Christophe Bourseiller

Christophe Bourseiller
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Christophe Gintzburger-Kinsbourg
Nationalité
Formation
Activités
Père
André Gintzburger (d)
Mère
Beau-parent
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Genre artistique
essai, roman
Blog officiel
Archives conservées par

Christophe Bourseiller, né le à Paris, est un acteur, journaliste, animateur audiovisuel, écrivain et enseignant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Christophe Gintzburger, alias Christophe Bourseiller, est né à Paris d'André Gintzburger (d) (1923-2013), dramaturge et producteur de théâtre[2] et de Chantal Darget (1934-1988), comédienne[3]. Alors que son père est fasciné par Staline, sa mère est un temps proche du courant lambertiste des trotskistes français[4].

Il a par la suite pour beau-père le metteur en scène Antoine Bourseiller (dont il adopte le patronyme comme nom de plume) et pour demi-sœur la rejoneadora Marie Sara[5].

Formation et parcours[modifier | modifier le code]

Christophe Bourseiller effectue ses études au lycée Mignet d'Aix-en-Provence, puis aux lycées Condorcet et Honoré-de-Balzac de Paris et enfin à l'université Paris X - Nanterre en philosophie.

À l'âge de 4 ans, il apparaît dans le film La Guerre des boutons d'Yves Robert[5]. Il tourne plus tard sous la direction de Jean-Luc Godard, Claude Lelouch, Jacques Demy ou encore Pierre Jolivet, dans une trentaine de films et une vingtaine de téléfilms[5], et joue dans plusieurs pièces de théâtre. Le grand public le découvre à partir de 1976 dans les films d'Yves Robert Un éléphant ça trompe énormément, Nous irons tous au paradis et Courage fuyons. En 1981, il joue l'un des rôles principaux de Clara et les chics types. En 1985, il incarne le documentaliste Francis Cèze[6] dans le film Profs de Patrick Schulmann.

Il mène une carrière d'écrivain, de journaliste de radio et de télévision. Il a publié une trentaine de livres sur des sujets aussi divers que les mouvements minoritaires, les extrémismes politiques, les contre-cultures, les musiques industrielles et la new wave des années 1980[5].

Proche un temps des milieux d'extrême gauche[7], il consacre en 1996 un ouvrage aux maoïstes français intitulé Les Maoïstes : La Folle Histoire des gardes rouges français. S'il fourmille de documents et d'anecdotes, le livre donne du maoïsme et de la révolution culturelle l'interprétation habituelle d'une lutte sinistre pour le pouvoir[8].

De 1992 à 2002, il est membre du comité de rédaction de Tribune juive[9].

En 2001, il lance aux éditions Denoël une revue d'études sur l'Internationale situationniste, Archives et documents situationnistes, dont cinq numéros paraissent jusqu'en 2005[10].

En 2009, il est à l'origine de la collection « Qui êtes-vous ? », chez Bourin Éditeur.

En 2011, il écrit la préface du livre autobiographique que Maxime Brunerie, auteur d'une tentative d'assassinat sur Jacques Chirac en 2002, rédige après sa sortie de prison[11].

Il a enseigné à l'Institut d'études politiques de Paris.

Il soutient une thèse en histoire contemporaine, « Ombre invaincue. De la destruction du “collaborationnisme” à sa survie dans la France de l'après-guerre, 1944-1954 », dirigée par Pascal Ory, à l’université Panthéon-Sorbonne le . Il est dès lors docteur en histoire. Cette thèse reçoit le prix de thèse, catégorie France, du Centre Français de Recherche sur le Renseignement[12],[13].

Christophe Bourseiller collectionne les tracts revendicatifs et les documents de propagande. Il en a confié des milliers à l'Institut d'histoire sociale d'Amsterdam[14]. Il a par ailleurs légué une grande partie de ses archives sur la vie politique au XXe siècle à l'université polytechnique Hauts-de-France (à Valenciennes), soit 540 boîtes[15].

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

À la radio, il commence par créer en 1981 la radio libre Fréquence arts et spectacles[16].

Au milieu des années 1990, il présente pendant deux saisons (1994-1996) sur RTL l'émission Tous les coups sont permis[17].

Sur France Musique, il coproduit une émission hebdomadaire, lancée en 2005 et consacrée aux musiques d'avant-garde : Electromania[18], et anime la matinale pendant deux saisons de 2011 à 2013[19].

À la télévision, après avoir présenté plusieurs émissions depuis 1984, il devient conseiller éditorial de l'émission Ce soir (ou jamais !) jusqu'en [20].

Du à début 2017[21] il produit également sur France Musique l'émission Musicus Politicus, qui porte sur les liens entre musique et politique[22].

Depuis 2019, Christophe Bourseiller est l'auteur d'une série de quatorze documentaires sur les théories du complot, diffusés sur la chaîne Histoire[23]. En 2020, il rejoint l'équipe d'animateurs proposant des podcasts natifs[Quoi ?] pour TF1[24].

Durant l'été 2019, il présente chaque matin France Inter, de 9 h à 10 h l'émission Estivalitude, où il invite des écrivains, des artistes et d'autres personnalités de la société civile[25]. Pendant l'été 2020, il présente chaque samedi midi, sur la même station, le débat d'actualité Le Monde d'après l'été[26].

À partir du 7 janvier 2024, il intervient comme chroniqueur régulier dans l'émission Le Masque et la Plume sur France Inter dont Rebecca Manzoni assure l'animation en remplacement de son animateur de longue date Jérôme Garcin[27],[28],[29].

Engagements et analyses politiques[modifier | modifier le code]

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Un maçon franc, Christophe Bourseiller évoque son parcours maçonnique. Il est initié en 1984 à la Grande Loge nationale française, puis rejoint la Grande Loge de France, dont il est membre depuis 1990.

Selon lui, le Grand Orient de France et la Grande Loge mixte universelle ont été l'objet de l'entrisme du courant trotskyste-lambertiste dès la fin des années 1970, parallèlement à celui qu'ont subi différents syndicats comme Force ouvrière ou partis politiques comme le Parti socialiste. Cette action repose sur une volonté d'influence plus que de pouvoir[30].

Perception d'un lien entre extrême gauche et islamisme[modifier | modifier le code]

Selon lui, des figures comme George Galloway, Tariq Ramadan, Houria Bouteldja ou Danièle Obono incarnent les convergences entre extrême gauche et islamisme, ces personnalités étant parfois qualifiées d'« islamo-gauchistes ». Pour l'auteur de C'est un complot ! Voyage dans la tête des conspirationnistes[31], « la grande bascule a lieu au début des années 2000, avec l’attentat du 11-Septembre[32],[33] ».

Activités artistiques[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Les Ennemis du système, Robert Laffont
  • 1991 : Extrême-droite, l’enquête, éditions François Bourin ; rééd. sous le titre La Nouvelle Extrême-droite, éditions du Rocher, 2002
  • 1993 : Les Faux Messies, Fayard
  • 1995 : Message reçu, Spengler
  • 1995 : Mauvais Garçons (en collaboration), Éditions Spengler
  • 1995 : Les Histoires incroyables de l'émission « Tous les coups sont permis », First (J'ai Lu, 1999)
  • 1996 : Les Maoïstes : La Folle Histoire des gardes rouges français, Plon
  • 1997 : Cet étrange monsieur Blondel, Bartillat
  • 1998 : Les Écrivains et l’Engagement (en collaboration), Bibliothèque publique d’information
  • 1999 : Le Guide de l’autre Paris, Bartillat
  • 1999 : Vie et mort de Guy Debord, Plon (Pocket, 2002)
  • 2000 : Le Miracle inutile, Flammarion
  • 2000 : Dictionnaire du rock (en collaboration), Robert Laffont
  • 2000 : Les Forcenés du désir, Denoël
  • 2001 : Le Guide de l’autre Londres, Bartillat
  • 2002 : Ein Gespenst geht um in Europa (en collaboration), Böhlau Verlag
  • 2003 : La Véritable Histoire de Lutte ouvrière (entretiens avec Robert Barcia), Denoël
  • 2003 : Jacqueline de Jong, Undercover in de Kunst/in art (en collaboration), Ludion
  • 2003 : Fous littéraires, nouveaux chantiers (en collaboration), Du Lérot
  • 2003 : Histoire générale de l'ultra-gauche, Denoël
  • 2004 : Bibliothèque secrète, Bartillat
  • 2004 : Les Têtes de Turc (en collaboration), Du Lérot
  • 2005 : Carlos Castaneda, la vérité du mensonge, éditions du Rocher
  • 2006 : L’Aventure moderne, Flammarion, autobiographie
  • 2006 : Extrêmes-gauches : La Tentation de la réforme, Textuel
  • 2008 : Génération Chaos : Punk, New Wave 1975-1981, Denoël
  • 2009 : À gauche, toute !, CNRS Éditions
  • 2009 : Lutte armée, Éditions du toucan
  • 2009 : Qui êtes-vous ? Antoinette Fouque (en collaboration avec Antoinette Fouque), Bourin Éditeur
  • 2010 : Qui êtes-vous ? Michel Maffesoli (en collaboration avec Michel Maffesoli), Bourin Éditeur
  • 2010 : Un maçon franc, Alphée, autobiographie, prix de l'IMF en 2010 dans la catégorie « Essais/ Symbolisme »[34]
  • 2011 : Mai 1981 raconté par les tracts, Hors-Collection
  • 2012 : L’Extrémisme : Une grande peur contemporaine, CNRS Éditions
  • 2013 : Les 100 Unes qui ont fait la presse, Les Beaux Jours
  • 2015 : Et si c’était la vérité, Vuibert
  • 2016 : C’est un complot !, JC Lattès
  • 2017 : Et s'ils étaient tous fous ?, Vuibert (ISBN 9782311101270)
  • 2017 : Mémoires d'un inclassable, Albin Michel
  • 2021 : Nouvelle histoire de l'ultra-gauche, éditions du Cerf (ISBN 9782204135146)
  • 2021 : Ombre invaincue, la survie de la Collaboration dans la France de l'après-guerre, 1944-1954, Perrin
  • 2022 : Le Complotisme, anatomie d'une religion, éditions du Cerf
  • 2022 : Ils l'appelaient Monsieur Hitler, L'histoire méconnue des nazis français, 1920-1945, Perrin
  • 2024 : La France en colères, Éditions du Cerf

Au théâtre[modifier | modifier le code]

Comme comédien[modifier | modifier le code]

Comme metteur en scène[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Les Ouvreuses

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Activités médiatiques[modifier | modifier le code]

(Les items des listes présentées ci-dessous sont sourcés dans la section « Biographie » du présent article.)

À la radio[modifier | modifier le code]

  • 1982 - 1984 : Interférences, Peu de paroles beaucoup de musique, Ah! sur Radio 7 - animateur
  • 1983 - 1984 : Star in the night sur Radio 7 - animateur
  • 1986 : Les bouche-trous sur Europe 1 - animateur
  • 1994 - 1996 : Tous les coups sont permis sur RTL - animateur
  • 1999 - 2001 : Trafics d'influence sur France Inter - animateur
  • 2005 - 2014 : Electromania sur France Musique - animateur
  • 2010 - 2011 : L'autre dimanche sur France Musique - animateur
  • 2011 - 2013: Musique Matin sur France Musique - animateur
  • 2014 - 2015 : Les Pieds dans le plat sur Europe 1 - chroniqueur
  • 2014 - 2015 : Musicus Politicus sur France Musique - animateur
  • 2015 - 2016: La Bande originale sur France Inter - chroniqueur
  • 2015 - 2017: La Matinale Culturelle sur France Musique - chroniqueur La chronique littéraire de Christophe Bourseiller
  • 2016 - 2020 : Le Nouveau Rendez-vous sur France Inter - chroniqueur La chronique de Christophe Bourseiller
  • Eté 2019: Estivalitude sur France Inter - animateur
  • Eté 2020 : Le Monde d'après l'été sur France Inter - animateur
  • 2020 : C'est un complot, podcast TF1 - animateur, narrateur
  • Depuis 2020 : Ce monde me rend fou sur France Inter - chroniqueur dans Le Six neuf du week-end
  • 2022 : Historiquement Show, podcast TF1 - animateur, narrateur
  • 2024 : "Le masque et la plume", France Inter - chroniqueur[35]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://hdl.handle.net/10622/ARCH02324 » (consulté le )
  2. « André Gintzburger (1923-2013) », sur data.bnf.fr.
  3. Laurent Firdion, « Entretien avec Christophe Bourseiller », Les Influences,‎ (lire en ligne).
  4. « Extrêmes gauches : la tentation de la réforme, de Christophe Bourseiller », Le Monde, 5 octobre 2010.
  5. a b c et d Anne-Marie Gustave, « Christophe Bourseiller, boulimique de l’extrême », Télérama no 3169, 22 septembre 2011.
  6. Christophe Bourseiller : que devient le documentaliste de PROFS ?
  7. Laurence Le Saux, « Christophe Bourseiller, gentil le matin, radical le soir », Télérama,‎ (lire en ligne).
  8. (en) Bruno Bosteels, Badiou and Politics, Duke University Press, 2011, 436 p., p. 386 (note 27) : « despite the wealth of documents and anecdotes, Bourseiller's interpretation boils down to the familiar picture of Maoism and of the Cultural Revolution as a sinister struggle for power. ».
  9. « Christophe Bourseiller »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Angelfire
  10. (en) « Situationist Bibliography, paragraphe : Books About the SI, in French », consulté le 27 septembre 2011.
  11. Maxime Brunerie, Christian Rol, Une vie ordinaire : Je voulais tuer Jacques Chirac, préface de Christophe Bourseiller, Paris, Éditions Denoël, coll. « Impacts », , 224 p. (ISBN 978-2-207-11120-8).
  12. Gintzburger-Bourseiller, Christophe, « Ombre invaincue : de la destruction du "collaborationnisme" à sa survie dans la France de l'après-guerre, 1944-1954 » [livre], sur theses.fr, Paris 1, (consulté le ).
  13. Communiqué du centre français de recherche sur le renseignement
  14. « Christophe Gintzburger », sur International Institute of Social History (consulté le ).
  15. « OESE : Un observatoire des extrémismes et des signes émergents ? | Université polytechnique Hauts-de-France », sur uphf.fr (consulté le ).
  16. Les révoltés des ondes, France Inter, 7 août 2020.
  17. Saison 1995-1996, RTL 1995.
  18. Electromania, Radio France, consulté le 2 octobre 2011.
  19. « Musique : Christophe Bourseiller présentera la matinale », radioactu.com, 30 septembre 2011.
  20. Christophe Bourseiller, Atlantico, consulté le 27 septembre 2011.
  21. « Christophe Bourseiller n'anime plus “Musicus Politicus” sur France Musique », Télérama, 9 mars 2017.
  22. Site de l'émission sur France Musique
  23. « C'est un complot ! », sur Histoire, (consulté le ).
  24. Nikos, Brogniart, Combal : TF1 lance une nouvelle offre de podcasts animés par ses animateurs vedettes
  25. Estivalitude, France Inter, consultée le .
  26. Le Monde d'après l'été, sur France Inter
  27. « « Le Masque et la Plume » change de chef d'orchestre, scruté notamment par le monde de l'édition », sur Les Echos, (consulté le )
  28. « “Le Masque et la plume” : pour sa première, Rebecca Manzoni donne le ton avec une élégante discrétion », sur www.telerama.fr, (consulté le )
  29. « Rebecca Manzoni reprend « Le Masque et la Plume » : « Puisque je suis là, autant que ça me ressemble » », sur La Revue des Médias (consulté le )
  30. Jean-Moïse Braitberg, « Quand les trotskystes frappaient… à la porte du temple », Franc-maçonnerie magazine, octobre-novembre 2013, p. 19.
  31. J.-C. Lattès, 2016.
  32. « Conspiracywatch.info », sur conspiracywatch.info, (consulté le ).
  33. « Pour une brève histoire de l'islamogauchisme | Actualités | L'Antiblog de Christophe », sur christophebourseiller.fr (consulté le ).
  34. Bilan du 8e salon maçonnique du livre, consulté le 2 octobre 2011.
  35. Telerama, consulté le 11 janvier 2024.

Liens externes[modifier | modifier le code]