Decazeville

Decazeville
Decazeville
Élie Decazes - Statue située place Decazes à Decazeville
Blason de Decazeville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Intercommunalité Communauté de communes Decazeville Communauté
(siège)
Maire
Mandat
François Marty
2020-2026
Code postal 12300
Code commune 12089
Démographie
Gentilé Decazevillois(e)
Population
municipale
5 196 hab. (2020 en diminution de 8,62 % par rapport à 2014)
Densité 374 hab./km2
Population
agglomération
13 898 hab. (2020)
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 35″ nord, 2° 15′ 23″ est
Altitude Min. 163 m
Max. 454 m
Superficie 13,88 km2
Unité urbaine Decazeville
(ville-centre)
Aire d'attraction Decazeville
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Lot et Dourdou
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Decazeville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Decazeville
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
Decazeville
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative d'Occitanie
Decazeville
Liens
Site web Site officiel

Decazeville, en occitan La Sala, est une ville du département français de l'Aveyron et de la région Occitanie[1].

La réunion de trois paroisses (Saint-Roch, Saint-Michel et Vialarels) autour du site industriel de Lassalle constitue les fondements de la nouvelle collectivité, créée par ordonnance royale en novembre 1833. Le canton de Decazeville verra le jour en 1881 après trente ans de démarches, en raison de la présence d'un gisement de houille, et dans le contexte de la révolution industrielle[2]. C'est le charbon qui a permis le développement de la commune, faisant (selon les Charbonnages de France CdF) de Decazeville (qui a produit de 1966 à l'arrêt de l'exploitation à ciel ouvert en juin 2001) un point majeur de la production charbonnière dans le département avec plus de 10 millions de tonnes de charbon produites.

Elle doit son nom au duc Élie Decazes (1780-1860), homme politique et fondateur de l'usine à l'origine du développement de la ville.

Le patrimoine architectural de la commune comprend sept immeubles protégés au titre des monuments historiques : la société de secours minière de Decazeville, inscrite en 2013, le monument aux morts, inscrit en 2018, l'église Notre-Dame, inscrite en 2019, l'hôtel de ville, inscrit en 2019, le bâtiment des soufflantes et l’ensemble de ses installations techniques, inscrits en 2019, le chevalement de puits de mine de La Découverte, inscrit en 2019, et le monument funéraire de la famille Cabrol, inscrit en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Decazeville se trouve dans la vallée d'un ruisseau affluent du Lot appelé le Riou Mort (exactement: lo Riu Mòrt, forme occitane signifiant « ruisseau mort »), à environ 200 m d’altitude.

Les communes limitrophes sont Aubin, Boisse-Penchot, Firmi, Flagnac, Livinhac-le-Haut et Viviez.

Communes limitrophes de Decazeville
Boisse-Penchot Livinhac-le-Haut Flagnac
Viviez Decazeville
Aubin Firmi

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Ces composantes du paysage ont été fortement marquées et modifiées par l'industrie minière qui a laissé un énorme trou dit fosse de la découverte de Lassalle, correspondant à l'extraction de millions de tonnes de charbon, mis en sécurité et repaysagé sous l'égide de CdF entre 2001 et 2007 (pour un coût d'environ 30 millions d'euros). Selon CdF, « 110 millions de tonnes de charbon ont été extraites dans l'Aveyron, 200 millions de tonnes de stériles ont été déplacées sur les découvertes (...) Les travaux de réhabilitation ont nécessité de déplacer 6 millions de m3 de terres,construire 10 km d'ouvrages hydrauliques enrochés, reboiser 40 hectares et enrocher sur un kilomètre, le tour du lac de 8 hectares en fond de fosse de la découverte de Lassalle »[3]

À côté de cette découverte se trouve un terril appelé crassier localement, composé de « crasses », de déchets organiques, de minéraux non intéressants (grès, argile, rhyolite...) et de stériles ou résidus de mine et d'usine (schistes, cendres). Ce crassier culminait à plus de 400 m d'altitude puis il s'est légèrement affaissé avec le temps.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne et est dans la région climatique Ouest et nord-ouest du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 900 à 1 500 mm, maximale en automne et en hiver[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 978 mm, avec 11,2 jours de précipitations en janvier et 6,5 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Constant-Fournoulès à 14 km à vol d'oiseau[6], est de 12,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 058,4 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Decazeville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Decazeville, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[13] et 13 898 habitants en 2020, dont elle est ville-centre[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Decazeville, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[16],[17].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2020, le nombre total de logements dans la commune était de 3 683, alors qu'il était de 3 839 en 2014 et de 3 817 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 73,1 % étaient des résidences principales, 3,2 % des résidences secondaires et 23,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 49,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 50,1 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Decazeville en 2020 en comparaison avec celle de l'Aveyron et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de logements vacants (23,7 %) supérieure à celle du département (10,9 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation des résidences principales, 50,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (49 % en 2014), contre 69,4 % pour l'Aveyron et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Decazeville en 2020.
Typologie Decazeville[I 2] Aveyron[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 73,1 71,8 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 3,2 17,3 9,7
Logements vacants (en %) 23,7 10,9 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les autobus du Transport Urbain du Bassin (TUB) reliant les communes et villes autour de Decazeville, c’est-à-dire Viviez, Aubin, Cransac, Firmi, et Combes permettent un déplacement aisé dans l’agglomération. Ce transport interurbain est géré par Decazeville Communauté qui l'a confié via un marché public à différentes entreprises de transport.

Axe ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ville de Decazeville de par son activité sidérurgique et minière importante à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, bénéficie depuis le 30 août 1858 d’un raccordement au réseau ferré via la ligne Viviez à Decazeville (no 743000 du réseau ferré national), antenne de la ligne de Capdenac à Rodez[18],[19]. Cette ligne d’une longueur de 4,5 km en cul-de-sac est déclarée d’utilité publique le 7 avril 1855. Elle dessert la gare de marchandises dans le quartier de Fontvergnes[20] et par la suite, une gare voyageurs est construite à Decazeville à partir de 1861[21]. À partir de 1900, la ligne est complétée par des arrêts supplémentaires à Laubarède et la Vitarelle. Dès 1910, un arrêt voyageurs est créé à Fontvergnes sous l'impulsion du maire Louis Bos[22], en complément de la gare de marchandises déjà existante[23]. À la suite du déclin économique du bassin minier, en raison de la crise sidérurgique et du charbon, le service voyageurs est arrêté le 6 août 1973 et le service marchandises le 30 septembre 1989. Par décret, la ligne est déclassée le 27 mai 1990 pour permettre l’aménagement de la route nationale 140[24]. Depuis cette époque, la gare de Viviez-Decazeville située à proximité, assure le services voyageurs et marchandises et cette dernière dessert Albi via Rodez, Paris via Brive ou Toulouse via Capdenac-Gare.

Axes routiers[modifier | modifier le code]

La commune de Decazeville est traversée par une route départementale reliant le nord de Martel (presque de Cressensac) à Rodez (RD 840 - anciennement RN 140).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville et le nom sont récents : le lieu s'appelait auparavant « La Salle » ou « Lasalle » (La Sala en occitan), qui désignait au Moyen Âge une maison forte de petite noblesse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

La Salle produisait du charbon dès le XVIe siècle, exporté par le Lot vers Bordeaux, mais en petites quantités. Louis XIV et ses successeurs, malgré les protestations de la paroisse, dotèrent leurs maîtresses de mines.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Les houillères[modifier | modifier le code]

Statue de François Cabrol.

Le duc Decazes (1780-1860) qui hérita des mines, créa en 1826, avec l’aide du polytechnicien François Gracchus Cabrol, les Houillères et Fonderies de l'Aveyron qui allaient faire de ce village-rue un grand centre sidérurgique[1]. Au début de la Monarchie de Juillet, la cité prit le nom de Decazeville[25]. Les actes d'état civil de cette commune commencent en 1835. L'apogée fut atteinte au début du XXe siècle avec une population active de 9 000 travailleurs et une production d'un million de tonnes de fonte par an. Cette activité, aujourd'hui déclinante, a amené Decazeville à se diversifier et a développer d'autres industries : métallurgie, sidérurgie, industrie du bois, chaudronnerie, production de tubes en acier.

C'est parce qu'il y avait (et il y a toujours) du minerai de fer dans le vallon de Saint-Christophe-Vallon, Valady et Marcillac-Vallon que l'industrialisation sur le bassin sidéro-métallurgique de Decazeville fut possible. C'est sur le causse comtal que se trouvaient les extractions de minerai de fer (Solsac, Mondalazac...), ramené ensuite sur Decazeville et Firmi dans les hauts-fourneaux (des fours à coke, des fours à griller pour faire couler de la fonte) par le biais d'un transport aérien par pylônes, puis par une voie de chemin de fer à voie étroite (66 cm) réalisée par François Cabrol de 1852 à 1856. Cette voie est composée de 10 tunnels maçonnés et travaillés esthétiquement et de trois ponts dont un viaduc appelé par trois noms différents : viaduc de l'Ady, pont de Malakoff et pont Cabrol. De nos jours, ces ouvrages sont devenus des vestiges perdus dans des parcelles privées et / ou en ruines. Le viaduc de l'Ady a été détruit petit à petit entre 1945 et 1965. Le pont rouge, par contre à Marcillac-Vallon, a été restauré dans les années 1990 et est devenu un symbole de l'industrialisation localement.

L'élection à la mairie du médecin Jules Cayrade en 1878 marque le début d'une contestation de l'autorité patronale, et l'opposition ouvrière au cléricalisme de la compagnie minière[26].

Une grève de six mois de 2 000 mineurs en 1886 provoqua le déploiement de troupes et de nombreuses arrestations[27]. Cette grève s'insère dans une longue suite de conflits sociaux (1872, 1877, 1878, 1882)[28]. Elle est déclenchée par l'action du sous-directeur de la compagnie, Jules Watrin, qui reçoit 10 % des sommes qu'il fait économiser au patron par les réductions de salaire des mineurs. Il réussit à faire passer les salaires de 150 à 200 francs mensuels à 33 francs seulement entre 1878 et 1886. Le 26 janvier, pendant une manifestation, il est jeté par la fenêtre de la mairie par les grévistes et lynché[29],[30] L'armée est envoyée pour maintenir l'ordre, mais sous l'influence de Boulanger, elle n'intervient pas. La répression reste forte, et marque les liens entre pouvoir politique et économique : les interrogatoires des mineurs arrếtés ont lieu au siège de la compagnie, même si Léon Say, président de la compagnie et ministre des Finances, se plaint d'une action trop molle du préfet. Le patronat fait distribuer gratuitement le journal conservateur L'Aveyronnais dans les établissements publics qui présente la thèse du complot pour expliquer la grève[28]. La révélation de la commission touchée par Watrin provoque la démission de Léon Say. Mais Jean Jaurès estime que défendre les grévistes est faire l'apologie de l'assassinat. Après la mort de Watrin, la direction déclare être prête à accéder à certaines revendications des grévistes, le travail reprend partiellement le 29 janvier, avant que la direction ne revienne sur ses promesses, ce qui relance la grève du 29 janvier au 14 juin. Les plus grands titres de presse nationale s'en prennent aux mineurs (L'Illustration, Le Gaulois, Le Français, Le Matin, Le Pèlerin), qui sont soutenus par L'Aveyron républicain et Le Cri du peuple. Si, le 12 juin, la direction accorde les augmentations de salaire demandées, neuf ouvriers et une ouvrière sont jugés pour la mort de Watrin, et un est condamné à huit ans de travaux forcés et trois à la prison[30].

Après des années de privation et de rationnement, en période de forte inflation et alors que le récent statut du mineur est remis en cause, la grande grève des mineurs de 1948 se déclenche. Elle dure près de deux mois, et un grand mouvement de solidarité se dessine. Les mineurs reçoivent un camion de vivres collectées par le Parti communiste français, qui est livré le 5 novembre[31]. De même, l'adjoint au maire refuse de signer l'ordre de réquisition des mineurs faisant partie des équipes de sécurité (17 octobre)[32] ou les enfants de mineurs sont pris en charge le temps de la grève par des personnes solidaires à Millau[33].

Le bassin minier est connu pour une autre grève qui eut lieu de 1961 à 1962 et où plus de 1 500 mineurs restèrent 66 jours au fond de la mine entre le et le [34]. La dernière mine a définitivement fermé en juin 2001.

Ayant subi de plein fouet le déclin de l'industrie minière, cette ville comporte désormais de nombreuses friches industrielles tout en gardant un caractère populaire lié à son passé minier et industriel.

L'ancienne zone industrielle du centre de la ville a subi des étapes de dépollutions ces 20 dernières années. Elle est en cours de réaménagement et pourra devenir une nouvelle zone d'activités.

Récapitulatif :

Arrêt des exploitations minières souterraines avec puits et galeries : 1966.

Arrêt de l'exploitation minière en découverte à ciel ouvert : 2001.

La métallurgie[modifier | modifier le code]

En 1985, la Compagnie Française des Aciers Spéciaux (ASFOR) produit 100 000 tonnes, dont 70 % sont des tubes sans soudure. La compagnie annonce un plan d'expansion de l'usine de Decazeville avec une nouvelle ligne de finition et une nouvelle ligne de coulée, devant être déamrrées en 1986. Au-delà de cette expansion, la modernisation d'un haut fourneau est alors en cours. Il est prévu de prolonger la modernisation du fourneau avec une installation de métallurgie en poche et une coulée par centrifugation à deux lignes[35].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1844 1863 François Gracchus Cabrol[36]   Ingénieur en chef de la mine, conseiller général (1848-1852), député (1846)
         
1878 1886 Jules Cayrade Républicain Médecin, député, conseiller général[26]
         
1919 1941 Paul Ramadier SFIO Député, conseiller général de 1928 à 1941 et de 1945 à 1962)
1941 1944 Georges Tourtonde   Nommé par le gouvernement de Vichy[37]
1945 1959 Paul Ramadier SFIO Président du Conseil, conseiller général
1965 1971 René Rouquette PSU Instituteur, conseiller général de 1962 à 1976
1971 1977 Yves Roques PS  
1977 1995 Pierre Delpech app. PCF puis DVG Médecin, conseiller général de 1976 à 1994
1995 2010 Pierre Gadea PS Président de la communauté de communes, conseiller général de 1994 à 2001
2010 2014 Jean Reuilles PS  
avril 2014 En cours
(au 19 septembre 2020)
François Marty[38],[39] DVC Ancien cadre
Président de la communauté de communes Decazeville Communauté (2020 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Espagne Utrillas (Espagne)
  • Drapeau de l'Italie Coazze (Italie)
  • Drapeau de l'Angleterre Bolsover (Angleterre) depuis 1962. Le jumelage Decazeville-Bolsover-Shirebrook voit le jour à partir de 1957 dans le cadre d’une coopération éducative et culturelle portée par Rita Inns, enseignante britannique de français, qui va effectuer de nombreux séjours scolaires à Decazeville et sa région[40]. Il faudra attendre 1962 avant qu’un traité de jumelage soit signé entre les municipalités de Bolsover et de Decazeville, lors d’une cérémonie officielle rehaussée par la participation de l’orchestre d’harmonie Lyre decazevilloise[41]. Côté musique, ce jumelage contribue à l'organisation d'une tournée en Angleterre de l'orchestre d'harmonie decazevillois en 1980[42]. Plus généralement, l’organisation de ces séjours éducatifs et culturels - côté britannique – est repris par Jims Sawyer entre 1987 et 1997, avant une mise en sommeil du jumelage[40].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[44].

En 2020, la commune comptait 5 196 habitants[Note 3], en diminution de 8,62 % par rapport à 2014 (Aveyron : +0,33 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
2 7154 1546 3235 9388 8428 6207 1068 7109 547
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
9 62510 7028 8719 63411 53612 96114 14414 08914 261
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
15 21012 36512 13811 51011 85510 53210 2318 8047 754
1999 2006 2011 2016 2020 - - - -
6 8056 2945 9175 3555 196----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[47] 1975[47] 1982[47] 1990[47] 1999[47] 2006[48] 2009[49] 2013[50]
Rang de la commune dans le département 4 4 5 6 6 6 6 6
Nombre de communes du département 306 303 304 304 304 304 304 304

Au début du XXe siècle, Decazeville comptait 11 536 habitants[51].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est plus âgée que celle du département. En 2020, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27 %, soit un taux inférieur à la moyenne départementale (28,5 %). Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (42 %) est supérieur au taux départemental (34,9 %).

En 2020, la commune comptait 2 509 hommes pour 2 687 femmes, soit un taux de 51,71 % de femmes, supérieur au taux départemental (50,62 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit :

Pyramide des âges de la commune en 2020 en pourcentage[I 6]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,1 
90 ou +
4,8 
13,8 
75-89 ans
17,9 
22,2 
60-74 ans
23 
18,8 
45-59 ans
18,4 
13,1 
30-44 ans
11,8 
16,2 
15-29 ans
11,3 
13,9 
0-14 ans
12,8 
Pyramide des âges du département de l'Aveyron en 2020 en pourcentage[52]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ou +
2,9 
10,2 
75-89 ans
13,6 
20,9 
60-74 ans
21 
20,9 
45-59 ans
20,3 
16,4 
30-44 ans
15,6 
14,9 
15-29 ans
12,2 
15,5 
0-14 ans
14,4 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La nuit du jazz "New Orleans" (1991-2014)[modifier | modifier le code]

Jean Meyniel, organisateur de la nuit du jazz "New Orleans" à Decazeville.

La nuit du jazz « New Orleans » est un événement musical populaire[53] organisé à Decazeville à l’initiative de Jean Meyniel (décédé en juin 2017)[54], amateur de jazz et président de l’office de tourisme de Decazeville[55],[56]. Lancée en 1991 sous l’appellation « Nuit du jazz », la première édition gratuite présente en tête d'affiche Daniel Sidney Bechet[57]. L’année suivante, l'appellation nuit du Jazz est complétée par New Orleans. Un square porte son nom[58]

Le festival "Mines de Jazz" (depuis 2003)[modifier | modifier le code]

Le festival « Mines de Jazz » est un événement culturel et musical[59] autour du jazz qui se déroule tous les ans[60] à Decazeville depuis 2003, sur quatre jours au printemps. Organisé par l’association « Mines de Jazz – 2e rappel », association loi 1901 installée avenue Cabrol à Decazeville[61], ce festival développe aussi des interactions avec son territoire : programmation au cinéma de Decazeville[62], exposition photos[63], actions éducatives dans les écoles[64],[65].

Le festival de feux d'artifice de Decazeville (1998-2017)[modifier | modifier le code]

Un festival intercontinental de feux d'artifice est créé en juillet 1998[66] sur le site de l'ancienne mine à ciel ouvert : La Découverte. Ce rendez-vous populaire annuel qui attire jusqu’à 20 000 personnes – autour d'artificiers internationaux – est porté par le comité des festivités decazevilloises[67] et Marco Garcia – artificier local – à l'origine de ce festival[68]. Après une édition 2014 très délicate[69] – notamment en raison des décisions prises autour des risques météorologiques[70] – et deux années supplémentaires de déficit, la dernière édition de ce festival se déroule en juillet 2017[71],[72].

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Decazeville est située sur la Via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. On vient de Noailhac et de sa chapelle Saint-Roch. La commune suivante est Livinhac-le-Haut où l'on trouve, à nouveau, une chapelle Saint Roch. Bien sûr, l'étape de Decazeville (fondée au XIXe siècle) portait un autre nom dans le Guide du Pèlerin d'Aymeri Picaud (XIIe siècle).

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville dispose de plusieurs établissements d'enseignement disposant de services de restauration scolaire.

Écoles publiques[modifier | modifier le code]

Écoles privées[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Decazeville dispose d'un hôpital, le centre hospitalier Pierre Delpech (anciennement Hospice Tinel), sis 60, avenue Prosper Alfaric.

Une nouvelle maison de santé a été inaugurée en 2014, permettant de regrouper sur un même site différents praticiens afin d'obtenir une collaboration transverse[81]. Outre l'aspect purement sanitaire, la construction de cette entité juxtaposant la pépinière d'entreprises se veut le symbole du renouveau de la zone centrale.

Sports[modifier | modifier le code]

Club de rugby à XV, le Sporting Club decazevillois évolue en Fédérale 2 pour la saison 2017-2018[82] et sera maintenu de justesse dans cette division grâce au jeu des rattrapages administratifs[83]. Après une saison 2018-2019 qui n'a pas été à la hauteur[84] (8 défaites consécutives depuis début 2019), ce club de rugby descend en Fédérale 3 pour la saison 2019-2020[85].

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • La Lyre decazevilloise photographiée en mai 2018.
    La Lyre decazevilloise : Il s'agit de la plus ancienne société musicale et association de la ville, toujours en activité, fondée le dimanche 1er juillet 1900[86]. Elle précède d'un mois sa cadette, la société de gymnastique "L'Alerte"[87]. La Lyre decazevilloise regroupe aujourd'hui un orchestre d'harmonie et une école de musique[88].
  • L'Avenir decazevillois : Il s'agit d'une association de Decazeville, fondée le 24 octobre 1968[89], qui regroupe une batterie-fanfare et une école de musique[90]. Cette formation musicale, héritière de la clique de l'Alerte puis de la fanfare des sapeurs -pompiers, est placée sous la direction du tambour-major Jean-Claude Dal (successeur de Charles Tochon)[91]. Cette batterie-fanfare assure essentiellement des prestations protocolaires parfois accompagnée par l'orchestre d'harmonie de la Lyre decazevilloise[92]


Médias[modifier | modifier le code]

Trois journaux quotidiens couvrent l'actualité locale : Centre Presse (Aveyron), La Dépêche du Midi et Midi libre.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est dotée d'une Maison commune emploi formation et d'une pépinière d'entreprises.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de Decazeville Logo monument historique Inscrit MH (2019)[93].
    • Orgue Cavaillé-Coll de Decazeville (1874).
      Orgue Cavaillé-Coll : L’orgue Aristide Cavaillé-Coll de Decazeville est un orgue de tribune (12 jeux) d'esthétique romantique, inauguré le 11 octobre 1874 en l’église Notre-Dame[94]. Selon l'inventaire de la société Cavaillé-Coll, il est enregistré sous la référence "CC 426/423" pour un montant de 18 000 francs de l'époque[95]. Modernisé en 1889 par Théodore Puget[96], la console, séparée et tournée face à la nef, comporte deux claviers manuels de 54 notes chacun (grand-orgue, 6 jeux ; récit expressif, 6 jeux) et un pédalier à l'allemande[97]. En 1990, un relevage est effectué par Pascal Quoirin et Jean Boissonnade. Cette même opération est renouvelée en 2021 sous la direction du facteur d'orgue Sébastien Rébé[98],[99]. L’orgue est classé monument historique depuis le 4 mars 1994[100]. Selon les opportunités, il est joué en concert par des organistes invités[101],[102] ou des pèlerins de passage[103].
    • Peinture : Dans l'église moderne du XIXe siècle Notre-Dame, on peut admirer un chemin de croix symboliste unique du XIXe siècle (1863) du peintre Gustave Moreau. Une œuvre originale en 14 chefs-d'œuvre d'un maître de la couleur et de la lumière, commandée par Élie Cabrol, fils de François.
  • Église Saint-Roch de Decazeville.
  • Église Saint-Antoine de Fontvergnes.
  • Église Saint-Michel de Saint-Michel.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Monuments, musées et sites remarquables[modifier | modifier le code]

  • Sculpture : Au monument aux morts de Decazeville, se trouvent 4 bas-reliefs en bronze du maître André Galtier avec une massive lampe de mineur en bronze d'art.
  • Le mausolée Cabrol dans le cimetière de Miramont.
  • Dans différents lieux de la ville, on trouve 4 statues de bronze représentant :
  • Dans un ancien bâtiment industriel : musée de l'A.S.P.I.B.D. (Association de Sauvegarde du Patrimoine Industriel du Bassin de Decazeville-Aubin) Ce musée a pour objectif de mettre en valeur toutes les activités industrielles locales de la mine, du charbon, du fer, de l'acier, de la fonte, du zinc du verre et de la brique. Sur place : 600 m2 d'expositions de matériels miniers et métallo-sidérurgique, machines, documents, plans, photographies d'époques, reconstitutions, véhicules et maquettes.
  • À Aubin, se trouve le Musée de la mine Lucien Mazars destiné à garder en mémoire tout le patrimoine issue de la mine sur le bassin houiller. Sur place : documents et objets divers d'époque et simulation d'un coup de grisou dans une galerie artificielle.
  • Le musée des mémoires de Cransac renferme des documents, photographies et maquettes détaillées des mines Cransac ainsi que sur la résistance de la seconde guerre mondiale.
  • Site de La Découverte, ancienne mine à ciel ouvert accompagné du chevalement métallique du puits Central. (Seul chevalement restant.) Véritable amphithéâtre de verdure, les sentiers de La Découverte permettent des promenades.
  • Peintures murales de la Société de secours minière de Decazeville, réalisées en 1940 par un couple d'artistes belges en exode, Auguste et Constance Equeter[106].
Musée de géologie Pierre-Vetter[modifier | modifier le code]

La ville abrite depuis 1977 le musée régional de géologie Pierre-Vetter (du nom de son fondateur), consacré surtout aux gisements de la période du carbonifère[107]. Le bâtiment nécessitant des travaux d’envergure a été fermé au public début 2017, ce qui soulève la question du devenir des collections[108]. Le futur de ce bâtiment fait l’objet d’une délibération du conseil municipal de Decazeville en avril 2019 : transfert de l’agence Crédit Agricole de Decazeville en lieu et place du musée Pierre-Vetter[109]. La démolition de l’édifice est effective en août 2020, avant la réalisation d’une nouvelle structure qui abritera les activités de l’agence bancaire[110]. Les collections ont été déménagées en interne et font l’objet d’un inventaire sous l’égide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC)[111]. En 2020, le musée Pierre-Vetter continue malgré tout d’œuvrer pour la diffusion de la culture scientifique et la valorisation du patrimoine naturel à travers de nombreuses manifestations "hors les murs" organisées tout au long de l'année[112].

Pierre Vetter, fondateur du musée géologique[modifier | modifier le code]

Pierre Vetter, né en 1919 dans la Loire-Atlantique, décédé en 1998, était un géologue diplômé de la faculté des sciences de Toulouse[113]. Il commença sa carrière professionnelle en 1947 aux Houillères du Bassin d'Aquitaine, afin d'assurer l'étude géologique des bassins houillers de Decazeville et de Carmaux[114]. En 1968, il soutint une thèse de Docteur ès Sciences sous le titre : "Géologie et Paléontologie des bassins houillers de Decazeville, Figeac et du Détroit de Rodez"[115],[116]. Désireux de préserver les roches et les fossiles qu’il collecta inlassablement tout au long de sa carrière, il créa en 1977 le Musée de Géologie de Decazeville. Il en fut le conservateur à titre bénévole et s’investit complètement pour populariser les sciences de la Terre auprès du grand public, en particulier auprès des plus jeunes. Le Musée prit officiellement son nom en 1996[107].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Le film Héroïnes réalisé par Gérard Krawczyk en 1996 et sorti le 27 août 1997 a été tourné en partie à Decazeville et dans l'Aveyron, en intégrant le particularisme de la cité minière dans le scénario[117]. Outre Virginie Ledoyen et Maïdi Roth (qui signe et interprète les chansons du film) dans les rôles-phare, les acteurs les plus connus sont Serge Reggiani, Marie Laforêt, Charlotte de Turckheim...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Decazeville

Les armes de la commune de Decazeville se blasonnent ainsi :
De gueules à deux hauts fourneaux d’or, accouplés, les récupérateurs au centre, leur tuyauterie de sinople, accompagnés en pointe d’une foi d'argent parée d'or, au chef d’argent chargé de trois lampes anciennes de mineur de sable allumées de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Loïc Randeynes, Musiques à ciel ouvert : petites histoires et grandes anecdotes de 120 ans de musique d'harmonie à Decazeville. Maco Distribution, 26 octobre 2020, 240 p., 27 cm (ISBN 979-10-699-5372-7), notice BNF 1000000058645.
  • Document utilisé pour la rédaction de l’articleBénédicte Boyrie-Fénié et Jean-Jacques Fénié (ill. Patrick Mérienne), Toponymie des pays occitans : Gascogne, Languedoc, Provence, domaine nord-occitan, Bordeaux, Éd. Sud-Ouest, coll. « Sud-Ouest université », , 479 p., cartes, couv. ill. en coul. ; 23 cm (ISBN 978-2-87901-808-9, ISSN 1242-6334, BNF 41181230), p. 302
  • Gilbert Bou, Gustave Moreau à Decazeville : 14 tableaux dans l'église Notre-Dame, Rodez, Ed. du Rouergue, , 75 p., ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 28 cm (ISBN 978-2-8126-0136-1, BNF 42217784)
  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, La Sala : Boissa, Flanhac, Las Juniás, Livinhac, Sent-Antin, Sent-Partem / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de La Sala, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 231 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-05-X, ISSN 1151-8375, BNF 36652253)
  • (oc) Joan Bodon, Andrieu Pradèl et Sèrgi Mallet (préf. Ives Roqueta), Los carbonièrs de La Sala, Enèrgas (81350 Valdériès), Vent Terral, coll. « Viure al païs » (no 1), , 181 p., couv. ill. ; 23 cm (ISSN 0338-8859, BNF 34576196)
  • Factum (Faillite). Decazeville. Aveyron. 1866 : Procès-verbal de la séance de l'Association des créanciers aveyronnais de la faillite de Decazeville, Rodez, E. Carrère, , 2 p. (BNF 36791736)
  • Alain Boscus (préf. Rolande Trempé), Économie et société dans le bassin industriel nord-aveyronnais : 1900-1950, Montreuil, Institut CGT d'histoire sociale : Centre confédéral d'études économiques et sociales de la CGT, , 722 p., ill., couv. ill. ; 24 cm (ISBN 2-904728-05-8, BNF 37066368)
  • Franc Chirac, Le Bassin houiller de l'Aveyron illustré : Nouv. éd. - Reproduit avec une graphie moderne l'éd. de 1907 parue sous la forme de 5 fascicules entre le 1er mars et le 1er juin 1907, Brive-la-Gaillarde, Éd. du Ver luisant, , 175 p., ill., couv. ill. ; 20 cm (ISBN 2-84701-039-4, BNF 38946402)
  • Jean Costumero, Decazeville : promenade historique, 1800-1940, Albi, Association Guérilleros y reconquista, , 472 p., ill. en noir et en coul., couv. et jaquette ill. en coul. ; 31 cm (ISBN 978-2-9540741-1-5, BNF 43551625)
  • Jean Costumero, De Decazeville au Val d'Aran : dans les pas d'un guérillero espagnol combattant pour la France 39-45, chemin des guérilleros FFI, 9e brigade MOI, Albi, Association Guérilleros y reconquista, , 519 p., ill. en noir et en coul., couv. et étui ill. en coul. ; 31 cm (ISBN 978-2-9540741-0-8, BNF 42587254)
  • Bernard Hautecloque, "1886. La défenestration de Decazeville. Une colère brève mais terrible" p.57-64 in La République face à la rue. Histoire du maintien de l'ordre 1871-1914, éditions du Félin, 2022.
  • Roger Lajoie-Mazenc, Déracinés et proscrits : le nouveau destin des mineurs de Decazeville, Villefranche-de-Rouergue, Salingardes, , 217 p., In-16 (BNF 36273021)
  • Louis Lévêque (industriel), Historique des forges de Decazeville, 1826-1914 : Nouv. éd. - Reproduit l'éd. de 1916 "Historique des forges de Decazeville" avec une graphie moderne, Brive-la-Gaillarde, Éd. du Ver luisant, , 217 p., ill., couv. ill. en coul. ; 20 cm (ISBN 2-912497-07-8, BNF 38888779)
  • Lucien Mazars, Terre de mine : bassin d'Aubin-Decazeville, Rodez, Fil d'Ariane éd., , 285 p., ill., couv. ill. ; 22 cm (ISBN 2-912470-16-1, BNF 36978991)
  • Lucien Mazars et Francis Mazars, Terre de mine en images : bassin de Decazeville-Aubin, Aubin, Association des amis du Musée de la mine Lucien Mazars, , 265 p., ill. en noir et en coul., couv. ill. ; 24 cm (ISBN 978-2-7466-0685-2, BNF 41491412)
  • Lucien Mazars (photogr. André Kumurdjian), Le bassin Decazeville-Aubin : géologie, histoire, petit guide du bassin, Millau, Éd. du Beffroi, , 47 p., ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm (ISBN 2-908123-22-3, BNF 41347673)
  • Pierre Poujol, Decazeville : une histoire d'hommes. I, Des origines à 1940, Treignac, Éd. les Monédières, , 240 p., ill., couv. ill. ; 24 cm (ISBN 978-2-36340-016-1, BNF 42536067)
  • Pierre Vetter, Géologie et paléontologie des bassins houillers de Decazeville, de Figeac et du détroit de Rodez : Tome I, Description géologique ; Tome II, Étude paléontologique, Albi, Houillères du Bassin d'Aquitaine, , ill. ; 32 cm + tableaux dépliants (BNF 37315318)
  • Donald Reid (trad. de l'anglais par Robert Laumon et Michel Delagnes), Les mineurs de Decazeville : historique de la désindustrialisation : Traduction de : The miners of Decazeville : a genealogy of deindustrialisation, Decazeville, ASPIBD, , 365 p., ill., couv. ill. en coul. ; 21 cm (ISBN 978-2-9531052-2-3, BNF 42071117)
  • Madeleine Raygade-Panassié, Souvenirs de Combes : pays de charbon et de flammes, Rodez, Association des amis du Musée du Rouergue, coll. « Témoignages » (no 3), , 99 p., ill., couv. ill. ; 24 cm (ISSN 1245-1096, BNF 36692146)
  • Marie-Line Montbroussous, Histoire d'une intégration réussie : les Espagnols dans le bassin de Decazeville, Rodez, Ed. du Rouergue, , 199 p., ill., couv. ill. ; 23 cm (ISBN 2-905209-99-2, BNF 36685891)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Bassin de Decazeville, Aubin, Cransac, Firmi, Viviez : usines et métallos. Tome 1, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 238 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-3-0, BNF 42307098)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Bassin de Decazeville, Aubin, Cransac, Firmi, Viviez : usines et métallos. Tome 2, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 237 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-4-7, BNF 43520392)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Mines et mineurs : Bassin de Decazeville : Aubin, Cransac, Firmi, Viviez, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 211 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-1-6, BNF 41420313)
  • Gérard Pertus et Michel Herranz, Puits de mines : Bassin de Decazeville : Aubin, Cransac, Firmi, Viviez, Decazeville, Association de sauvegarde du patrimoine industriel du Bassin de Decazeville, , 117 p., ill., couv. ill. ; 31 cm (ISBN 978-2-9531052-0-9, BNF 41184324)
  • Sarah Finger (photogr. Bálint Pörneczl), « Decazeville : « Si on tombe, ce sera les armes à la main » » [html], sur liberation.fr, Libération, .
  • Anne Marie Bernad, auteure de huit recueils de poésie: Editions Verticales 12 Decazeville, Subervie Rodez, Chambelland Paris, l'Harmattan Paris. Dans S'EVE, collection Verticales 12 Decazeville, poèmes P31 et 33 sur Decazeville

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Chiffres clés - Logement en 2020 à Decazeville » (consulté le ).
  2. a et b « Chiffres-clés - Logement en 2020 à Decazeville - Section LOG T2 » (consulté le ).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2020 à Decazeville - Section LOG T7 » (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2020 dans l'Aveyron » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2020 dans la France entière » (consulté le ).
  6. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Commune de Decazeville (12089). », (consulté le ).

Autres sites[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bénédicte Boyrie-Fénié et Jean-Jacques Fénié, Toponymie des pays occitans : Gascogne, Languedoc, Provence, domaine nord-occitan..., Bordeaux, Éditions Sud Ouest, , 480 p. (ISBN 978-2-87901-808-9), p. 302
  2. Mairie Decazeville, « HISTOIRE DE DECAZEVILLE », sur Site officiel de la ville de Decazeville (consulté le ).
  3. Bulletin de CdF CdF Mag no 188, juin-juillet 2007
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  6. « Orthodromie entre Decazeville et Saint-Constant-Fournoulès », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Saint-Constant » (commune de Saint-Constant-Fournoulès) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Station Météo-France « Saint-Constant » (commune de Saint-Constant-Fournoulès) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de Decazeville (12302). », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. Martial Pradalié, « L'Industrie du zinc à Viviez-Penchot (Aveyron) », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest Européen, vol. 7, no 1,‎ , p. 49–72 (DOI 10.3406/rgpso.1936.4207, lire en ligne, consulté le )
  19. André Garcia, « Le bassin houiller de l'Aveyron. Étude de développement industriel », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest Européen, vol. 30, no 4,‎ , p. 359–386 (DOI 10.3406/rgpso.1959.1556, lire en ligne, consulté le )
  20. « Prendre le train il y a un siècle », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  21. « Mémoire. Decazeville, un cul-de-sac ferroviaire », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  22. « - 04/06/1910 - 04/06/1910 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le ).
  23. « - JOUAVEYRON - 28/07/1900 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le ).
  24. « Fac-similé JO numéro 1 du 02/01/1990, page 10779 | Legifrance », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  25. Decazeville livre.
  26. a et b Yves Lequin, compte rendu de Donald Reid, The Miners of Decazeville, Annales, 1987, 42-4, p. 842
  27. Chris Harman, Une histoire populaire de l'humanité, La Découverte, 2015, page 438
  28. a et b Michelle Perrot. > Chapitre IX. Dénouement, In : Les ouvriers en grève. Tome 3 : France 1871-1890 [en ligne]. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001 . (ISBN 9782713225642).
  29. Le mouvement ouvrier, 1815.1977, CFDT réflexion, (ISBN 2-85465-018-2), 1978, p. 53-54.
  30. a et b Yvette Souquières , Une tragédie à Decazeville, consulté le 16 janvier 2023.
  31. Jean-Louis Vivens, Conflit social ou affrontement politique ? La grève des mineurs en France en 1948 sous les angles de la solidarité ́et de la répression, mémoire de Master 2, 2015, p. 99.
  32. Jean-Louis Vivens, op. cit., p. 113.
  33. Jean-Louis Vivens, op. cit., p. 120.
  34. Philippe Marcy, Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961-1962, Montauban, revue Arkheia, 2008.
  35. (en) John R. Craynon, Mineral yearbook : The mineral industry of France, USGS, (lire en ligne), p. 324
  36. Yves Lequin, compte rendu de Donald Reid, The Miners of Decazeville, Annales, 1987, 42-4, p. 841
  37. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le ).
  38. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  39. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  40. a et b « Jim Sawyer s'est éteint », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  41. Loïc RANDEYNES, Musiques à ciel ouvert, Maco Distribution, , 240 p. (ISBN 979-10-699-5372-7), Jumelage avec Bolsover - page 94
  42. « Decazeville. 5) Fin de l’ère R. Robin, 1970-1983 », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  47. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  48. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  49. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  50. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  51. Le Lot partie Centres d'excursions p. 261 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 2-7455-0049-X)
  52. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de l'Aveyron (12) », (consulté le ).
  53. « Decazeville. Véritable plébiscite pour la Nuit du Jazz », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  54. « Jean Meyniel s'en est allé », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  55. « Jean Meyniel : adieux en notes bleues », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  56. « Jean Meyniel, un homme qui aimait sa ville », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  57. « Decazeville. 11e nuit du Jazz New Orleans : ça va swinguer au Laminoir », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  58. « Decazeville. Grande émotion à l’inauguration du square Jean-Meyniel », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  59. « Festival mines de jazz du 2 au 5 mai 2018 à Decazeville | Le site du Conseil départemental de l'Aveyron », sur aveyron.fr (consulté le ).
  60. « Decazeville. Au menu de Mine de Jazz », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  61. « Etablissement MINES DE JAZZ 2EME RAPPEL à DECAZEVILLE (12300) sur SOCIETE.COM (79356595300015) », sur societe.com (consulté le ).
  62. « Mines de jazz à Decazeville : coup d’envoi mercredi à la Strada », sur centrepresseaveyron.fr (consulté le ).
  63. « Decazeville. Un festival autour de la photographie et du jazz jusqu'au 11 mai », sur aveyrondigitalnews.fr (consulté le ).
  64. « Les élèves de l'ULIS participent à "Ca Jazz à Decaze" - VIE DE L'ETABLISSEMENT - Collège Paul Ramadier », sur paul-ramadier.entmip.fr (consulté le ).
  65. « Decazeville : des jeunes épatants ont présenté le festival », sur centrepresseaveyron.fr (consulté le ).
  66. « Les meilleurs artificiers mondiaux sont à Decazeville », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  67. « Un festival pour faire parler la poudre », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  68. « La grande famille des artificiers », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  69. « Decazeville. Feu d'artifice annulé : remboursement imminent », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  70. « Decazeville. Festival de feux d'artifice : le silence des élus met le feu aux poudres », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  71. « Decazeville. Festival de feux d'artifice : 30 000 bombes dans le ciel de la Découverte », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  72. « Decazeville. Le Grand Cirque sur l'eau le 22 juillet à La Découverte », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  73. « École maternelle publique François Fabié », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  74. « École maternelle publique Jean Moulin »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur education.gouv.fr (consulté le ).
  75. « École maternelle publique Le Sailhenc »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur education.gouv.fr (consulté le ).
  76. « École élémentaire publique Jean Macé », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  77. « Collège Paul Ramadier »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur education.gouv.fr (consulté le ).
  78. « Collège Paul Ramadier et annexe de Firmi », sur paul-ramadier.entmip.fr (consulté le ).
  79. « Lycées La Découverte - Decazeville - Nos filières », sur decouverte.entmip.fr (consulté le ).
  80. « Écoles et Collèges Sainte-Foye - Decazeville »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur saintefoy12.fr (consulté le ).
  81. [1]
  82. « Sporting Club decazevillois » (consulté le ).
  83. Jonah Lomu, « Fédérale 2 - Decazeville officiellement relégué », sur Rugby Amateur, (consulté le ).
  84. « Rugby : Decazeville à l’heure de la reconstruction », sur centrepresseaveyron.fr (consulté le ).
  85. « Decazeville perd sa finale et descend en Fédérale 3 », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  86. Loïc Randeynes, Musiques à ciel ouvert, Decazeville (Aveyron), Maco Distribution, , 240 p. (ISBN 979-10-699-5372-7, lire en ligne)
  87. Jean, ... Costumero, Decazeville : promenade historique, 1800-1940, Association Guérilleros y reconquista, (ISBN 978-2-9540741-1-5 et 2-9540741-1-6, OCLC 843388675, lire en ligne)
  88. « LYRE DECAZEVILLOISE ECOLE DE MUSIQUE (DECAZEVILLE) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 484083639 », sur societe.com (consulté le ).
  89. « BATTERIE FANFARE AVENIR DECAZEVILLOIS (DECAZEVILLE) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 495204984 », sur societe.com (consulté le ).
  90. Mairie Decazeville, « LISTE ASSOCIATIONS ANIMATIONS ET LOISIRS », sur Site officiel de la ville de Decazeville (consulté le ).
  91. « La famille Dal a de l'Avenir », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  92. « Decazeville. 11-Novembre : mission accomplie pour Laura », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  93. « Église Notre-Dame », notice no PA12000073, base Mérimée, ministère français de la Culture
  94. « - JOUAVEYRON - 17/10/1874 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le ).
  95. « Inventaire Cavaillé-Coll ».
  96. « Les orgues de France », sur orgue.free.fr (consulté le ).
  97. « Inventaire au monument historique » (consulté le ).
  98. « Les travaux confiés à Sébastien Rébé », sur centrepresseaveyron.fr (consulté le ).
  99. « Decazeville. Travaux de "relevage" à l’orgue Cavaillé-Coll », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  100. « Recherche: base de données - partie instrumentale de l'orgue - Decazeville - Aveyron : patrimoines.laregion.fr »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur patrimoines.laregion.fr (consulté le ).
  101. « Fête de la musique : concert d'orgue », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  102. « La Lyre a fait résonner l’orgue de Notre-Dame », sur centrepresseaveyron.fr (consulté le ).
  103. « Vincent, pèlerin et organiste, de passage à Decazeville », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  104. « Hôtel de ville », notice no PA12000074, base Mérimée, ministère français de la Culture
  105. « Monument aux morts de Decazeville », notice no PA12000066, base Mérimée, ministère français de la Culture
  106. Bertrand Ducourau, Delphine Christophe, « Les peintures murales de la Société de secours minière de Decazeville, un art social », Monumental, no Semestriel 2,‎ , p. 110-111 (ISSN 1168-4534)
  107. a et b « Decazeville. Trente bougies pour le musée Pierre-Vetter », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  108. « Decazeville. Musée de géologie : le spectre de la disparition des collections », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  109. « Decazeville. Le Crédit agricole va s'installer à l'ancien musée de Géologie », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  110. « Decazeville. Les travaux sont en cours », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  111. « Decazeville. Musée Pierre-Vetter : deuxième réunion de travail avec la DRAC », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  112. « Decazeville. Les collections du musée P. Vetter sortent de l’ombre », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  113. « Decazeville. Les enfants Vetter dans les pas de leur père », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  114. Géochronique, Maison de la géologie, (lire en ligne)
  115. Roger Lajoie-Mazenc, Les bleus, les blancs, les rouges: mais aussi les incolores, les inodores, les insipides et surtout les enfants terribles de la politique locale : un livre cocardier pour une histoire aveyronnaise aux couleurs de la France, R. Lajoie-Mazenc, (lire en ligne)
  116. Pierre Vetter, Géologie et paléontologie des bassins houillers de Decazeville, de Figeac, et du Détroit de Rodez, Houillères du Bassin d'Aquitaine, (lire en ligne)
  117. « Decazeville. «Héroïnes», 18 ans après : des anecdotes, un DVD et un blue ray », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  118. « Joris Segonds, un maître du jeu au pied avec le Bassin comme ballon d’oxygène », sur centrepresseaveyron.fr, .