Histoire des Juifs en Érythrée

Communauté juive troglodyte de Tigrina, 1943,

L'histoire des Juifs en Érythrée débute à partir du XIXe siècle avec l'arrivée de populations nouvelles dans cette partie de la Corne de l’Afrique.

Autrefois, l'Érythrée avait une importante communauté juive, alimentée par l'arrivée d'individus pour des raisons économiques ou échappant à la persécution. La communauté a prospéré pendant plusieurs décennies avant que l'émigration massive n'ait commencé pendant la guerre d'indépendance érythréenne (1961-1971). Aujourd'hui, il ne resterait qu'un seul Juif autochtone.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers Juifs à s'installer en Érythrée, à partir de la fin du XIXe siècle, étaient des Juifs yéménites, attirés par les nouvelles opportunités commerciales développées par la colonisation italienne.

En 1906, la construction de la synagogue d'Asmara est achevée à Asmara, la capitale du pays. Elle comprend un sanctuaire principal pouvant accueillir jusqu'à 200 personnes, des salles de classe et un petit cimetière.

Dans les années 1930, la communauté juive est renforcée lorsque de nombreux Juifs européens émigrent en Érythrée pour échapper à la persécution nazie en Europe[1].

Sous l'administration britannique, l’Érythrée était utilisée comme lieu de détention pour les organisations Irgoun et Léhi qui luttaient pour la création d'un État juif indépendant dans le cadre du mandat britannique de Palestine (aujourd'hui Israël)[2]. Parmi les prisonniers figuraient notamment le futur Premier ministre israélien Yitzhak Shamir et Haïm Corfou, un des fondateurs du Beitar Jérusalem.

À 10 heures de route de Tripoli (Libye), Tigrina, une communauté juive d'habitants des cavernes en Érythrée, parlant un bon hébreu, est découverte en 1943 dans un village situé dans des fosses d'environ 10 mètres de profondeur et plusieurs dizaines de mètres de diamètre qui ont été creusées dans la roche tendre d'une grande colline basse. On descendait dans les fosses avec des escaliers creusés dans son côté jusqu'à son fond qui ressemblait à un carré rond, et autour d'elle, côte à côte, des appartements convenables ont été creusés dans les murs de la fosse. La taille des appartements, leur contenu et leur propreté témoignaient d'un bon niveau de vie. Les villageois dirent que leur mode de vie, qui se déroulait ainsi depuis des générations, a été choisi à la fois pour des raisons de sécurité et pour des raisons de défense contre les fortes chaleurs qui règnent dans leur zone semi-désertique.

À partir de 1948, après la fondation d'Israël en tant qu'État juif, de nombreux Juifs érythréens ont émigré en Israël[1]. Dans les années 1950, 500 Juifs vivaient encore dans le pays[1]. Le dernier mariage juif à la synagogue d'Asmara est célébré pendant cette décennie. La synagogue a également servi aux Juifs de toute l'Afrique pour célébrer Yamim Noraïm.

Les Juifs d'Érythrée ont continué de quitter le pays durant la guerre d'indépendance érythréenne (1961-1991) qui bouleverse leur équilibre[1]. En 1975, le grand rabbin et une grande partie de la communauté ont été évacués. Beaucoup de Juifs érythréens se sont installés en Israël, tandis que d'autres sont allés en Europe ou en Amérique du Nord. À ce moment-là, il ne restait plus que 150 Juifs dans le pays[3].

L’Érythrée a officiellement obtenu son indépendance en 1993. À l'époque, il ne restait qu'une poignée de Juifs dans le pays. Tous sauf un sont morts ou ont émigré.

En 2006, il ne reste plus qu'un seul Juif autochtone en Érythrée, Sami Cohen, qui dirige une entreprise d'import-export, assiste à la synagogue d'Asmara et s'occupe du cimetière où son père repose[1],[4],[5]. Il y a aussi quelques Juifs non-natifs qui résident à Asmara ou fréquentent la synagogue, des diplomates en visite ou des fonctionnaires de l’ONU, certains Israéliens étant attachés à l'ambassade israélienne locale[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Dans les années 50, la communauté juive comptait 500 membres – Portail catholique suisse », sur cath.ch (consulté le )
  2. (en) « Britain's 'Guantanamo Bay' », sur BBC, (consulté le ).
  3. (en) « Eritrea Virtual Jewish History Tour », sur Jewish Virtual Library (consulté le ).
  4. (en) « Asmara's last Jew recalls 'good old days' », sur BBC, (consulté le ).
  5. (en) « Eritrea's last native Jew tends graves, remembers », sur Ynet News, (consulté le ).