Crise américano-iranienne de 2019-2020

Wikipedia open wikipedia design.

Crise américano-iranienne de 2019-2020

Informations générales
Date -
(13 jours)
Lieu Irak, Syrie et Iran
Issue Incertaine
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-UnisDrapeau de l'Iran Iran
Drapeau de l'Irak Hachd al-Chaabi
Commandants
Drapeau des États-Unis Donald Trump
Drapeau des États-Unis Mark Esper
Drapeau de l'Iran Ali Khamenei
Drapeau de l'Iran Hassan Rohani
Drapeau de l'Iran Amir Hatami
Drapeau de l'Iran Qassem Soleimani
Drapeau de l'Iran Ismael Qaani
Falih Al-Fayyadh (en)
Kata'ib Hezbollah sans logo.JPG Abou Mehdi al-Mouhandis
Forces en présence
Drapeau des États-Unis
6 000 hommes en Irak[1]
800 hommes en Syrie[1]
Drapeau de l'Iran
Inconnues

Drapeau de l'Irak
60 000 à 140 000 hommes[2]
Pertes
Drapeau des États-Unis
1 mort[3]
11 blessés[4]
Drapeau de l'Iran
5 morts[5]

Drapeau de l'Irak
30 morts[5],[6]
Civils :
56 morts iraniens dans la bousculade de Kerman
176 morts du vol 752 Ukraine International Airlines
Total :
268 morts

Crise américano-iranienne de 2019-2020

Batailles

Attaque aérienne à l'aéroport de Bagdad (3 janvier)
Frappes iraniennes à al-Asad et Erbil (8 janvier)

La crise américano-iranienne de 2019-2020 est un conflit asymétrique opposant les États-Unis et l'Iran depuis le .

Principaux alliés du gouvernement irakien lors du conflit mené contre l'État islamique entre 2013 et 2017, les États-Unis et l'Iran se déchirent rapidement après la proclamation de la victoire sur les djihadistes. En 2018, Washington se retire unilatéralement de l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien et rétablit ses sanctions contre l'Iran. Téhéran accroît pour sa part son influence en Irak, notamment par le biais de milices chiites des Hachd al-Chaabi soutenues par les Gardiens de la révolution islamique. Fin 2019, les États-Unis accroissent les sanctions économiques, l'Iran et l'Irak sont touchés par de vastes manifestations anti-gouvernementales, des milices pro-iraniennes mènent des attaques en Irak contre des cibles américaines, et l’armée américaine attaque officiellement des cibles militaires iraniennes.

L'ensemble génère des réactions internationales importantes : des soutiens aux deux parties prenantes, des demandes d'apaisement et une plainte auprès de l'ONU.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 2018, le retrait unilatéral des Américains sur l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien et le rétablissement des sanctions contre l'Iran provoque également une dégradation des relations entre les États-Unis et l'Irak[6]. En août 2019, le président français Emmanuel Macron tente de faire baisser les tensions lors du sommet du G7 de Biarritz en invitant le ministre des affaires étrangères iranien[7]. Mais en septembre, après l'attaque d'Abqaïq et de Khurais, le président américain Donald Trump accentue les sanctions économiques en déclarant qu'elles sont « les plus sévères jamais imposées à un pays »[8].

À la fin de l'année 2019, l'Irak et l'Iran sont touchées par d'importantes manifestations anti-gouvernementales. En Iran, le mouvement de protestation démarre le 15 novembre. Déclenché par une hausse du prix de l'essence, il se transforme en un mouvement de contestation contre la République islamique[9]. Des portraits du Guide de la Révolution, l'ayatollah Ali Khamenei, et du général Qassem Soleimani sont brûlés[9]. Les autorités coupent internet et mènent une violente répression[10],[11]. Des massacres sont commis par les Gardiens de la révolution islamique[12]. Fin décembre 2019, le bilan de la répression est estimé entre 300 et 1 500 morts[9].

En Irak, les manifestations se concentrent à Bagdad et dans le sud du pays, majoritairement chiite, tandis que le nord, majoritairement sunnite et durement touché par la guerre contre l'État islamique, reste à l'écart de la contestation[13]. Les protestataires réclament des mesures économiques et dénoncent la tutelle que l'Iran exerce sur le pays[14]. Le général iranien Qassem Soleimani, commandant en chef de la Force Al-Qods, les forces spéciales du Corps des Gardiens de la révolution islamique, est alors dépêché en Irak[15]. Sous son commandement, les milices pro-iraniennes des Hachd al-Chaabi participent activement à la répression, ouvrant le feu sur les manifestants[15],[14],[16]. Dans plusieurs villes, les protestataires réagissent en incendiant les sièges de milices pro-iraniennes[17]. Moqtada al-Sadr apporte son soutien aux protestataires et fait déployer ses miliciens des Brigades de la paix pour protéger les manifestations[18]. Le très influent ayatollah Ali al-Sistani prend également la défense des manifestants et appelle la classe politique à des réformes[19]. Le 29 novembre, le Premier ministre Adel Abdel-Mehdi annonce sa démission[20]. Les factions pro-iraniennes poussent alors pour nommer Qoussaï al-Souheil à sa succession, mais le président de la République Barham Salih oppose un véto catégorique[21]. À la fin de l'année 2019, le bilan des manifestations en Irak est de 600 morts et 17 000 blessés[15].

En 2019, la coalition internationale menée par les États-Unis est toujours présente en Irak, où elle poursuit ses opérations contre les cellules de l'État islamique[3]. En plus des 5 200 militaires américains, 600 Italiens, 500 Canadiens, 400 Britanniques, 200 Français, 120 Allemands et 14 Roumains sont présents dans le pays[22],[23]. Selon l'agence Thomson Reuters, à la mi-octobre 2019, lors d'une réunion à Bagdad, alors que l'Irak commence à être en proie aux manifestations antigouvernementales, le général Qassem Soleimani aurait donné pour instruction aux milices chiites de mener des attaques contre des cibles américaines afin de provoquer des ripostes de la part de Washington et diriger la colère des Irakiens vers les États-Unis[24]. Il donne également l'ordre aux Gardiens de la Révolution de transférer des roquettes Katioucha et des missiles sol-air portatifs aux Kataeb Hezbollah, qui sont chargées de coordonner ces attaques[24]. En novembre et décembre 2019, une dizaine d'attaques frappent des cibles américaines[3]. Ces actions, non revendiquées, sont imputées par les Américains aux milices pro-iraniennes[3]. Elles font un mort et plusieurs blessés dans les rangs de l'armée irakienne et provoquent des dégâts matériels jusqu'aux abords de l'ambassade américaine[3]. Fin 2019, la présence de l'armée américaine, sollicitée en 2014 par le gouvernement irakien, est remise en cause, notamment par l'Alliance Fatah, une coalition parlementaire formée par les factions pro-iraniennes des Hachd al-Chaabi[6]. Depuis la fin de la seconde guerre civile irakienne, l'influence de l'Iran sur les institutions politiques et l'économie du pays s'est accrue, au détriment des États-Unis[6],[25].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 27 décembre 2019, 36 roquettes s'abattent sur la base K1 à Kirkouk, où sont présents des militaires américains[3],[6]. Un sous-traitant américain est tué et plusieurs militaires sont blessés dans cette attaque, d'une ampleur alors sans précédent[3].

Le 29 décembre, les États-Unis ripostent en bombardant cinq sites tenus par les Kataeb Hezbollah, une des principales factions pro-iraniennes des Hachd al-Chaabi, accusées d'être responsables de l'attaque de la base K1[6],[26]. Les F-15 frappent trois sites dans l'ouest de l'Irak et deux dans l'est de la Syrie, tuant au moins 25 combattants de la milice et faisant 51 blessés[6],[26],[27]. Les frappes sont condamnées par le gouvernement irakien[6],[26].

Le 31 décembre, des milliers de miliciens et de partisans des Kataeb Hezbollah pénètrent dans l'enceinte de l'ambassade des États-Unis à Bagdad, brûlant plusieurs installations avant de se retirer de la zone verte sous la pression des autorités irakiennes[28],[29],[30]. Le , le président américain Donald Trump menace l'Iran, affirmant le tenir pleinement responsable des précédentes attaques[31]. Il assure cependant ne pas vouloir d'une guerre[32].

Le , un drone américain mène une frappe ciblée près de l'aéroport international de Bagdad et tue le général iranien Qassem Soleimani, commandant en chef de la Force Al-Qods, Abou Mehdi al-Mouhandis, le chef des Kataeb Hezbollah et de la branche militaire des Hachd al-Chaabi, quatre officiers iraniens et quatre membres du Hachd[33],[5]. La mort de Soleimani provoque une véritable onde de choc et l'Iran promet une « vengeance »[34],[35]. Le gouvernement irakien condamne le raid américain[33] et Moqtada al-Sadr déclare qu'il réactive l'Armée du Mahdi[33]. De son côté, Washington annonce le déploiement de 3 000 à 3 500 hommes en renfort au Moyen-Orient et que l'ambassade américaine à Bagdad appelle ses ressortissants à quitter « immédiatement » l'Irak[36].

Le soir du 4 janvier, deux obus de mortier s'abattent sur la zone verte de Bagdad et deux roquettes frappent la base aérienne de Balad, sans faire de victime[37]. Les Kataeb Hezbollah appellent l'armée irakienne à s'éloigner d'au moins mille mètres des bases occupées par des militaires américains[37]. Le président américain Donald Trump menace pour sa part, en cas de nouvelle attaque, de frapper cinquante-deux sites iraniens — comme le nombre d'otages américains retenus pendant la crise de Téhéran en 1979 — dont des sites culturels et historiques[38]. L'UNESCO et Human Rights Watch rappellent à l'ordre les États-Unis à ce propos[39]. Donald Trump retire cette menace le 7 janvier[40].

Le 5 janvier, le Parlement irakien vote une résolution demandant au gouvernement de mettre fin à la présence des troupes étrangères en Irak, en commençant par retirer sa demande d'aide adressée à la communauté internationale, qui avait abouti à la formation de la coalition internationale contre l'État islamique[41]. Après trois échecs en 2018, la proposition de l'Alliance Fatah fédère les partis chiites en obtenant le ralliement du mouvement En marche de Moqtada al-Sadr et du Parti islamique Dawa, tandis que les députés sunnites et kurdes boycottent la séance[29],[42]. Cependant la résolution est symbolique et non contraignante[42], et le gouvernement démissionnaire d'Adel Abdel-Mehdi n'a pas la légitimité constitutionnelle pour renégocier les accords diplomatiques qui encadrent depuis 2014 la présence des forces de la coalition[43]. Le gouvernement porte également plainte contre les États-Unis auprès de l'ONU pour la violation de sa souveraineté[44]. Le même jour, l'Iran annonce s'affranchir davantage de l'Accord de Vienne, en ne s'imposant plus de limites pour l'enrichissement d'uranium[45]. La coalition internationale annonce quant à elle suspendre ses missions de formation auprès des forces irakiennes pour se concentrer sur la protection des bases qui accueillent ses troupes[42]. Dans la soirée, deux roquettes s'abattent dans la zone verte[46]. Le lendemain, Donald Trump menace l'Irak de « très fortes » sanctions si un retrait est imposé aux forces américaines[47].

Le 7 janvier, le Parlement iranien adopte une loi dans laquelle il classe comme « terroristes » toutes les Forces armées américaines déployées de la Corne de l'Afrique à l'Asie centrale en passant par le Moyen-Orient[48]. Ce texte est alors une réponse au classement en 2019 par Washington du Corps des Gardiens de la révolution islamique comme organisation terroriste[48].

Le 7 Janvier le général Soleimani est inhumé dans sa ville natale à Kerman. Une importante foule est présente et une bousculade cause la mort d'au moins 56 personnes et fait 212 blessés[49].

Dans la nuit du 7 au , l'Iran tire plusieurs missiles sol-sol — quinze selon Téhéran, vingt-deux selon l'armée irakienne — contre les bases aériennes irakiennes d'Aïn al-Assad et d'Erbil, qui abritent des soldats américains[50],[51],[52],[53]. L'opération, baptisée « Martyr Soleimani », est revendiquée par l'Iran[50]. Le Guide de la Révolution Ali Khamenei salue alors ce qu'il nomme une « gifle à la face » des États-Unis et appelle à ce que « la présence corrompue des États-Unis dans la région prenne fin »[50]. Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Djavad Zarif déclare que l'« l'Iran a pris et terminé des mesures proportionnées d'autodéfense » et qu'il ne cherche pas « l'escalade ou la guerre »[50],[54]. Les Gardiens de la Révolution avancent que 80 « terroristes américains » ont été tués[55],[53],[56]. Cependant Donald Trump déclare qu'aucun Américain n'a été tué ou blessé[50],[55]. L'armée américaine reconnaîtra cependant onze blessés légers le 16 janvier[4]. L'armée irakienne affirme également ne compter aucune victime dans ses rangs[52],[53]. Une demi-heure avant l'attaque, l'Iran avait averti le gouvernement irakien, qui à son tour avait prévenu les forces étrangères[57],[53]. L'agence Reuters indique que selon des sources gouvernementales américaines et européennes en rapport avec des services de renseignements « l'Iran aurait délibérément fait en sorte que les missiles tirés dans la nuit en direction de bases irakiennes abritant des militaires américains ne fassent pas de victimes parmi eux. [...] La République islamique [...] aurait ainsi cherché à éviter une surenchère militaire tout en affichant sa fermeté »[58]. Barham Salih, le Président de la République d'Irak, condamne les frappes iraniennes, de même que le président du Parlement irakien, en dénonçant des « violations » de la « souveraineté irakienne »[59],[53]. Le président américain Donald Trump réagit en fin de journée et joue l'apaisement, en se félicitant que l'Iran « semble reculer », en ne mentionnant pas la possibilité d'une réponse militaire et en concluant que « les États-Unis sont prêts à la paix avec tous ceux qui la veulent »[50],[55],[60],[61],[62]. Cependant, il annonce la mise en place de nouvelles sanctions économiques contre Téhéran et enjoint l'Allemagne, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie de se retirer de l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien[50],[55],[60],[61].

Qais al-Khazali, le chef d'Asaïb Ahl al-Haq, promet pour sa part à une « réponse irakienne [...] pas moins importante que la réponse iranienne »[55],[63]. Des menaces sont également proférées par le Harakat Hezbollah al-Nujaba[63]. Moqtada al-Sadr déclare cependant qu'il estime que la crise opposant les États-Unis et l'Iran est terminée et il appelle les groupes armés irakiens à ne pas engager d'actions militaires[64]. Le soir du 8 janvier, deux roquettes s'abattent sur la zone verte[65].

L'accident du vol 752 d'Ukraine International Airlines peu après son décollage de Téhéran survient le 8 janvier 2020 durant cette crise, causant la mort de 176 personnes, en majorité iraniennes et canadiennes. Dès le lendemain, le Canada et l'Ukraine avancent que l'avion aurait été abattu par erreur par un missile sol-air iranien. Dans un premier temps l'Iran dément, mais il finit par reconnaître sa responsabilité le 11 janvier, admettant avoir détruit l'avion par erreur[66],[67],[68].

Le 10 janvier, des milliers de manifestants irakiens anti-pouvoir descendent dans les rues pour dénoncer à la fois les actions de l'Iran et celles des États-Unis[69],[70],[71]. Le même jour, le premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel-Mehdi demande au Secrétaire d’État américain Mike Pompeo l'envoi d’une délégation pour « mettre en place les mécanismes nécessaires à l’application de la décision du Parlement en vue d’un retrait sécurisé des troupes d’Irak »[71]. Mais la diplomatie américaine répond qu'elle refuse de « discuter d’un retrait des troupes »[71]. Pendant ce temps en Iran, les aveux tardifs du régime sur sa responsabilité dans la destruction du vol 752 Ukraine International Airlines provoquent la colère de nombreux habitants qui dénoncent les « mensonges du gouvernement »[72],[73],[74]. Le soir du 11 janvier, un rassemblement à Téhéran en hommage aux victimes se transforme en manifestation antirégime[72],[73],[75],[76]. Le lendemain, les manifestations anti-gouvernementales prennent de l'ampleur dans la capitale et s'étendent dans quelques autres villes : Ispahan, Chiraz, Racht, Babol, Kermanchah ou Yazd[73],[74],[76],[77]. Des portraits du général Soleimani sont arrachés et piétinés par des manifestants[75],[74].

Le 12 janvier, huit roquettes s'abattent sur la base militaire de Balad, bien que l'armée américaine n'y dispose plus que d'une quinzaine de militaires et un avion, et blessent quatre militaires irakiens[78].

Analyses[modifier | modifier le code]

Pour Hélène Sallon, journaliste au Monde : « En violant la souveraineté irakienne pour éliminer le général Soleimani et son lieutenant en Irak, Abou Mahdi Al-Mohandes, Washington a ravivé les démons d’un antiaméricanisme qui n’avait jamais été aussi vindicatif depuis l’occupation américaine de 2003-2011. Il a fourni à l’Iran et à ses alliés irakiens, les partis religieux et milices chiites déstabilisés depuis octobre par une contestation populaire, une occasion de faire taire leurs détracteurs. Et, dans la lutte d’influence à laquelle se livrent les deux parrains rivaux depuis la chute du dictateur Saddam Hussein, Téhéran pourrait bien avoir marqué un point décisif sur Washington. Le départ des troupes américaines ferait de lui le seul maître de l’Irak »[79].

Le 9 janvier 2020, Anthony Samrani, journaliste à L'Orient-Le Jour, considère que : « Les deux parties ont joué l’apaisement au cours des dernières heures, confirmant qu’aucune des deux ne souhaitaient s’engager dans un conflit ouvert. Personne n’a perdu la face. Les États-Unis ont éliminé l’atout numéro un de l’Iran dans la région et Téhéran a démontré qu’il était capable de mener des actions spectaculaires contre « l’ennemi » américain. C’est Washington qui sort toutefois renforcé de cet épisode pour au moins deux raisons. D’une part, la réponse iranienne est surtout symbolique, destinée essentiellement à l’audience interne, mais ne peut être mise sur le même plan que l’élimination de Kassem Soleimani. D’autre part, l’équilibre de la dissuasion semble avoir été rétabli, en ce qui concerne en tout cas la ligne rouge de s’en prendre à des citoyens américains. Pour le reste toutefois, c’est un retour à la case départ avec une situation qui s’est entre-temps dégradée. Les États-Unis n’ont toujours pas de stratégie claire vis-à-vis de l’Iran »[80].

Le 12 janvier 2020, l'historien Jean-Pierre Filiu considère pour sa part que : « Le conflit ouvert entre les Etats-Unis et l’Iran, le 27 décembre en Irak, se conclut, le 8 janvier, par une incontestable victoire de Téhéran. [...] Cette « guerre d’Irak » n’aura duré que douze jours et n’aura causé qu’une quarantaine de morts. Elle aura pourtant consacré une nouvelle réalité géopolitique: l’interventionnisme américain au Moyen-Orient, de plus en plus privé de relais locaux, part perdant face à une puissance iranienne qui a méthodiquement enraciné ses réseaux d’influence, avant tout en Irak. [...] L’Iran, à la différence des Etats-Unis, a développé en Irak une stratégie méthodique de longue haleine, menée en trois temps: neutralisation de la menace militaire de l’Irak; montée en puissance de milices pro-iraniennes sur le plan sécuritaire et politique; infiltration des institutions irakiennes, entre autres dans la ville sainte chiite de Najaf. Cette stratégie porte aujourd’hui ses fruits avec la marginalisation des forces américaines, en attendant leur retrait à terme, du fait d’une position largement intenable. »[81].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Miriam Berger, Where US troops are in the Middle East and Afghanistan, The Washington Post, 4 janvier 2020.
  2. Irak: le Hachd al-Chaabi, supplétif crucial mais parfois encombrant, AFP, 25 octobre 2017.
  3. a b c d e f et g Un Américain tué par des roquettes dans l'Irak en crise, AFP, 28 décembre 2019
  4. a et b Les frappes iraniennes ont blessé onze soldats américains, Le Figaro avec Reuters, 17 janvier 2020.
  5. a b et c Amir Havasi, Iran Threatens Revenge As It Mourns Guards Killed By US, International Business Times, 3 janvier 2020.
  6. a b c d e f g et h Hélène Sallon, Risque d’escalade entre les Etats-Unis et les milices chiites en Irak, Le Monde, 30 décembre 2019.
  7. Cédric Pietralunga et Marc Semo, G7 : Emmanuel Macron à la manœuvre sur l’Iran et les autres dossiers brûlants, Le Monde, 26 août 2019
  8. Iran : Donald Trump annonce "les sanctions les plus sévères jamais imposées à un pays", Europe 1 avec AFP, 20 septembre 2020.
  9. a b et c Le bilan de la répression en Iran atteindrait 1.500 morts - sources, Reuters, 23 décembre 2019.
  10. Ghazal Golshiri , Avec le retour d’Internet, les Iraniens découvrent l’ampleur de la répression, Le Monde, 26 novembre 2019.
  11. Soulayma Mardam Bey, Pourquoi l’Iran risque de fermer complètement la parenthèse révolutionnaire, OLJ, 6 janvier 2020.
  12. Ghazal Golshiri, Iran : retour sur un massacre dans le sud du pays, Le Monde, 7 décembre 2019.
  13. Soulayma Mardam Bey, Pourquoi les Arabes sunnites ne rejoignent pas massivement la contestation irakienne, OLJ, 4 décembre 2019.
  14. a et b Hélène Sallon, « On doit rester unis jusqu’à la chute du régime » : à Bagdad, la contestation de la place Tahrir résiste à la répression, Le Monde, 2 novembre 2019.
  15. a b et c En Irak, une génération est broyée et le système remis en cause, Médiapart, 19 décembre 2019.
  16. Irak: un 3e militant assassiné en 10 jours, l'ONU accuse des "milices", AFP, 11 décembre 2019.
  17. Cortège funéraire et incendies en Irak en pleine révolte, AFP, 26 décembre 2019.
  18. Hélène Sallon, « Nous sommes prêts à manifester indéfiniment » : en Irak, la mobilisation contre le gouvernement reprend dans le sang, Le Monde, 26 octobre 2019.
  19. Hélène Sallon, En Irak, l’ayatollah Ali Al-Sistani soutient la contestation, Le Monde, 23 novembre 2019.
  20. En Irak, le premier ministre Adel Abdel Mahdi annonce sa démission, Le Monde avec AFP, 29 novembre 2019.
  21. La révolte populaire reprend en Irak, toujours sans premier ministre, Le Monde avec AFP, 23 décembre 2019.
  22. Forces étrangères en Irak: qui part, qui reste?, RFI, 8 janvier 2020.
  23. Irak: L'Italie va maintenir sa présence militaire, 20 Minutes avec AFP, 8 janvier 2020.
  24. a et b Le plan de Soleimani pour intensifier les attaques contre les forces US en Irak dévoilé par Reuters, OLJ, 5 janvier 2020.
  25. En Irak, l'"aventurisme" de Washington ravive les douloureux souvenirs de l'occupation, AFP, 4 janvier 2020.
  26. a b et c Irak : les représailles américaines font 19 morts, Le Point avec AFP, 30 décembre 2019.
  27. Frédéric Autran, Irak : derrière les frappes américaines, l’ombre du conflit avec l’Iran, Libération, 30 décembre 2019.
  28. « Mort à l’Amérique » : des manifestants attaquent l’ambassade américaine à Bagdad après des raids, Le Monde avec AFP et Reuters, 31 décembre 2019.
  29. a et b Hélène Sallon, Les milices chiites irakiennes proches de l’Iran défient Washington, Le Monde, 31 décembre 2019.
  30. Hélène Sallon, En Irak, les Etats-Unis pris au piège de l’escalade des violences face aux milices chiites et à l’Iran, Le Monde, 2 janvier 2020.
  31. Après l'attaque de l'ambassade des États-Unis à Bagdad, Donald Trump menace l'Iran, L'Express avec AFP, 1er janvier 2020.
  32. Philippe Coste, Assassinat de Soleimani: la décision surprise de Trump, Libération, 3 janvier 2020.
  33. a b et c Les Etats-Unis tuent le puissant général iranien Ghassem Soleimani dans une frappe en Irak, Le Monde avec AFP et Reuters, 4 janvier 2020.
  34. Ghazal Golshiri, En Iran, l’assassinat de Ghassem Soleimani par les Etats-Unis unit toutes les factions, Le Monde, 3 janvier 2020.
  35. Allan Kaval, Après l’assassinat du général Soleimani par les Etats-Unis, l’Iran s’interroge sur ses représailles, Le Monde, 4 janvier 2020.
  36. Les Etats-Unis annoncent l’envoi de près de 3 000 soldats de plus au Moyen-Orient, Le Monde avec AFP, 3 janvier 2020.
  37. a et b Les Américains visés en Irak, Donald Trump menace l'Iran, RFI, 4 janvier 2020.
  38. Donald Trump menace l’Iran de frapper 52 sites « de très haut niveau », Le Monde avec AFP, 5 janvier 2020.
  39. Bombarder des «sites culturels» iraniens : la menace (in)digne de Trump , Libération, Frédéric Autran, 6 janvier 2020
  40. Sites culturels iraniens pris pour cibles ? Trump fait machine arrière, Le Figaro avec AFP, 7 janvier 2020.
  41. Le Parlement irakien demande l'expulsion des troupes de la coalition internationale, France 24 avec AFP, 5 janvier 2020.
  42. a b et c Hélène Sallon, En Irak, le camp chiite uni pour réclamer le départ de l’armée américaine, Le Monde, 6 janvier 2020.
  43. Allan Kaval, « L’agressivité américaine est un bienfait inespéré mais pas forcément durable » pour l’Iran, Le Monde, 7 janvier 2020.
  44. L'Irak dit avoir porté plainte auprès de l'ONU après «les attaques américaines», Le Figaro avec AFP, 5 janvier 2020.
  45. Téhéran s’affranchit de l’accord de Vienne, les Américains ciblés en Irak, Le Monde avec AFP et Reuters, 5 janvier 2020.
  46. Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad, Le Figaro avec AFP, 5 janvier 2020.
  47. Trump menace l’Irak de sanctions si les troupes américaines doivent partir, AFP, 5 janvier 2020.
  48. a et b Assassinat de Soleimani: l'Iran classe «terroristes» toutes les forces américaines, Le Figaro avec AFP, 7 janvier 2020.
  49. En Iran, les funérailles du général Soleimani tournent à la tragédie, Le Monde avec AFP, 7 janvier 2020.
  50. a b c d e f et g Iran : « aucun Américain blessé », Trump annonce des sanctions économiques, Le Point avec AFP, 8 janvier 2020.
  51. Irak : Téhéran riposte et tire sur deux bases de soldats américains, Le Point avec AFP, 8 janvier 2020.
  52. a et b Missiles iraniens-L'armée irakienne ne compte aucune victime dans ses rangs, Reuters, 8 janvier 2020.
  53. a b c d et e En représailles à l’assassinat du général Soleimani, l’Iran frappe des bases américaines en Irak, Le Monde avec AFP, AP et Reuters, 8 janvier 2020.
  54. Attaque en Irak: "L'Iran a pris et terminé des mesures d'autodéfense proportionnées" (Zarif), AFP, 8 janvier 2020.
  55. a b c d et e Frappes iraniennes en Irak: Trump répond par de nouvelles sanctions, RFI, 8 janvier 2020.
  56. Les attaques contre des cibles américaine en Irak ont fait 80 morts, selon la télévision iranienne, Le Figaro avec Reuters, 8 janvier 2020.
  57. Attaques iraniennes sur les bases américaines : Téhéran "avait fait prévenir les Irakiens" qui ont "prévenu tout le monde", Franceinfo, 9 janvier 2020.
  58. Mark Hosenball et Matt Spetalnick, L'Iran aurait fait en sorte que les tirs ne fassent pas de victimes, selon des sources, Reuters, 8 janvier 2020.
  59. Le président irakien "dénonce" les frappes de l'Iran, refuse que l'Irak se "transforme en champ de bataille", AFP, 8 janvier 2020.
  60. a et b Gilles Paris, Donald Trump fait le choix de l’apaisement avec l’Iran sans répondre aux raisons de l’escalade, Le Monde, 9 janvier 2020.
  61. a et b Pierre Alonso et Isabelle Hanne, Téhéran dégaine, Washington rengaine, Libération, 8 janvier 2020.
  62. Donald Trump joue la carte de l'apaisement avec l'Iran, France 24 avec AFP et Reuters, 8 janvier 2020.
  63. a et b Des chefs du Hachd menacent Washington d'une "riposte irakienne" aussi forte que l'"iranienne", AFP, 8 janvier 2020.
  64. L'Irakien Sadr estime que la crise est terminée entre Iran et USA, Reuters; 8 janvier 2020.
  65. Deux roquettes s'abattent sur la Zone verte de Bagdad, AFP, 8 janvier 2020.
  66. Crash d’un Boeing en Iran : le Canada affirme que « l’avion a été abattu par un missile iranien », Le Monde avec AFP, 9 janvier 2020.
  67. Iran mistakenly shot down Ukraine jet - US media, BBC, 09 janvier 2020.
  68. Hélène Sallon, Crash près de Téhéran : l’armée iranienne reconnaît avoir abattu l’avion ukrainien par « erreur », Le Monde, 11 janvier 2020.
  69. Lucile Wassermann, En Irak, les manifestants disent «non à l'Amérique» et «non à l'Iran», RFI, 10 janvier 2020/
  70. Irak: des milliers de manifestants anti-pouvoir conspuent l'Iran et les Etats-Unis, AFP, 10 janvier 2020.
  71. a b et c Francesco Fontemaggi, Retrait des troupes américaines: le ton monte entre Washington et Bagdad, AFP, 10 janvier 2020.
  72. a et b Crash du vol Ukrainian Airlines : l’Iran face aux critiques internationales et à la contestation intérieure, Le Monde avec AFP, 12 janvier 2020.
  73. a b et c Ghazal Golshiri et Allan Kaval, En Iran, le régime accusé de mensonge tandis que la contestation reprend, Le Monde, 13 janvier 2020.
  74. a b et c Armin Arefi, Boeing abattu : les mensonges de l'Iran révoltent la population, Le Point, 13 janvier 2020.
  75. a et b En Iran, un portrait de Qassem Soleimani piétiné, signe de défiance envers le régime, L'Obs avec AFP, 13 janvier 2020.
  76. a et b Iran : les manifestations contre le pouvoir reprennent après les aveux du régime sur l'avion abattu, LCI, 13 janvier 2020.
  77. Tirs de grenades lacrymogènes lors de manifestations en Iran (réseaux sociaux),
  78. Irak: huit roquettes tirées sur une base abritant des soldats américains, Le Figaro avec AFP, 12 janvier 2020.
  79. Hélène Sallon, Comment Washington a poussé l’Irak dans les bras de l’Iran, Le Monde, 9 janvier 2020.
  80. Anthony Samrani, Iran/USA : retour à la case départ ?, OLJ, 9 janvier 2020.
  81. Jean-Pierre Filiu, L’Iran a déjà gagné sa guerre d’Irak contre les Etats-Unis, Un si proche Orient, Le Monde, 12 janvier 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]



This page is based on a Wikipedia article written by contributors (read/edit).
Text is available under the CC BY-SA 4.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.

Destek