Advertising Enquiries

Konarak (bateau)

Wikipedia open wikipedia design.

Konarak (کنارک)
Image illustrative de l’article Konarak (bateau)
Le Konarak après sa rénovation de 2018 et avant l'incident de tir du .
Classe Classe Hendijan
Fonction Navire de soutien logistique
Histoire
A servi dans Marine de la république islamique d'Iran
Commanditaire République islamique d'Iran
Constructeur K Damen
Chantier naval Boven-Hardinxveld, Pays-Bas
Commandé fin des années 1970/début des années 1980
Lancement 1988
Mise en service 1988
Commission 1988
Statut Détruit le
Équipage
Équipage 15 (de base)[1]
Caractéristiques techniques
Longueur 47 m
Maître-bau 8,55 m
Tirant d'eau 2,86 m
Déplacement 447 t
À pleine charge 650 t
Propulsion 2 × Mitsubishi S 16 MTPK
2 hélices
Puissance 6 200 ch (4 560 kW)
Vitesse 21[1] ou 25[2] nœuds
Caractéristiques commerciales
Passagers 90[1] à 100
Capacité 40 t d'eau potable
Caractéristiques militaires
Armement 1 x canon de 20 mm Oerlikon ; capacité de lancement de missiles antinavires Nasr-1 après une rénovation en 2018
Électronique Radar de navigation Decca 2070
Aéronefs capacité de lancement de drones après une rénovation en 2018

Le Konarak (persan : کنارک) (numéro de coque 1403) est un navire de soutien logistique de classe Hendijan de la Marine de la république islamique d'Iran, en service de 1988 à 2020.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Selon l'agence de presse iranienne, le Konarak mesure 47 mètres de long et 8,5 mètres de largeur, a un tirant d'eau de 2,9 mètres, et déplace 447 tonnes[3]. Commandé avant la révolution de 1979[4], il a été construit aux Pays-Bas à Boven-Hardinxveld par K. Damen. Mis en service en 1988, il a été révisé en 2018. Il peut transporter 40 tonnes d'eau potable ou une centaine de passagers.

Son armement permanent est un canon de 20 mm Oerlikon et il a, depuis une modernisation de 2018, une capacité de lancement de missiles[5] et de drones ainsi que mouilleur de mines[6].

Il fait partie de la classe Hendijan (également appelée classe Bakhtaran ou MIG-S-4700), qui compte de douze[1] à quatorze navires (deux auraient été construits dans les années 2000[2]) ayant à l'origine le rôle de remorqueur et de transport d'eau potable, cinq ou six étant en service actif en 2007[7]. Un contrat de dix navires a été signé avant la Révolution iranienne de 1979 entre l'État impérial d'Iran et K. Damen pour des navires non armés. Six navires, dont probablement le Konarak, ont été construits aux Pays-Bas à partir de 1985 lors de la guerre Iran-Irak, les autres ont été envoyés en Iran en pièces détachées et assemblés sur place[8], les suivants sont construits en Iran[2] à Bandar Abbas[1].

Son port d'attache est Konarak (en) depuis le [6].

Incident du 10 mai 2020[modifier | modifier le code]


Le dans l’après-midi, le navire est touché par un tir ami lors d'un test de missile antinavire, peut-être une nouvelle version du Noor (inspiré du C-802 chinois)[9], tiré par la frégate iranienne Jamaran dans le golfe d'Oman près de Bandar-e Jask (en)[10]. Ce dernier navire est un symbole des efforts déployés par l'Iran pour renforcer ses capacités militaires maritimes de manière autonome ; il avait été inauguré par le Guide de la révolution islamique, Ali Khamenei, en 2010[11].

La télévision iranienne fait savoir que le Konorak a été touché après avoir déplacé une cible d'exercice vers sa destination, sans créer suffisamment de distance entre lui et la cible[12].

Dans la matinée du , le bilan officiel iranien est de 19 marins tués et 15 blessés. L'épave a été remorquée au port de Tchabahar où les blessés ont été transférés à l'hôpital[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Bernard Prézelin, Flottes de combat 2004, Ouest-France, , 1200 p. (ISBN 978-2-7373-3379-8), p. 659.
  2. a b et c (en) « Bakhtaran / Vakhtaran (Hendijan, MIG-S-4700) AG - General Purpose Auxiliary », sur www.globalsecurity.org (consulté le 11 mai 2020).
  3. a et b « Un navire iranien accidentellement touché en mer d'Oman », sur Agence de presse de la République islamique, (consulté le 11 mai 2020).
  4. Pierre Alonso, « Iran : missile fratricide et meurtrier dans le golfe d’Oman », Libération, no 12107,‎ , p. 14 (ISSN 0335-1793, lire en ligne, consulté le 12 mai 2020).
  5. (en) « Iran missile 'accidentally' strikes own ship, kills one sailor », Al Jazeera,‎ (lire en ligne).
  6. a et b (en) « Several Killed, Injured in Naval Accident Off Southern Iranian Coast », sur Iran Front Page, (consulté le 11 mai 2020).
  7. (en) Anthony H. Cordesman et Martin Kleiber, Iran's Military Forces and Warfighting Capabilites : The Threat in the Northern Gulf, Center for Strategic and International Studies, , 288 p., p. 121.
  8. (nl) Jaime Karremann, « Raket van Iraans fregat treft Iraanse patrouilleboot: 19 doden », sur marineschepen.nl, (consulté le 11 mai 2020).
  9. (en) « Here's All That's Left Of Iranian Navy Ship Struck By Missile In Friendly Fire Tragedy (Updated) », sur War Zone, (consulté le 11 mai 2020).
  10. (en) « Iranian navy ship hit by missile in fatal friendly-fire incident in Gulf », Guardian,‎ (lire en ligne).
  11. Allan Kaval, « Golfe d’Oman : plusieurs marins iraniens tués lors d’un exercice militaire », sur Le Monde, (consulté le 11 mai 2020).
  12. « Un navire de guerre iranien « frappé par un missile » accidentellement lors d'un exercice dans le golfe d'Oman », sur Le Figaro, (consulté le 11 mai 2020).


This page is based on a Wikipedia article written by contributors (read/edit).
Text is available under the CC BY-SA 4.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.

Destek