et Daniel Cohn-Bendit, Libération, 27 mai 2011, lire en ligne.
  65. Romain Goupil, « Je me sens libéral-libertaire, et j’emmerde ceux que le terme effraie », Télérama, 8 février 2015, lire en ligne.
  66. Ianik Marcil, Libertaire et égalitaire, 19 mai 2013, Le Huffington Post Québec, texte intégral.
  67. Herbert Kitschelt, La gauche libertaire et les écologistes français, Revue française de science politique, 40e année, no 3, 1990, p. 340, lire en ligne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Utilisé pour la rédaction de l'article[modifier | modifier le code]

Universitaire[modifier | modifier le code]

  • Simon Luck et Yves Déloye (dir.), Sociologie de l'engagement libertaire dans la France contemporaine. Socialisations individuelles, expériences collectives et cultures politiques alternatives, Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Irène Pereira, Un nouvel esprit contestataire – La grammaire pragmatiste du syndicalisme d'action directe libertaire, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Mimmo Pucciarelli et Alain Pessin (dir.), Les libertaires de l'An 2000 : sociologie de l'imaginaire libertaire d'aujourd'hui, Université Pierre-Mendès-France - Grenoble II, (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Essais[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Biographies[modifier | modifier le code]

Travaux universitaires[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Chrisitian Mottier, Ni Dieu ni maître, Temps présent, Radio télévision suisse, , voir en ligne.
  • Philippe Roziès, Lutter... ici et maintenant, LCP-Assemblée nationale, KUIV productions, 2013, 60 minutes, voir en ligne.
  • L. Ducrozet, C. Jeannin, 50 après, comment les militants libertaires perçoivent le mouvement de Mai 68 ?, France 3 Bourgogne-Franche-Comté, , voir en ligne.

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :