Dialectes de Zhangzhou

Zhangzhou
Pays Chine
Région Fujian
Classification par famille
Codes de langue
Linguasphere 79-AAA-jed
Glottolog fuji1236
Carte
Image illustrative de l’article Dialectes de Zhangzhou
Carte des variétés du chinois min. Le zhangzhou fait partie du hokkien, indiqué en vert sur la carte.

Les dialectes de Zhangzhou (chinois simplifié : 漳州话 ; chinois traditionnel : 漳州話 ; Pe̍h-ōe-jī : Chiang-chiu-ōa), également rendus Changchew, Chiangchew ou Changchow, sont un groupe de dialectes hokkiens parlés dans le sud de la province du Fujian (au sud-est de la Chine), centrée sur la ville de Zhangzhou. Le dialecte de Zhangzhou à proprement parler est la source de certains noms de lieux en français, notamment Amoy (de [ɛ˨˩ mui˩˧], maintenant appelé Xiamen) et Quemoy (de [kim˨ mui˩˧], maintenant appelé Kinmen).

Classification[modifier | modifier le code]

Les dialectes de Zhangzhou sont classés parmi les dialectes du hokkien, un groupe de variétés minnan[1]. Dans le Fujian, les dialectes de Zhangzhou forment le sous-groupe sud (南片) du minnan[2]. Le dialecte urbain de Zhangzhou est l'un des plus anciens dialectes minnan et, avec le dialecte urbain de Quanzhou, il constitue la base de toutes les variétés modernes[3]. Comparé à d'autres variétés du hokkien, il a une intelligibilité de 89,0% avec le dialecte d'Amoy et de 79,7% avec le dialecte urbain de Quanzhou[4].

Phonologie[modifier | modifier le code]

Cette section est principalement basée sur le dialecte parlé dans la zone urbaine de Zhangzhou.

Initiales[modifier | modifier le code]

Il y a 15 initiales phonémiques[5].

Bilabiale Alvéolaire Vélaire Glottale
Sourd Sonore Sourd Sonore Sourd Sonore Sourd
Occlusive Non aspiré p
/
p
b
/
b
t

t
k

k
g
/
g
ʔ

-
Aspiré
/
ph


th

/
kh
Affriquée Non aspiré ts

ch
dz
/
j
Aspiré tsʰ

chh
Fricative s
/
s
h

h
Latérale l

l

Lorsque la rime est nasalisée, les trois phonèmes vocaux /b/, /l/ et /g/ sont réalisés comme les nasales [m], [n] et [ŋ], respectivement[5],[6].

Le point d'articulation des phonèmes alvéolaires /ts/, /tsʰ/, /s/ et /dz/ est légèrement en retrait, comme entre celui de [ts] et [tɕ] ; la palatalisation de ces phonèmes est particulièrement évidente avant les rimes qui commencent par /i/, par exemple : 入[d͡ʑip̚][5],[6].

Rimes[modifier | modifier le code]

Il existe 85 rimes[5][7].

Open syllable Nasal coda Voyelle nasale coda
bouche ouverte a
ɔ
/
o
e
ɛ
/ai/
/
/au/
/

/am/
/ɔm/
/an/
ŋ̍
/aŋ/
/ɔŋ/
/ã/
/
/ɔ̃/
/ɛ̃/
/ãi/
/ãu/
Ton d'entrée /aʔ/
/
/ɔʔ/
/
/oʔ/
/
/eʔ/
/ɛʔ/
/auʔ/
/m̩ʔ/
/ap/
/ɔp/
/at/
/
/ŋ̍ʔ/
/
/ak/
/ɔk/
/
/ãʔ/
/ɔ̃ʔ/
/ɛ̃ʔ/
/
/ãuʔ/
/
avec les dents i
/
/ia/
/io/
/iu/
/iau/
/
/im/
/iam/
/
/in/
/ian/
/iŋ/
/iaŋ/
/iɔŋ/
/
/ĩ/
/
/iã/
/iɔ̃/
/iũ/
/iãu/
/
Ton d'entrée /iʔ/
/iaʔ/
/
/iɔʔ/
/
/ioʔ/
/
/iuʔ/
/iauʔ/
/ip/
/iap/
/
/it/
/iat/
/
/ik/
/iak/
/
/iɔk/
/ĩʔ/
/iãʔ/
/
/iãuʔ/
/
bouche fermée u
/ua/
/ue/
/ui/
/uai/
/un/
/
/uan/
/uã/
/uĩ/
/
/uãi/
/
Ton d'entrée /uʔ/
/uaʔ/
/ueʔ/
/ut/
/uat/
/uãiʔ/

Lorsque la rime est nasalisée, les trois phonèmes vocaux /b/, /l/ et /g/ sont réalisés comme les nasales [m], [n] et [ŋ], respectivement[5],[6].

Le lieu d'articulation des phonèmes alvéolaires /ts/, /tsʰ/, /s/ et /dz/ est légèrement en retrait, comme entre celui de [ts] et [tɕ] ; la palatalisation de ces phonèmes est particulièrement évidente avant les rimes qui commencent par /i/, par ex. 入 [d͡ʑip̚][5],[6].

Tons[modifier | modifier le code]

Numéro du ton Nom du ton représentation numérique des hauteurs exemple hanzi
1 ton montant 陰平 / 阴平 ˦ (44) 東 / 东
2 ton légèrement montant 陽平 / 阳平 ˩˧ (13)
3 ton haut descendant 上聲 / 上声 ˥˧ (53)
4 ton descendant 陰去 / 阴去 ˨˩ (21) 棟 / 栋
5 ton bas 陽去 / 阳去 ˨ (22) 動 / 动
6 Entrée haute 陰入 / 阴入 ˧˨ (32)
7 Entrée basse 陽入 / 阳入 ˩˨˩ (121) 獨 / 独

La plupart des habitants de la zone urbaine ne prononcent pas le ton de niveau sombre comme étant de haut niveau, mais légèrement à mi-hauteur[5],[8]. Alors que la plupart des sources enregistrent encore ce ton comme 44[9],[10], sa valeur de ton a également été enregistrée comme 24[11],[12], 45[13], 34[8] ou 35[14] pour refléter sa nature montante.

Ton Sandhi[modifier | modifier le code]

Le dialecte de Zhangzhou a des règles sandhi à neuf tons: seule la dernière syllabe des noms et les terminaisons de clause restent inchangées par le ton sandhi. Les règles du sandhi à deux syllabes sont présentées dans le tableau ci-dessous[15] :

Ton sandhi de la première syllable
Ton de citation original Ton sandhi Exemple de mot Exemple sandhi
niveau haut 44 22 詩經 / 诗经 /si˦/ + /kiŋ˦/[si˨ kiŋ˦]
niveau bas 13 22 南京 /lam˩˧/ + /kiã˦/[lam˨ kiã˦]
montant 53 44 紙箱 / 纸箱 /tsua˥˧/ + /siɔ̃˦/[tsua˦ siɔ̃˦]
Commençant en haut 21 53 世間 / 世间 /si˨˩/ + /kan˦/[si˥˧ kan˦]
Commençant en bas 22 21 是非 /si˨/ + /hui˦/[si˨˩ hui˦]
Entrée haute 32 coda /-ʔ/ 53
(the Coup de glotte /-ʔ/ est perdu)
鐵釘 / 铁钉 /tʰiʔ˧˨/ + /tiŋ˦/[tʰi˥˧ tiŋ˦]
coda /-p/, /-t/, /-k/ 5 接收 /tsiap˧˨/ + /siu˦/[tsiap˥ siu˦]
Entrée basse 121 coda /-ʔ/ 21
(le coup de glotte /-ʔ/ est perdu)
石山 /tsioʔ˩˨˩/ + /suã˦/[tsio˨˩ suã˦]
coda /-p/, /-t/, /-k/ 21 立春 /lip˩˨˩/ + /tsʰun˦/[lip˨˩ tsʰun˦]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Chin-Chuan Cheng, Contemporary Studies in Min Dialects (Pang-Hsin Ting, éditeur), vol. 14, Chinese University Press, Project on Linguistic Analysis, , 229–246 p. (JSTOR 23833469), chap. 14 (« Quantitative Studies in Min Dialects »)
  • (en) Picus Sizhi Ding, Southern Min (Hokkien) as a Migrating Language: A Comparative Study of Language Shift and Maintenance Across National Borders, Singapore, Springer, (ISBN 978-981-287-594-5)
  • (en) Rev. Carstairs Douglas, Chinese-English Dictionary of the Vernacular or Spoken Language of Amoy, with the Principal Variations of the Chang-chew and Chin-chew dialects, London, Trübner & Co., (lire en ligne)
  • (zh) Ran Gao, 闽南方言·漳州话研究 [« Min Nan Fangyan: Recherches sur le dialecte Zhangzhou (éditeur Minnan Fangyan Research Laboratory) »], Beijing, 中国文联出版社,‎ , 109–116 p., « 漳州方言音系略说 (traduction titre chapitre: Une Note sur la Phonologie du dialecte Zhangzhou »
  • (zh) Hisao Hirayama, « 厦门话古调值的内部构拟 » [« Internal Reconstruction of the Ancient Tone Values of the Xiamen Dialect »], Journal of Chinese Linguistics, vol. 3, no 1,‎ , p. 3–15 (JSTOR 23749860)
  • (zh) Diancheng Huang, 福建省志·方言志, Beijing, 方言出版社,‎ (ISBN 7-80122-279-2, lire en ligne)
  • (en) Yishan Huang, Tones in Zhangzhou: Pitch and Beyond, Australian National University, (lire en ligne)
  • (zh) Changji Zhou, 中国语言地图集 [« Atlas des langues de Chine »], vol. 汉语方言卷, Beijing, Commercial Press,‎ , 110–115 p. (ISBN 978-7-100-07054-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]