Confédération des syndicats chrétiens

Confédération des syndicats chrétiens
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
Zone d’influence Drapeau de la Belgique Belgique
Fondation
Fondation 1912
Identité
Siège Bruxelles
Président Marc Leemans
Affiliation européenne Confédération européenne des syndicats
Affiliation internationale Confédération syndicale internationale
Membres 1 600 000 revendiqués
(en 2015)[1]
Site web www.csc-en-ligne.be

La Confédération des syndicats chrétiens, ou CSC (en néerlandais : Algemeen Christelijk Vakverbond, ou ACV), est une confédération syndicale belge. Elle est la principale organisation syndicale du pays en nombre d'adhérents et de voix aux élections syndicales[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Son origine remonte au XIXe siècle, dans la foulée de la révolution industrielle. À cette époque, les conditions de travail sont épouvantables. C'est dans ce contexte que naîtra le syndicalisme chrétien.

Le est créée à Gand la Broederlijke Maatschappij der Wevers (Association fraternelle des tisserands) et un mois plus tard la Maatschappij der Noodlijdende Broeders (Association des frères dans le besoin)[3]. Ces premiers syndicats adoptent une attitude modérée et se concentrent sur la défense d'intérêts purement professionnels. Ils sont ouverts à tous les ouvriers, quelles que soient leurs convictions politiques ou philosophiques[3].

Très rapidement, une minorité radicale se rallie aux idées socialistes montantes, qui prônent la lutte des classes pour atteindre l'égalité et la justice[3]. Ceux qui ne se rallient pas à leurs conceptions vont fonder en décembre 1886, l'Antisocialistische Katoenbewerkersbond (ligue anti-socialiste des ouvriers du coton). Leur stratégie est la collaboration entre les classes plutôt que la lutte des classes[3].

Dans d'autres professions aussi, les ouvriers commencent à s'organiser. La bourgeoisie catholique et la hiérarchie de l'Église voulaient rassembler patrons et travailleurs en une seule association. Naissent ainsi de nombreuses sections professionnelles mixtes au sein de guildes et de cercles ouvriers patronnés par la bourgeoisie. Mais, progressivement, les associations professionnelles mixtes cèdent la place à de véritables syndicats indépendants, regroupant uniquement des ouvriers. Ce processus atteint vers 1900 un point de non-retour. Le mouvement syndical chrétien peut alors véritablement démarrer.

Le , sous l'impulsion d'un jeune dominicain, le père Rutten, le Secrétariat Général des Unions Professionnelles Chrétiennes est mis en place[4]. De nombreux syndicats voient le jour et en 1904, on compte 115 syndicats chrétiens totalisant près de 15 000 membres. En , les chiffres sont passés à plus de 1 300 organisations regroupant plus de 100 000 membres[5].

En décembre 1908 naît le (Vlaams) Verbond der Christene Beroepsverenigingen (Ligue flamande des unions professionnelles)[6]. En juin 1909, la Confédération des syndicats chrétiens et libres des provinces wallonnes voit le jour[6]. En juin 1912, on décide de fusionner les deux fédérations régionales en une seule confédération nationale, la Confédération générale des syndicats chrétiens et libres de Belgique (en néerlandais Algemeen Christelijk Vakverbond)[6]. Gustaaf Eylenbosch devient le premier président de la CSC[7].

Structure[modifier | modifier le code]

Yves Leterme en 2006

L'organisation la CSC s'appuie sur deux piliers: le pilier professionnel (centrales) et le pilier interprofessionnel (fédérations). L'affiliation de chaque membre est fondée sur deux critères: son lieu de travail et son domicile. L'action syndicale dans l'entreprise relève du pilier professionnel et l'action syndicale sur le plan local relève du pilier interprofessionnel. On peut être militant dans l'entreprise et sur le plan local. De ce fait, la CSC possède une structure fédérale interprofessionnelle plus forte que les autres organisations syndicales[8].

Direction[modifier | modifier le code]

Années Président[9],[10]
1912 - 1914 Gustaaf Eylenbosch
1914 - 1919 Hendrik Heyman
1919 - 1921 René Debruyne
1921 - 1923 Evarist Van Quaquebeke
1923 - 1932 René Debruyne
1932 - 1946 Henri Pauwels
1946 - 1968 August Cool
1968 - 1987 Jef Houthuys
1987 - 1999 Willy Peirens
1999 - 2011 Luc Cortebeeck
2012 - heden Marc Leemans
Années Secrétaire général[11]
1912 - 1919 Georges Rutten
1919 - 1921 Evarist Van Quaquebeke
1921 - 1932 Henri Pauwels
1932 - 1946 August Cool
1946 - 1972 Louis Dereau
1973 - 1991 Robert D'Hondt
1991 - 2006 Josly Piette
2006 - 2014 Claude Rolin
2014 - actuellement Marie-Hélène Ska[12]
Années Aumônier[11]
1919 - 1927 Georges Rutten
1927 - 1930 Jan Belpaire
1931 - 1952 Maurice Ketels
1952 - 1969 Armand De Smet
1970 - 1986 Theo Ceurvelt
1986 - 1991 Roger Defrijn
1991 - Pierre Vanderberg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Connaitre la CSC (2016) », sur csc-en-ligne.be, (consulté le ).
  2. « Élections sociales 2020 – Résultats approuvés par les partenaires sociaux le 19 mars 2021 », sur emploi.belgique.be (consulté le ).
  3. a b c et d Mampuys 1994, p. 153.
  4. Mampuys 1994, p. 156.
  5. Mampuys 1994, p. 159.
  6. a b et c Arcq et Blaise 2007, p. 16.
  7. Mampuys 1994, p. 163.
  8. "Connaître la CSC", "Syndicaliste" n°677 du 10 mars 2008, CSC, Bruxelles, p. 20.
  9. 130 jaar ACV (p.5-10); Wie is en wat doet het ACV; Officiële website; 10 december 2015
  10. GERARD Emmanuel; De christelijke arbeidersbeweging in België Deel 2 (p.266); Universitaire Pers Leuven (1991); (ISBN 90 6186 449 6)
  11. a et b Emmanuel Gerard et Paul Wynants, Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, Leuven University Press, , 399 p. (ISBN 978-90-6186-582-7, lire en ligne)
  12. LECLUYSE Wim; Nieuwe algemeen secretaris bij ACV; De Standaard; 18 maart 2014

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Samuel Barnes, « Political Culture and Christian Trade Unionism : The Case of Belgium », Relations Industrielles / Industrial Relations, vol. 19, no 3,‎ , p. 354–378 (ISSN 0034-379X, lire en ligne, consulté le )
  • Jozef Mampuys, chap. III « Le syndicalisme chrétien », dans Emmanuel Gerard et Paul Wynants (dirs.), Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, t. 2, Louvain, Leuven University Press, (ISBN 90-6186-582-4, lire en ligne), p. 150-277
  • (en) Patrick Pasture, « Diverging Paths : The development of Catholic Labour Organisations in France, the Netherlands and Belgium since 1944 », Revue d'Histoire Ecclésiastique, Louvain, vol. 89, no 1,‎ , p. 54-90
  • (en) Carl Strikwerda, « A resurgent religion : The rise of Catholic social movements in nineteenth-century Belgian cities », dans Hugh Mcleod (dir.), European religion in the age of great cities 1830-1990, London - New York, Routledge, coll. « Christianity and society in the modern world », (1re éd. 1995) (ISBN 9781138006706), p. 61-89
  • Patrick Pasture (trad. du néerlandais par Serge Govaert), Histoire du syndicalisme chrétien international : La difficile recherche d'une troisième voie, L'Harmattan, (ISBN 978-2-7384-8306-5)
  • (en) Lex Heerma van Voss, Patrick Pasture et Jan de Maeyer (éds.), Between Cross and Class : Comparative Histories of Christian Labour in Europe 1840-2000, Peter Lang, (ISBN 3-03910-044-0)
  • Étienne Arcq et Pierre Blaise, « Les organisations syndicales et patronales », Dossiers du CRISP, vol. N° 68,‎ , p. 9–149 (ISSN 2736-2280, lire en ligne, consulté le )
  • « Connaître la CSC », Syndicaliste, Bruxelles, CSC, no 677,‎
  • (en) Quentin Jouan and Pierre Tilly et Pierre Tilly, chap. 5 « The Belgian trade union organisations : National divisions and common European action », dans Andrea Ciampani et Pierre Tilly (éds.), National trade unions and the ETUC : A history of unity and diversity, Bruxelles, ETUI, (ISBN 978-2-87452-430-1), p. 120-137

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]